Suivez-nous

Applications

Le Kick off : Apple abuse-t-il avec son App Store ?

Apple est tout puissant sur sa plateforme mobile. A tel point que certains éditeurs se retirent où l’attaquent pour abus de position dominante. Voici ce que nous en pensons.

Il y a

le

Par

 

Hello, c’est le Kick off : Apple abuse-t-il avec les règles de son App Store ?

Posted by Presse-citron on Monday, April 29, 2019

Apple a permis à des milliers d’éditeurs d’applications de se faire connaitre, d’en faire un business durable et juteux, et même pour certains de connaitre la gloire et la fortune, puisque 164 d’entre eux ont dépassé le million de dollars de chiffre d’affaires en 2018. Avec plus de deux millions d’applications disponibles, l’App Store a généré plus de 130 milliards de dollars entre 2010 et 2017 (même s’il est toujours pratiquement impossible de connaitre les vrais chiffres entre ce qui est généré au total par an et la part redistribuée, sans parler du bénéfice net…).

Bref, une vraie success story aux allures de contrat équitable entre Apple et les éditeurs.

Mais ça c’est quand tout va bien. Car au moindre grain de sable, la belle histoire d’amour peut vite tourner au cauchemar, le win-win se transformer en ouin-ouin et le divorce être très rapidement consommé. Et là c’est toujours au détriment des éditeurs d’applications, jamais à celui d’Apple. C’est ce que viennent de découvrir différentes sociétés ayant développé et commercialisé ou déployé sur l’App Store diverses applications destinées à aider les utilisateurs d’iPhone à mieux gérer leur temps d’écran. problème, depuis iOS 12, Apple propose également une fonctionnalité intégrée au système d’exploitation dotée de nombreuses options et paramètres dédiés à la gestion du temps d’utilisation du téléphone et de ses diverses options et apps.

Au prétexte de la protection de ses clients, Apple se permet tous les abus avec les éditeurs d’applications

Comme par hasard, depuis le déploiement de « Temps d’écran » version Apple, une dizaine de ces applications concurrentes ont purement et simplement disparu de l’App Store. Selon certains de leurs auteurs, elles ont été dégagées du jour au lendemain sans préavis. Face à la polémique et à l’émoi suscités par cette éviction et relatée dans un article à charge du New York Times, Apple a réagi via son Directeur du Marketing Phil Schiller, qui a évoqué les risques que ces applications représenteraient pour la vie privée des utilisateurs et des enfants.

On veut bien croire à la bonne foi d’Apple quand cette entreprise affirme vouloir par-dessus tout protéger la vie privée de ses clients, mais on ne peut s’empêcher de penser que cette disparition des applications a quelque-chose de suspect dans son timing. Et quoiqu’il en soit, si Apple dit vrai, pourquoi avoir accepté les apps en question si c’est pour les supprimer ensuite, et surtout, pourquoi une telle brutalité ? N’était-il pas possible de prévenir les éditeurs afin de les inciter à modifier leurs applications plutôt que de les virer comme des malpropres sans avertissement ?

Dans cette vidéo je vous dis ce que je pense de cette affaire et des méthodes expéditives des GAFA quand vous enfreignez – souvent de bonne foi et par maladresse – leurs règles.

>> Retrouvez-moi sur Citronium, ma newsletter personnelle de veille hebdomadaire sur l’innovation

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests