Google met un cache-sexe sur son réseau social !

La discrimination sexuelle ne passera pas par Google, qu’on se le dise. Les équipes du réseau social Google+ travaillent d’arrache-pied pour améliorer le service et semblent avoir fait un véritable credo de la prise en compte des remarques et requêtes des premiers utilisateurs.

La discrimination sexuelle ne passera pas par Google, qu’on se le dise. Les équipes du réseau social Google+ travaillent d’arrache-pied pour améliorer le service et semblent avoir fait un véritable credo de la prise en compte des remarques et requêtes des premiers utilisateurs.

Ainsi, certains (ou peut-être plutôt certaines) considèrent que le fait d’afficher leur sexe (je sais, l’expression est ambigüe) n’apporte rien à part des ennuis et qu’il serait préférable d’occulter cette information, ou en tout cas de la réserver à un public que l’on peut choisir.

Google a donc pris en compte cette doléance et vient, dans un mouvement très politiquement correct, de mettre à jour les paramètres de profil : il est maintenant possible de personnaliser le choix « Homme, Femme ou Autre » dans « Sexe » et de décider auprès de quelle audience on réserve cette information, y compris exclusivement de la verrouiller pour soi-même.

Ainsi les femmes éviteront-elles probablement quelques spams de dragueurs invétérés, mais cette option est à double-tranchant : il est fort probable que la grande majorité des profils ayant masqué cette info soient… féminins, et que du coup l’effet désiré soit quelque peu caduque. D’autre part ceux ou celles qui voudront s’immiscer dans les conversations un peu « privées » entre membres du sexe opposé pourront du coup le faire plus facilement. Cela étant ils n’auront certainement pas attendu cette possibilité pour créer de faux profils (cf Facebook)…

(source)


Nos dernières vidéos

16 commentaires

  1. Difficile de penser qu’une personne appelée Juliette soit un homme au cas où elle verrouillerait l’info. Mais bon, de nos jours… 😀

  2. @ya-graphic : les spammeurs qui ciblent les profils en fonction du sexe n’ont, à ma connaissance, pas de dictionnaires de prénoms pour détecter le genre de la personne. Ils se basent automatiquement sur la donnée publique « sexe » du profil… Voila un des avantages de cette modif !

  3. Cacher son genre (masculin ou féminin) ne sert à rien si on voit ton prénom, nan?

    Exercice:
    Gérard et Juliette sont sur Google+, vous avez 1 minute pour deviner leur sexe respectif.

  4. A quoi bon masquer ou pas son sexe alors que seul le vrai nom sera autorisé …

    A moins de n’avoir nulle trace de compte Google et de pouvoir mettre un pseudo dès le départ …

  5. Par contre sa risque de ne pas être pratique si google décide de mettre de la pub sur son réseau social, il seras impossible de cibler homme ou femmes.
    Ou cela est une autre preuve que google ne mettra pas de pub … ?

  6. La force de Google c’est qu’il embauche des personnes qui savent analyser les expériences des autres pour créer qqch de très fort et surtout de bien pertinent.

  7. Je suis d’accord ! Sur ChatRoulette, beaucoup affiche leur sexe et ça a posé des problèmes !

    Bon weekend messieurs ^^.

  8. Lol
    Google profite des erreurs et des failles de Facebook qui a toujours fait la sourde oreille en ce qui concerne la vie privée… Drôle le cache sexe, mais ça coupe l’herbe sous les pieds de ceux qui utilisent les réseaux sociaux comme sites de rencontre 😉

  9. Politiquement correct, peut-être, mais je trouve ça très bien pour deux raisons :
    – j’ai toujours trouvé insupportable qu’on m’oblige à renseigner mon sexe/genre sur tous les réseaux sociaux, alors que je n’ai jamais considéré que c’était un élément pertinent de détermination de mon identité (contrairement à ma profession, mes études, mes opinions, etc.)
    – ça va être beaucoup plus agréable pour les transgenres, androgynes et autres hermaphrodites, qui ont déjà suffisamment de problèmes comme ça avec l’obsession quasi-universelle de classer avant toute autre critère les personnes en fonction du duo H/F 🙂

  10. Pingback: Facebook : polémique sur Identité numérique et le sexe ? | Jean-Baptiste Coubès

  11. LA DICTATURE DES DUPONT

    Les caniches ont pris le pouvoir.

    Journalistes, éditorialistes, intellectuels, penseurs, célébrités, faiseurs d’opinion et bien évidemment présentateurs de télévision : tous des poules mouillées, des couilles molles, des lavettes !

    Leur esprit totalement corrompu par un système, une sensibilité, une mentalité dévirilisés a perdu toute vaillance. La force, la vérité, la hauteur de vue choquent ce siècle de frileux.

    Fuyant toute aspérité et aspirant au nivellement dans tous les domaines de la vie, mes contemporains ne sont plus que les produits calibrés, formatés, allégés de la pensée des gourous lénifiants qui les manipulent : hommes politiques populistes terrifiés à l’idée que la vérité heurte les sensibilités; démagogues hyper consensuels soucieux de flatter les minorités comme les majorités pour des raisons purement personnelles, professionnelles, financières (ne surtout pas ternir son image aux yeux du peuple, acheteur insatiable de produits inutiles) ou pour des raisons idéologiques de brève portée (être en phase avec l’état d’esprit dominant est toujours plus confortable); industriels obsédés par leurs chiffres d’affaires et désireux d’initier les consommateurs aux goûts infâmes, insipides, artificiels de leurs produits; économistes écoutés comme de véritables prêtres avec leur religion de l’argent imposée comme unique salut pour le citoyen-client avide de sécurité matérielle, piégé par sa propre imbécillité…

    Tout tirer vers le bas au nom d’une certaine idée de l’égalité, tel est le mot d’ordre général. Rien ne doit dépasser la ligne sacrée du « politiquement congru ». Rien ne doit offenser le coeur laïc des clones français de plus en plus épris d’uniformisation forcenée. Jusque dans les termes spécialement revus pour atténuer leur sens originel, amoindrir leur connotation, raccourcir leur portée, qu’elle soit humaine, sociale, politique, raciale, sexuelle, psychologique ! Mais surtout, décupler leur charge émotionnelle liée à leur signification commerciale : dans ce monde de productions toute cause morale doit si possible avoir une finalité économique.

    Ainsi les vieux, les Noirs, les sodomites, les mongoliens, les femmes obèses n’existent plus.

    Tous remplacés par des SENIORS, des BLACKS, des GAYS, des PERSONNES DIFFERENTES, des RONDES ! Termes aboutissant d’une manière ou d’une autre à des produits marketing dérivés (promotion de modes vestimentaires issus de la sensibilité homosexuelle, retraités ciblés par des publicistes, les magazines spécialisés, etc.).

    Et c’est ce même phénomène qui se passe à travers tous les aspects de cette société inodore, incolore, stupidement égalitaire…

    Voici donc la démocratisation de la bêtise, le règne de la vulgarité, la promotion de la laideur érigées comme normes.

    Le triomphe des DUPONT.

    Afin d’établir les critères de base de cette nouvelle pensée dénuée d’aspérité, il a nécessairement fallu viser le plus bas possible. Plaire aux maximum de gens, c’est opter pour le plus petit dénominateur commun. Le mensonge, l’hypocrisie, la flagornerie des masses sont bien plus vendeurs que la gifle cinglante de la vraie pensée.

    L’air du temps est à l’édulcoration généralisée, à l’avachissement des âmes, à l’attiédissement des caractères, à l’effacement des personnalités, au discrédit de la pensée originale. Bref, notre époque est incontestablement celle des citoyens-esclaves rassurés par leurs chaînes, satisfaits de leur alignement, heureux de se ressembler tous dans la mollesse.

    Dans ce contexte médiatique, intellectuel et social lisse, plat, fade, la faiblesse, la médiocrité, l’insignifiance sont de véritables vertus, les clés de la réussite, laquelle se résume à accéder à des biens matériels superflus.

    Dans cette société émasculée aux fondations bouleversées, aux bornes rétrécies bien définies -et surtout solidement verrouillées-, la pression ambiante insidieuse, souveraine, totalitaire, est réellement écrasante. Quoi qu’on dise. Même pour les plus forts caractères. Penser à contre-courant du troupeau peut cruellement disqualifier l’individu trop naïf dont la flamme même richement alimentée par une juste, saine et sainte fureur s’éteindra immédiatement face au raz-de-marée de sottise et de paresse mentale des DUPONT dérangés dans leur confort de légumes béats. Le bel esprit aux nobles vues mis en échec par l’effroyable indigence dupontesque passera alors pour un ennemi de la société, un abject paria, un horrible misanthrope. Il est imprudent de sous-estimer la bêtise des masses : elle représente une contrainte terrible. L’apathie phénoménale de ces montagnes d’inanité résiste aux forces de feu de l’intelligence la plus éclatante, surtout si cette intelligence opère de manière isolée, ponctuelle, lointaine.

    Ces âmes dénaturées, pleutres, esprits « modernes » à la solde des féministes, eunuques, épiciers, publicistes, opportunistes et autres promoteurs de la pensée aseptisée et défenseurs des causes dérisoires qui se croient respectueux, civilisés, moraux parce qu’ils adoptent le floutage intellectuel ne sont que des larves.

    Ce siècle où partout dans la société française prévaut le « politiquement correct » est en réalité le royaume démocratique des loques. C’est la revanche des minables autrefois sans voix.

    Aujourd’hui les DUPONT ont leurs représentants au gouvernement.

    Raphaël Zacharie de IZARRA

Send this to a friend