Suivez-nous

Tech

Il sera bientôt possible de se connecter au réseau Starlink

La bêta publique de Starlink se précise après ce dernier lancement de 60 satellites.

Il y a

  

le

 
SpaceX Starlink
© Marco Langbroek

Après avoir signé un beau contrat avec l’armée américaine, SpaceX se concentre de nouveau sur ses nombreux autres projets, et notamment Starlink. À ce jour, 700 satellites ont été lancés pour offrir une excellente connexion Internet à n’importe qui sur Terre. L’objectif ultime de SpaceX est de créer une constellation artificielle de 42 000 satellites. Rassurez-vous, pas besoin d’atteindre cette quantité de satellites pour pouvoir profiter du réseau Starlink.

Pas avant février 2021 ?

Pour une fois, Elon Musk semble avoir été raisonnable dans ses estimations. En avril dernier, le PDG de SpaceX annoncé l’ouverture d’une bêta privée d’ici 3 mois, et d’une bêta grand public d’ici 6 mois. 6 mois plus tard, la bêta privée a déjà été lancée, et la version publique serait sur le point d’arriver. Hier, la société a ajouté 60 nouveaux satellites à la constellation, ces derniers ne sont donc pas encore totalement reliés à leurs confrères. Une fois cette étape atteinte, SpaceX pourra donner une date. Si l’on en croit le tweet d’Elon Musk.

À en croire Jonathan McDowell, astrophysicien au Centre d’astrophysique de Harvard-Smithsonian, la bêta publique ne devrait pas être disponible avant le 18 février 2021. Ce dernier explique que SpaceX à l’habitude d’envoyer ses satellites par groupe de 60 eux-mêmes divisés en 3 groupes de 20. Jonathan McDowell déclare : « Le premier groupe atteindra la hauteur cible dans environ 45 jours ; le deuxième et le troisième après 90 et 135 jours environ ». Il faudra donc s’armer de patience pour espérer pouvoir se connecter au réseau Starlink. De plus, Elon Musk avait également déclaré que les États-Unis et le Canada seraient privilégiés pour inaugurer la bêta publique. Le programme devrait arriver en Europe, donc en France, dans quelques mois supplémentaires.

5 Commentaires

5 Commentaires

  1. pjul

    8 octobre 2020 at 16 h 38 min

    Merci Elon
    Gràce à toi il ne sera bientôt plus possible d’admirer un ciel étoilé. Il restait encore cela à polluer sur cette terre. Ainsi je vais pourvoir mater netflix au kalahari.
    Au fait tes bagnoles sont toutes pourries et polluantes aussi. Ton train en tube est une grosse daube et tes tunnels anti-bouchons valent moins que la ligne 13. Dégages sur Mars, laisses la terre tranquille et mets toi ton implant neuro-truc dans c.

  2. L'ancien

    8 octobre 2020 at 18 h 00 min

    42 000 Satellites ? Nous aurons donc autour de la terre un 8ieme continent après celui du plastique en plein Pacifique. C’est le progrès écologique selon Musk…

    • Eldeil

      8 octobre 2020 at 18 h 08 min

      Ce système pourrais remplacer le besoin de poser de nouveaux câbles pour les connexions internet et la fibre. Donc potentiellement des millier de tonnes de plastique et caoutchouc qui aurait été enterré ça et la.

      Avant de critiquer une solution, il faut comparer avec ce qui est fait ou pourrait être fait, pour choisir la meilleur (qui ne sera pas exempt de défauts).

  3. hector

    8 octobre 2020 at 20 h 55 min

    Pollution visuelle, encombrement du spectre radio électrique…
    Je ne veux pas de ce ‘progrès’

  4. Sébastien

    9 octobre 2020 at 22 h 37 min

    Je suis effaré par ces entreprises privée américaine qui se permettent de polluer indéfiniment le ciel, en plus de la terre… Ont ils pensés à l’après, dans 400 ans les sqtelittes on en fait quoi ??
    De quel droit au nom de qui, de quoi. N’avons nous, en tant qu’humain notre mot à dire…
    L’entreprise aurait été chinoise ou russe on aurait crié au loup.
    Révoltant notre monde. Écœuré par le libéralisme à outrance. L’espèce humaine finira comme ses déchets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests