Suivez-nous

Internet

iPhone : vos données sont discrètement partagées lors d’updates en arrière-plan

Une enquête réalisée par le Washington Post a révélé que de nombreuses applications sur iPhone envoient des données privées à des sociétés de recherche et des agences de publicité en tâche de fond sans l’accord des utilisateurs.

Il y a

le

iPhone réseaux sociaux Facebook Twitter WhatsApp Instagram
© Tracy Le Blanc from Pexels

Des envois réguliers de données privées

Le journaliste Geoffrey Fowler du Washington Post a réalisé un test de confidentialité en partenariat avec l’entreprise Disconnect spécialisée dans les produits et services dédiés au respect de la vie privée et des données personnels. Le but de cette enquête était de découvrir les liens existants entre les applications installées sur un iPhone et les entreprises qui collectent des données. Pour réaliser ce test, le journaliste a utilisé un outil qui permettait de vérifier l’activité du smartphone à différents moments de la journée.

Geoffrey Fowler a ainsi constaté que des applications qui utilisent le suivi et le partage des données des utilisateurs profitent très régulièrement de l’actualisation en arrière-plan pour envoyer des données aux entreprises de suivi. Ces données peuvent être un numéro de téléphone, une adresse e-mail, une adresse IP, des informations de géolocalisation ou encore des données opérateur. Certaines sociétés sont  même capables d’identifier un iPhone puis de  partager les données avec d’autres sociétés de tracking.

Un envoi des données dans le dos des utilisateurs

Lors de ce test, il a été constaté que l’utilisateur n’était à aucun moment informé de cette pratique. Le Washington Post a comptabilisé 5 400 traqueurs différents qui ont récupéré des informations grâce à des applications installées sur un iPhone. Selon Disconnect, pas moins de 1,5 Go de données seraient envoyées au cours d’un mois.

S’il est difficile d’établir une liste complète des applications concernant, on retrouve malgré tout quelques noms connus comme Microsoft OneDrive, Nike, Spotify, The Weather Channel, Yelp, Citizen et même l’application iOS du Washington Post.

Rappelons que la collecte de données n’est pas forcément mauvaise, par exemple lorsqu’elle est anonymisée et stockée pendant une période limitée, et peut réellement à améliorer une application ou des services. Toutefois, certaines entreprises collectent des informations utilisateur spécifiques et ne fournissent pas d’informations claires sur la durée de conservation de ces données ni sur les personnes ou sociétés avec lesquelles elles sont partagées. 

De son côté, Apple n’a publié aucun commentaire en particulier, renvoyant vers son discours habituel : si des applications nes respectent pas les règles de l’App Store, elles seront retirées.

Geoffrey Fowler suggère qu’Apple pourrait demander aux applications d’indiquer l’utilisation faite des données lorsqu’elles mettent en place des trackers, tandis que Disconnect propose de renforcer les paramètres de confidentialité dans iOS afin de donner aux utilisateurs plus de contrôle sur leurs données.

En attendant, pour arrêter ce processus de collecte des données en arrière-plan, vous pouvez désactiver complètement l’actualisation en tâche de fond en allant dans Réglages > Général > Actualisation en arrière-plan.

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Patrick

    30 mai 2019 at 13 h 58 min

    Et si le consommateur devenait un peu plus adulte et arrêtait de télécharger n’importe quoi sur son téléphone ?

    Pourquoi donner à un tiers (que l’on ne connaît pas, hormis son nom) les clés de sa propriétaire ?

    Tous les noms cités plus haut possèdent des sites, il me semble.
    Alors pourquoi ne pas aller leur rendre visite quand vous en avez envie, plutôt que de les installer à vie dans votre propriété (votre smartphone) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests