Suivez-nous

Fintech

La néo-banque N26 se lance dans la taxation des dépôts

La néo-banque allemande rejoint plusieurs établissements à taxer les encours de ses clients. Pour N26, ce sera dès 50 000 euros.

Il y a

  

le

 
N26 neobanque
© Presse-citron.net

Posséder 50 000 euros sur son compte bancaire N26, ce n’est pas fréquent. La néo-banque, comme ses compères, ne connaît pas les mêmes montants d’encours que les banques traditionnelles. Pourtant, comme ces dernières, elle est sujette à une exigence de la BCE. Celle de payer des pénalités en cas de liquidités excédentaires déposées au guichet de Francfort.

C’est une situation exceptionnelle que les banques connaissent depuis juin 2014 et l’abaissement à des taux négatifs pour les dépôts auprès de la BCE. Pour l’expliquer simplement, tout excédent de liquidité par les banques et déposé au guichet de la banque centrale européenne était récompensé par une rémunération de sa part, calculée selon un taux.

Cela était devenu une logique ancrée, mais qui finalement se retourne totalement en cas de taux négatif. Dans ce cas, c’est aux banques à devoir payer la BCE, en l’échange de pouvoir lui apporter ses dépôts. Facilitant le crédit d’un côté pour les particuliers, le coût de l’argent n’est pas allé dans l’intérêt des banques. Et en septembre 2019, une nouvelle encore plus difficile arriva : de – 0,40 % à – 0,50 %, le taux d’intérêt a atteint son plus bas.

Conséquences pour N26

N26 n’est pas la première banque à sauter le pas, mais elle montre à son échelle que même un établissement de paiement qui connaît une moyenne de liquidité faible chez ses clients peut en souffrir. Pour toutes les banques qui ne taxent pas de dépôts excédentaires, ces dernières n’ont d’autres choix que de payer à la place de leurs clients.

En substance, la néo-banque N26 a fixé le montant de plancher à 50 000 €. Pour tous ses clients qui posséderaient davantage d’encours, et ce depuis une ouverture de compte passée le 19 octobre 2020, 0,5 % de frais seront appliqués à l’ensemble des liquidités, avec des règlements mensuels. Les concernés ne seront pas nombreux, mais N26 semble tout de même en souffrir.

Lire aussi : notre avis sur la banque N26

Pour éviter que son client n’ait à payer, la banque mobile s’engage toutefois à avertir suffisamment tôt la personne et la guider vers des solutions alternatives. N26 est la première néo-banque, mais loin d’être le premier ni le dernier établissement bancaire à passer le cap. Ce furent les banques suisses qui choisirent en première de redonner à leur client cette charge additionnelle. Depuis un an, les acteurs européens du système bancaire ont maintenu le doute sur cette politique et pourraient maintenant s’y plier dans la majorité.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *