Suivez-nous

Auto-Moto

L’Allemagne se dote d’un centre national de contrôle des bornes de recharges pour véhicules électriques

Cette nouvelle instance vise à booster le déploiement des stations à l’échelle du pays.

Il y a

  

le

 
tesla
© Unsplash / Vlad Tchompalov

Comment mieux planifier le déploiement d’un réseau national de charge rapide ? Pour répondre à ce défi d’envergure, l’Allemagne a décidé de se doter d’un Centre national de contrôle qui vise à rationaliser l’installation des bornes de recharges pour véhicules électriques dans l’ensemble du pays.

Cité par Clean Technica, Andreas Scheuer, le ministre des Transports et de l’Infrastructure numérique, se veut très clair sur les objectifs de cette nouvelle institution : « La charge doit être aussi simple et naturelle qu’avec un téléphone portable. Nous fixons également des règles uniformes pour l’activation du point de charge et le paiement. »

Lutter contre l’anxiété de l’autonomie

Le Centre va devoir calculer les besoins à l’échelle du pays et planifier le déploiement d’un réseau national de recharge rapide. La tâche n’est pas forcément aisée en Allemagne où les Länder ont une grande marge de manœuvre et n’ont pas tous les mêmes ambitions écologiques. La structure va donc devoir coordonner l’ensemble de ces collectivités pour mener à bien sa mission.

Dans un premier temps, Andreas Scheuer affirme viser les 1000 emplacements de recharge rapide. Une fois cet objectif accompli, il espère qu’une barrière psychologique va tomber dans l’esprit des consommateurs allemands et qu’ils adopteront plus facilement les voitures électriques. Cette peur de ne pas pouvoir faire de longs trajets est d’ailleurs assez répandue et pas seulement chez nos voisins. Le phénomène a même un nom : la « range anxiety » (anxiété de l’autonomie).

Pour mieux s’y retrouver, le centre va s’appuyer sur TOOL, un outil de planification qui s’appliquera sur l’ensemble du territoire. Selon Green Car Congress, il permet de calculer plus précisément les besoins nécessaires, en s’appuyant sur des données telles que les flux de circulation, les informations socio-économiques et les infrastructures déjà existantes.

L’ensemble de ces missions nécessite des moyens humains importants et le Centre va donc encore s’agrandir au cours des mois à venir.

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Malkut

    21 février 2020 at 10 h 48 min

    La même chose en France est clairement nécessaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests