Connect with us

Séries

Inde : le premier « accro » à Netflix

L’homme qui vient d’être accueilli par une clinique passait sept heures par jour devant Netflix.

Il y a

le

Inde : le premier "accro" à Netflix

Netflix, roi du binge-watching

On s’est tous dits à un moment ou un autre que l’on passait trop de temps devant Netflix. Qu’il s’agisse du jour où on a regardé l’intégralité de la série Stranger Thing ou les deux saisons de 13 Reasons Why à la suite. A chaque fois, la triste réalisation. Mais on arrive à reprendre ensuite le rythme de « notre vie normale », seulement entrecoupée de grosses sessions de visionnage pour les grandes occasions.

Bien sûr, Netflix essaie de se débarrasser de l’étiquette du « binge-watching ». L’expression est passée de l’argument au stigmate. Pour autant, impossible de nier la réalité. Mais en Inde, un homme a atteint de nouveaux niveaux. Cet individu de 26 ans n’avait pas d’emploi. Pour s’occuper, il pouvait passer jusqu’à 7 heures par jour devant Netflix. En soi, ce n’est pas un total journalier si important, mais répété dans la durée, on peut s’inquiéter..

Les limites du terme addiction

La presse indienne relayée par BFMTV, explique qu’il s’en servait en fait pour échapper à la réalité. L’homme a donc commencé un traitement à  l’Institut national de la santé mentale et des neurosciences (Nimhans) de Bengaluru (Inde). Son premier réflexe le matin était d’allumer Netflix. La situation a eu des conséquences sur sa santé : fatigue oculaire et troubles du sommeil. Pour trouver la solution, les médecins lui prescrivent des exercices de relation et l’aident aussi dans sa recherche d’emploi.

> Lire aussi :  Si Canal+ a perdu des abonnés, ce n'est pas la faute à Netflix

Si l’affaire fait le buzz, c’est bien entendu parce que l’on parle de Netflix et tout le monde s’y intéresse. Mais, dans les faits, s’il s’agit de Netflix cela aussi aurait pu être n’importe quelle autre addiction : jeux vidéo, alcool, cigarettes. Depuis 2015, on associe certes le binge-watching à une forme de dépression, mais quelle différence avec ceux qui sont devant la télé classique toute la journée ? A l’heure où on lutte contre les addictions, le numérique fait souvent une cible facile.

Source

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests