Suivez-nous

Tech

Google prévoit de faire payer les autorités qui accèdent aux données des utilisateurs

Google prévoit de faire payer les forces de l’ordre et les agences souhaitant utiliser ses données dans le cadre d’une enquête.

Il y a

  

le

 
Google GAFAM
© Unsplash / Paweł Czerwiński

Google envisage de faire payer les services de police pour leur accès aux données des utilisateurs, rapporte le New York Times dans un rapport daté d’il y a quelques jours. Si l’idée peut sembler étrange, il faut savoir que les autorités et les agences gouvernementales font régulièrement appel à l’entreprise américaine en raison du nombre massif de données qu’elle possède sur chacun.

Quels seront les tarifs de Google ?

Rien que pendant le premier trimestre de l’année 2019, plus de 75 000 demandes ont été envoyées à la firme au sujet de plus de 165 000 comptes. Cela implique le monde entier, mais un tiers vient exclusivement des États-Unis. Les données demandées peuvent être différentes et se focaliser, par exemple, la localisation mobile d’un utilisateur visé par une enquête.

Si Google venait à prendre une telle décision, ce serait pour compenser les coûts auxquels elle fait face afin de produire et transmettre ces informations aux autorités concernées. En termes de prix, la société américaine pourrait demander 45 dollars contre des informations de base, tandis que les prix des enregistrements liés à la communication de celui-ci se situeraient entre 150 et 245 dollars.

Googles données autorités prix

© Google

Le quotidien précise que certains cas ne seraient pas visés par ces paiements, à l’exemple des enquêtes sur les mineurs ou des situations d’urgence extrême mettant la vie de personnes en danger.

Google a déjà facturé les autorités dans le cadre d’une initiative similaire en 2008, mais c’est vraisemblablement la seule fois où il s’est plié à une pratique de ce type.

Pour l’instant, on ne sait pas encore quand ce projet pourrait se concrétiser —et il est difficile de dire si d’autres entreprises feront de même. Si Google dispose d’un très grand nombre de données, il en est de même pour beaucoup d’autres aux USA, à l’exemple de Twitter, Facebook, WhatsApp (qui appartient à Facebook) et autres. Aucune d’elles n’a réagi à cette annonce, mais Apple semble avoir déjà fait part de son positionnement dans le passé. Il y a quelques semaines à peine, cette dernière a vraisemblablement refusé de nouveau d’ouvrir l’iPhone d’un suspect au FBI dans le cadre d’une fusillade.

Reste aussi à savoir quel pourra être l’impact de la décision de Google sur le nombre de demandes faites chaque année.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Dodutils

    27 janvier 2020 at 21 h 34 min

    « Si l’idée peut sembler étrange » heu… ça fait des années que les opérateurs de téléphonie en France font payer les fadet (factures détaillées) et certaines autres demandes aux autorités.

  2. andré grenier

    30 janvier 2020 at 0 h 08 min

    Vont-ils charger les taxes sur leurs factures? si oui vont-ils les remettre à qui de droit?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests