Immobilier : Le bigdata achètera vos maisons et vos appartements sur Internet

A l’heure du bigdata et de l’intelligence artificielle, dans l’immobilier aussi les cartes vont être redistribuées. Explications.

Immobilier 2.0 big data

Article rédigé par Vincent Lecamus, fondateur d’Immobilier 2.0, site de référence de l’industrie immobilière sur la veille technologique et le marketing immobilier.
Cet article s’inscrit dans notre rubrique « Paroles de Pros » dans laquelle des acteurs réputés du numérique prennent la parole sur des sujets liés à l’impact d’internet et des nouvelles technologies sur nos modes de vie.
>> En savoir plus sur Paroles de Pros et retrouver tous les articles de la rubrique.


rss-blog-icontwitter-iconlinkedin-icon

Si vous avez déjà vendu ou acheté un bien immobilier, vous êtes donc les premiers au courant de l’importance du prix. C’est d’ailleurs l’une des premières raisons qui pousse à consulter un professionnel du secteur. Le marché reste obscur pour beaucoup de français. On le voit d’ailleurs au nombre d’articles de journaux ou de magazines consacrés aux prix de l’immobilier et à leurs fluctuations. Pourtant la donnée est conséquente dans ce secteur. Et à l’heure du bigdata et de l’intelligence artificielle, les cartes ne vont-elles pas être redistribuées ?

L’évolution des startups du bigdata dans l’estimation immobilière

Quand nous avons lancé Immobilier 2.0, la donnée était importante mais réservée aux professionnels et à l’Etat. Puis, sont arrivés MeilleursAgents, Drimki, Paradissimo, Efficity et de nombreuses startups qui permettaient de faire ses estimations directement en ligne. MeilleursAgents allait même plus loin, puisqu’elle fournissait les prix au mètre carré, numéro de rue par numéro de rue. Ces startups ont amené une transparence dans le secteur qui est devenue la norme.

Aujourd’hui, MeilleursAgents emploie 100 personnes et est l’une des références en terme d’estimation des prix immobiliers en France. Mais ce ne sont pas les seuls sur le marché. Ont suivi LaCoteimmo (l’outil de SeLoger) mais aussi Immoprix (celui des notaires), pour ne citer que les plus connus. Il faut savoir qu’en France, ce sont les notaires qui centralisent l’information des transactions immobilières. Et il commence à y avoir du changement de ce côté.

OpenData : Ouverture de la base des notaires?

Pour ceux qui ont suivi les actualités immobilières dernièrement, vous avez sûrement entendu que les impôts avaient ouvert le service PATRIM. Ce service permet à chaque contribuable d’aller consulter les prix des dernières transactions. Ils ont le droit à une dizaine de requête par an, pour estimer leur bien immobilier. Ce n’est pas encore l’eldorado de la donnée mais c’est un premier pas.

Et l’Etat pousse. En effet, les notaires devraient ouvrir leurs bases de données : la base Biens pour l’Ile de France et Perval pour le reste du pays. Aux dernières nouvelles, ce serait pour juillet. Mais l’information n’est pas simple à trouver. D’après ce qu’ils ont annoncé, les professionnels mais aussi les entreprises fournissant des outils/services aux professionnels pourront y accéder ; et donc les startups font partie du lot. Intéressant.

Traversons l’Atlantique maintenant.

Le bigdata et le predictive data immobilier aux Etats-Unis

On a vu qu’en France, différents acteurs estiment des prix au numéro de rue près. Et bien, aux Etats-Unis, ils font la même chose. Mais, ils ne s’arrêtent pas là. Zillow – le Seloger américain – fournit aussi une estimation du prix des biens dans un an. Ils sont dans le futur les mecs !

Plus sérieusement, il y a une différence importante. Aux USA, tous les professionnels travaillent sur un outil commun, le MLS. Ils ont donc l’obligation d’y rentrer toutes les informations immobilières : prix de mise en vente, baisse de prix, prix réelle de vente, honoraires, etc. Toute la donnée est donc disponible moyennant le paiement de l’accès à la base de données. Leur estimation est donc facilitée et surement plus précise.. Mais à quel point?

OpenDoor : la première licorne dans l’immobilier résidentiel

Une startup a réellement cru en la pertinence de l’estimation immobilière. A tel point qu’elle a décidé de lancer un service qui achète votre bien immobilier directement en ligne ! Il suffit de remplir un formulaire d’estimation classique. A la fin, OpenDoor vous donne son estimation. Mais cette estimation est une offre sérieuse de rachat de votre bien immobilier. Si vous cliquez sur « Acceptez l’offre », c’est bon, vous avez vendu votre bien !

Simplement, sous 3 jours, un professionnel passe pour vérifier que vous n’avez pas menti en ligne. Si ce n’est pas le cas, l’argent vous est versé sous 30 jours…

Ensuite, OpenDoor s’occupe de faire les travaux, et de revendre le bien, serrure et caméra connectées à l’appui. Mais c’est un autre sujet. A l’heure où j’écris, la startup a déjà de nombreux concurrents outre-Atlantique dont Knock.io et Offerpad sont les plus sérieux. En 2014, OpenDoor a acheté une maison par jour à Phoenix pour tester son modèle. 3 ans plus tard, ils sont présents sur 3 villes et ont levé 320 millions de dollars pour se développer à travers le pays. Il y a quelques jours, Zillow s’est d’ailleurs aligné et a annoncé un service similaire avec 11 partenaires !

Mais qu’en est-il en France?

En France, c’est différent. Comme je l’expliquais, le marché est différent. Et pourtant, une startup s’est lancé l’année dernière sur ce créneau : Homeloop. Pour le moment, ils proposent plus ou moins la même chose que ce que proposait OpenDoor à ses débuts. Après avoir levé 1 million d’euros en début d’année, Homeloop se propose de revendre votre bien sous 90 jours. Et si il n’est pas vendu, c’est eux qui vous verseront l’argent. En un mot, ils vous fournissent un prix auquel vous serez sûr de vendre votre bien, en 3 mois. Soit à des acheteurs intéressés, soit à eux.

On en est qu’aux prémices de ce que va proposer le bigdata pour la transaction immobilière mais c’est déjà impressionnant. Dernièrement, Zillow s’est fait attaquer en justice pour son algorithme qui avait sous-estimé un bien. Ce serait la première jurisprudence sur ce sujet. Affaire à suivre.

A propos d’Immobilier 2.0

Immobilier 2.0 est le site de référence de l’industrie immobilière sur la veille technologique et le marketing immobilier. Nous réunissons une communauté de plus de 60 000 professionnels de l’immobilier francophones qui partagent une même passion pour l’innovation et l’immobilier.


Nos dernières vidéos

3 commentaires

  1. Stéphane on

    Sympa Vincent de te lire sur Presse citron. Pour une fois, je ne suis pas d’accord avec toi car à ce jour ceux qui font les estimations en ligne ont juste une marge d’erreur qui peut monter à 30% et le big Data est encore très loin de nos rêves. Bref pour moi on en rediscute dans 10 ans-15 ans? Pour opendoor et Homeloop là aussi c’est bien pour prendre des leads mais le risque me semble bien grand. A suivre

  2. Salut Stéphane, ça ne m’étonne pas de te croiser par ici. C’est bien l’un des sujets de l’article. Et la question est soulevée avec Zillow qui se fait attaquer en justice pour cette marge d’erreur. Maintenant, quid d’Opendoor qui prend le risque à 100% en revendant les biens directement. Pour le moment, c’est effectivement risqué mais une fois qu’ils auront le cash flow pour assumer leurs marges d’erreurs? Il y a d’autres éléments intéressants chez OpenDoor comme la valeur apportée au client, qui fait presque plus la différence que l’algorithme en lui-même. Pour moi, le risque n’est pas tant sur la marge d’erreur mais sur la concurrence arrivant. Quand ils seront deux sur la même ville, la concurrence voudra qu’ils tirent leurs estimations vers le haut (comme le font certains agents 😉 ). Ils devront donc réduire leurs marges et augmenter leur risque. Enfin, que restera-t-il de ces entreprises quand le marché se renversera et que leurs algorithmes ne l’aura pas prévu… Pleins de questions intéressantes. Mais aujourd’hui, les algorithmes de bigdata qui achètent les biens en ligne, ca existe et ils ont acheté plus de 4000 biens chez Opendoor (au 30 novembre 2016) depuis leur lancement…

  3. Julian Rodriguez on

    Yes bien cool de te voir sur Presse Citron !!! Bon article. En revanche je serai curieux de connaitre la valeur de rachat et surtout l’écart moyen sur les 4000 biens avec la valeur marché. Pour moi Opendoor est un modele de marchand de bien digitalisé et rien d’autre. Je serai aussi curieux de voir les chiffres d’affaire à la revente et produit net net… Nan parceque Opendoor n’a pas vocation à mettre les 4000 appartements sur AirBnb 😉 quoi que…

Répondre