IBM pourrait acquérir la division entreprises de RIM

IBM serait intéressé par l’acquisition d’une partie du business de RIM. C’est la division orientée entreprises de Research In Motion qui pourrait ainsi atterrir dans l’escarcelle de Big Blue.

International Business Machines Corporation serait intéressé par la division professionnelle de RIM. Bloomberg cite deux sources proches du dossier sans toutefois les nommer.

Pour l’heure, la démarche serait informelle mais aurait permis à IBM de signifier à RIM tout l’intérêt porté à la division entreprises de la société canadienne. Et plus précisément, il s’agit de la division en charge de certains des services de RIM tels que BlackBerry e-mail et la messagerie instantanée BlackBerry Messenger (BBM) qui intéresserait IBM. Si à l’origine, le service était exclusivement dédié aux e-mails, il a évolué depuis pour intégrer d’autres services tels que les notifications push. Ces spécificités proposées par RIM ont fait la réputation et la singularité des terminaux BlackBerry : la promesse de la sécurité (malgré des soupçons d’une surveillance des serveurs de RIM par la NSA américaine) doublée d’une rapidité de synchronisation des terminaux BlackBerry grâce à la compression des données. Tout un savoir-faire et des serveurs basés en Amérique du Nord, au Canada mais aussi au Royaume-Uni qui intéresseraient fortement IBM.

Selon Berenberg Bank, le marché pourrait varier de 1.5 milliard à 2.5 milliards de dollars suivant le périmètre de l’acquisition.

C’est aussi que le fruit RIM semble mûr pour une acquisition. Si Samsung a nié toute intention d’acquérir la société canadienne, la valorisation boursière de celle-ci a fondu comme neige au soleil en l’espace d’une seule année (elle a baissé de 70% dans ce laps de temps). Soleil qui pourrait toutefois à nouveau briller sur la société basée à Waterloo au Canada au gré d’un recentrage sur une partie de son business.

Thorsten Heins, qui a pris les rênes de RIM en janvier 2012, a ainsi étudié toutes les options qui s’offraient au groupe. Objectif : sortir la société de l’ornière. Les parts de marché de RIM ne cessent de diminuer, de nombreux professionnels s’orientant désormais vers l’iPhone ou même vers des terminaux Android.

IBM s’était séparé de certaines de ses activités hardware au profit des services qui représentent désormais plus de 50% de ses activités. 1993 avait alors été un tournant salvateur dans l’histoire de Big Blue. Et si d’aventure, RIM se séparait de certains de ses services, elle ferait l’exact opposé et se concentrerait dès lors sur ses activités hardware avec en ligne de mire les BlackBerry sous l’OS BlackBerry 10.

(source)


Nos dernières vidéos

2 commentaires

  1. Pingback: Des licences de BlackBerry 10 proposées à des constructeurs tiers selon le PDG de RIM

Répondre