Google préparerait des lunettes Android

Le New York Times l’a annoncé la semaine dernière : la firme de Mountain View serait en train de développer des lunettes capables d’immerger leurs utilisateurs dans la réalité augmentée. Êtes-vous prêt à devenir un Terminator ?

Le New York Times l’a annoncé la semaine dernière : la firme de Mountain View serait en train de développer des lunettes capables d’immerger leurs utilisateurs dans la réalité augmentée. Êtes-vous prêt à devenir un Terminator ?

Nous avons depuis déjà pas mal de temps réussi à intégrer et surtout adapter la technologie à notre quotidien et à nos déplacements. La preuve en est avec les oreillettes Bluetooth, sorties il n’y a pas si longtemps de ça, que nous pouvons désormais retrouver un peu partout.

La prochaine révolution dans le domaine ? Peut-être bien ces lunettes, que Google serait en train de développer dans l’un de ses laboratoires les plus secrets, le Google X Lab, où les ingénieurs et scientifiques de la firme travailleraient sur des projets futuristes, entre autres robots et ascenseurs spatiaux.

Cela ne vous a pas échappé, la firme de Mountain View bataille depuis longtemps sur de nombreux fronts. Pas si étonnant que ça lorsque l’on sait que Google demande à ses employés de passer 20% de leur temps à travailler sur ce qu’ils veulent… Il y a de fortes chances pour que des idées très intéressantes finissent par émerger. Ces lunettes proviennent d’ailleurs probablement de l’une d’entre elles.

Parmi les personnes impliquées dans le projet, on retrouve Steve Lee, ingénieur chez Google et créateur du service de partage de position géographique Latitude, ce qui laisse clairement penser que la principale fonctionnalité des lunettes va être basée sur la géolocalisation. Le co-fondateur de Google, Sergey Brin, semble par la même occasion très investi dans le projet, puisqu’il passerait en ce moment la plupart de son temps dans les labos de Google X.

On les croirait tout droit sorties d’un scénario de science-fiction à la Terminator, mais il semblerait qu’elles finissent bien par devenir réalité d’ici peu. La rumeur parle en effet d’une mise en vente d’ici la fin de l’année. Les lunettes, qui devraient ressembler au modèle Thump d’Oakley que vous pouvez voir sur l’image ci-dessus, seraient équipées du système d’exploitation Android similaire à celui actuellement présent sur les smartphones et tablettes.

Elles devraient permettre d’afficher des informations en superposant des contenus graphiques au champ de vision de leur porteur. Pour vous donner un exemple, une personne se trouvant devant un monument pourrait ainsi en consulter l’historique comme lire les commentaires laissés par ses amis à son sujet. Les lunettes pourraient par la même occasion être utilisées par des applications faisant appel à la réalité augmentée, utilisant le monde réel comme terrain de jeu.

Elles devraient intégrer un GPS, des capteurs de mouvements, une caméra, des écouteurs et un micro (qui laisse supposer la prise en compte du contrôle vocal). La caméra, en plus de prendre des photos, devrait être capable de reconnaître l’environnement dans lequel se trouve l’utilisateur, permettant de délivrer des informations en temps réel sur ce qui l’entoure (bâtiments, amis proches de sa localisation). Du fait de sa petite taille, il ne faudra cependant pas s’attendre à une superbe résolution. L’appareil devrait en plus de cela être équipé d’un flash, dont l’utilité reste encore floue (peut-être pour aider l’utilisateur à se repérer dans la nuit, ou tout simplement prendre de meilleures photos…).

L’affichage des contenus est transparent, permettant — normalement — à l’utilisateur de conserver sa perception du monde réel. Personne, à part le porteur des lunettes, ne pourra voir les informations affichées par ces dernières.

Côté matériel, on devrait s’attendre à des performances et capacités proches de celles des smartphones première génération : un processeur 1GHz ARM A8, 256 Mo de RAM, et 8 Go de stockage.

Le moyen de connexion de ces super-lunettes reste cependant encore indéterminé (ou indéterminable). Il se pourrait que celles-ci passent par un réseau 3G ou 4G, ou soient plutôt directement connectées au smartphone Android de l’utilisateur, via Bluetooth ou Wi-Fi. Dans ce cas, le Bluetooth semble être la meilleure solution envisageable, du fait de ses besoins moins gourmands en énergie.

Le développement d’un tel gadget pourrait d’ailleurs interpeller la classe scientifique au sujet de ses effets sur la santé de ses utilisateurs. Avec toutes les études publiées sur les possibles risques de cancers dus à l’utilisation régulière des mobiles, il est clair que si la technologie de connexion de ces lunettes se base sur quelque chose de plus puissant que le Bluetooth pour la transmission et la réception des données, l’affaire pourrait de toute évidence soulever quelques grondements. Il en est de même pour l’affichage des contenus, qui risque d’engendrer une baisse de l’attention visuelle (traitement des stimulis visuels par le cerveau). A ce sujet, on peut notamment penser aux utilisateurs qui pourraient utiliser les lunettes en pleine conduite…

Les lunettes devraient faire appel à de nombreux produits et services Google (on s’en doute), tels que Google Latitude pour le partage de localisation, Google Goggles pour la recherche d’images — qui permettrait alors de déterminer la nature des éléments visionnés, ou encore d’identifier des mots dans de nombreux langages puis de les traduire –, ainsi que Google Maps pour la découverte de lieux proches et l’orientation de l’utilisateur.

Leur système de navigation actuellement utilisé serait basé sur les mouvements et inclinaisons de la tête de leur porteur, lui permettant d’interagir avec les contenus affichés (scrolling, clics). Il semblerait que l’apprentissage de cette navigation soit assez intuitif et se fasse rapidement. Une fois l’utilisateur habitué, l’utilisation des lunettes devient ainsi plus naturelle et surtout moins choquante pour les personnes aux alentours, évitant de faire passer l’utilisateur pour un acteur se rendant à une audition pour un film de zombies.

Concernant l’affichage, celui-ci fonctionnerait de la manière suivante : une paire de micro-écrans LCD devrait projeter l’image vers des miroirs, qui orienteraient cette dernière vers une zone des verres proche du nez. Cette partie des verres serait alors inclinée de telle sorte à ce qu’elle puisse proprement retransmettre l’image reflétée. Les lunettes offriraient ainsi deux écrans de 0,52 pouce chacun, de chaque côté du nez, qui se compléteraient pour offrir une résolution de 960×540.

Reste à voir comment l’autonomie de la batterie va être gérée. Celle-ci pose effectivement encore de sacrés challenges du côté des smartphones, tablettes et ordinateurs portables. Dans ce genre d’appareils, nous pouvons en général ressentir le poids de la batterie. Les lunettes doivent être légères pour être agréables d’utilisation, leur batterie sera donc probablement très petite, et risque de ne pas pouvoir rendre leur temps d’utilisation très long. Des lunettes carburant à la lumière du soleil seraient sublimissimes, mais nous en sommes sûrement encore bien loin.

Toujours est-il que ces lunettes Google ne vont pas, selon les employés consultés, être conçues pour être utilisées de manière continue. Leur usage devrait s’apparenter à celui des smartphones : seulement lorsque leur utilisateur en a besoin (même si ce n’est, je vous l’accorde, pas toujours le cas pour les propriétaires de smartphones).

Si la reconnaissance faciale devient de plus en plus précise, les lunettes auraient la possibilité de rappeler à leur porteur quand et où ils ont déjà rencontré une personne se trouvant face à eux, au cours d’une soirée par exemple, et même lui indiquer leurs amis communs sur les réseaux sociaux. Google a tous les outils en main pour la mise en place d’un tel système, par le biais de son application Goggles, mais la firme ne l’a jusque là jamais implémentée dans son produit pour des raisons de respect de la vie privée.

C’est en effet sur ce terrain que les lunettes posent un sérieux problème éthique aux ingénieurs de la firme. Celles-ci n’étant clairement pas conçues pour servir d’outil aux espions et autres voyeurs, les équipes du laboratoire Google X chercheraient une solution permettant d’avertir les gens de l’usage de la caméra intégrée par un utilisateur de ces lunettes proche d’eux.

La firme de Mountain View voit pour l’instant ce projet comme une expérience que n’importe qui sera capable de joindre, tout comme ce que l’on a pu voir avec le Chromebook Cr-48. Le prix de ce nouveau gadget en vue pour les geeks devrait, selon les employés Google ayant eu vent du projet, avoisiner celui des smartphones actuels, ce qui le place donc dans une fourchette de prix allant de 250 à 600 dollars. Google n’aurait pour l’instant pas encore envisagé de business model pour ces lunettes, ce qui laisse supposer l’absence de publicité dans un premier temps.

Dans un premier temps.

Avec l’instauration d’une telle technologie, l’affichage publicitaire pourrait évoluer radicalement, ciblant chaque consommateur en fonction de son attitude dans les magasins (temps passé à piétiner, arrêts dans les rayons…), ou encore de ce vers quoi son regard se porte. On peut immédiatement penser à la fameuse scène du centre commercial de Minority Report, où les publicités affichées s’adaptent aux personnes qui passent devant. Vous avez dit flippant ?

Il va sans dire que Google n’a à ce jour toujours pas souhaité commenter les rumeurs portant sur ces lunettes. Le journal San Jose Mercury News aurait cependant découvert il y a peu que la firme a planifié la construction d’un établissement dans lequel seront effectués des tests de composants électroniques. Un projet dans lequel la firme aurait investi près de 120 millions de dollars, et dont l’activité principale serait axée sur les tests d’une technologie de précision optique…

Bien que le produit soit loin d’être finalisé, on devrait certainement s’attendre à en avoir un avant-goût, par la démonstration d’un prototype, au cours de la conférence annuelle de Google pour les développeurs — Google I/O –, qui se tiendra en juin. Wait and… see?


Nos dernières vidéos

23 commentaires

  1. Pingback: Google nous préparerait des lunettes Android | Entrepreneuriat TIC - Veille Projet Multimedia Innovant - Univ Rennes 2 - M2 PRANET | Scoop.it

  2. c’est quand même hallucinant de voir ce dont ils sont capable. On a tous vu minority report, avec les bonnes idées high tech et les moins bonne, en ce disant :
    si sa voie le jours on est dans la merde et malgré sa, on a grandement l’impression que depuis quelques années, toute grosse boite innovante, veut absolument, sortir son gadget minority report… ouai c’est flippant, mais aussi excitant, le paradoxe est là, on craint tous que les innovation future, repousses encore plus loin un flicage déjà excessif, mais on ne peut s’empêcher d’être en béatitude devant ce type de techno. Moi le premier !

  3. outre le coté grand public, de telles lunettes pourraient s’avérer particulièrement efficace et utile pour les professionnels notamment en médecine associées à quelque chose comme google body, pour les pilotes aillant besoin de repères lorsqu’ils pilotent a vue…Bref je trouve que c’est une belle avancée et comme je le rappelle souvent, si la science fiction l’a montré, c’est que ça existera tôt ou tard !

  4. Pingback: Google nous préparerait des lunettes Android | Veille Techno "Autrement" | Scoop.it

  5. Pingback: Google nous préparerait des lunettes Android « L'info "Autrement" cftc hus

  6. Pingback: Google nous préparerait des lunettes Android | Webmarketing et Stratégie | Scoop.it

  7. Comme beaucoup de monde j’avais lu ça la semaine dernière. C’est juste excellent, je crois que juste par curoisité on a tous envie d’essayer. peut être pas pour le porter tous les jours nan, juste pour le « fun ».
    Mais où sont donc les voitures volantes ? Manque plus que ça !

  8. Merci pour ce très bon article qui donne envie d’essayer ces lunettes. Google va encore surement nous surprendre avec cette nouvelle technologie.

  9. Bravo Nicolas pour ce post. A quand ce type de technologie incorporée pour les lunettes plus classiques ^^. Je verrai bien une vision à la terminator ou consulter ses mails via ses lunettes. D’ailleurs n’est ce pas la prochaine étape ? Des lunettes deviendront peut les téléphones mobiles de demain 🙂 Bon ok je vois un peu trop loin peut être.

    Tchuss

  10. Une technologie naissante et donc très peu performante pour le moment, c’est du gadget mais si ça plaît ça risque d’évoluer assez rapidement et il n’est pas exclu que dans 10-20ans tout le monde porte ce type de lunettes (moins moches je l’espère).

  11. C’est très intéressant 🙂 Ce qui deviendrait bizarre c’est de pouvoir, avec ces lunettes, avoir accès à la page Google+ de la personne qu’on regarde, son profil Linkedin etc…

    Je sens aussi que Google Adwords va être partout dans notre vie.

  12. Pingback: Weav Digital Review - 05.03.2012 | weave Blog

  13. C’est bien vrai , la polyvalence de google dans tout les domaine est assez déroutant , car au delà de tout ces innovations la cnil reste sur son dos au moindre mouvement.

    Il n’empêche que c’est là un rêve de petit garçon qui devient réalité.

  14. Une très bonne nouvelle, nouveau produit de gamme technologie…
    Google = du nouveau

    Merci pour le partage de cette bonne information, très bonne nouvelle, je vais aussi partager cette nouvelle sur mon réseaux.

  15. Pingback: Google commence à tester ses lunettes à réalité augmentée

  16. On sait tous qu’on va venir à quelques chose dan cet esprit d’ici quelques années… mais honnêtement, cette vidéo ne me fait pas rêver. J’essaie déjà de limiter ma connectivité 24/24 en n’ayant pas de smartphone et cette « avancée » est un nouveau pas que je ne serais pas prêt de franchir !

  17. Porter des Okley non merci. Equipé d’un systeme qui enregistre ce que je vois, qui je regarde, ce que je lis, etc. La publicité omnipresente… Prochaine evolution de l’homme, perte de l’usage des mains, donc du geste, donc de notre personalité et du contact aux autres ( le touché est diabolisé par la presence, apparement mortelle, des microbes qui se baladent sur le mobilier urbain, la domotique, les espaces urbain automatisé, etc.). Regardez les personnes qui nous entourent assisté d’une fiche profil, regardez le ciel avec toutes ces données scientifiques, ne pas pouvoir être surpris d’un transport en commun qui flanche et renvoie la suite d’une journée à un possible inconnu… Ca ne m’exite pas d’avoir une baterie lithium prete a exploser ma tête a cause d’une surchauffe. La planete guttenberg a annoncé la revolution technologique que nous connaissons, avec d’autres mots, les auteurs de sciences fictions l’ont retranscrit ou mis en image, minorityreport, 1984, bienvenue a gattaca, blade runner… Dans toutes ces histoires l’homme est plié a un seul et meme flux d’informartion sensoriel dicté par une economie mortifère. Ces objets aux allures de gadgets ne me font pas rêver, sorte de bracelet electronique pour »homme libre » quel liberté de voir tout defiler devant nos yeux lorsque nous ne pouvons plus arrêter voir s’attarder sur le mouvement du flux à part cliquez, sous contrainte il n’y a quasi plus rien sur le reseau à part des like, des follow, des partages, des filtres, des calques qui colmate notre regard tout en lui donnant un air de perspective.
    Je ne suis pas encore familier avec les personnes qui parlent seul dans la rue ou les groupes d’autistes qui chatte sur facebbok assis à une même table. Pourtant j’aime la technologie et ce qu’elle peut procurer comme outils et certaine liberté d’expression. Par contre j’aime de noinq en moins les utilisateurs qui cri a la dictature mais son les premiers à parler la novolangue attendant qu’il sorte d’un hangard un appareil qui les enfermera définitivement dans un systeme de perception unique.
    Que ce soit google ou apple, vous ne ne prendrez jamais la tête, je garde mes 10 doigts et jamais je laisserais quelqu’un supplenter mon regard quotidien ou mon seul echapatoire a ce futur monde ultraconnecté et totalitaire serait de fermer les yeux.
    Je ne crois pas assez en la nature humaine pour espérer qu’une avancée technogique ou scientifique « majeure »puisse être utilisée à des fins bénéfique à l’homme, regardez à présent : du nucleaire nous avons la lumiere et l’arme. Du petrole nous avons le pouvoir de fabriquer des habits et alimenter les automobiles ( moyens de locomotion dominant qui pourrit tout sur son passage). Je vous laisse imaginez un monde où tout les habitants des pays « riches » soit connectés a une realité augmenté géré par une seule et même entreprise où leur modèle economique est basé par la vente du contenu genéré par les utilisateurs du service. J’arrive à m’y projetter assez facilement : Matrix c’est de la guimauve, Ubik un fait divers…

Send this to a friend