Connect with us

Buzz

Le nouveau ministre japonais de la cybersécurité n’a jamais touché un ordinateur

Yoshitaka Sakurada occupe un poste clé pour le Japon dans le monde moderne. Mais les compétences n’ont pas l’air d’être comprises au programme…

Il y a

le

Le nouveau ministre japonais de la cybersécurité n'a jamais touché un ordinateur

Un statut international à défendre

Cela ne surprendra personne si on dit que l’informatique n’est pas la tasse de thé de beaucoup d’hommes politiques. Bien sûr, en France, on a eu l’exemple très particulier de la loi Hadopi et de l’entité correspondante. Dans d’autres pays, ils se font piéger par des fake news ou affichent souvent de terribles lacunes.

Tous ces politiques viennent de trouver leur nouveau maître. Son nom ? Yoshitaka Sakurada, 68 ans. Sa fonction ? Responsable du bureau en charge de la cyber sécurité dans le gouvernement japonais.  Son aspect particulier ? Il n’a jamais touché un ordinateur de sa vie… Cela ressemble à un gag mais c’est vraiment le cas. En même temps, quelle meilleure façon de ne jamais se faire pirater, que ne pas avoir de PC et de ne jamais utiliser de services sur internet ?

De l’importance des conseillers pour Yoshitaka Sakurada

Les députés japonais s’en sont rendus compte mercredi quand il a semblé être perdu concernant des aspects basiques. Il s’agissait de l’usage de clés USB dans les centrales nucléaires. Sa réponse ? « Je ne connais pas bien les détails. Pourquoi est-ce que l’on ne demanderait pas à un expert de répondre à votre question si nécessaire ? »

> Lire aussi :  Cemtrex SmartDesk, un ordinateur improbable à 4500 dollars

L’homme est censé être l’expert en question au sein du gouvernement. De plus, il gère sa propre entreprise depuis 43 ans. Selon ses explications, il aurait demandé à ses employés ou secrétaires de s’occuper de tout ce qui était numérique à chaque fois que c’était nécessaire tout au long de sa carrière.

S’il veut s’initier et qu’il s’ennuie dans les réunions de cabinet, il pourra toujours prendre exemple sur la première ministre norvégienne. Une petite partie de Pokémon Go au Parlement pourrait faire des miracles avec son image de marque.

Tout aussi problématique, un autre sujet pourrait s’annoncer plus délicat que prévu. En effet, Yoshitaka Sakurada a aussi eu des soucis dans d’autres domaines… En charge d’une partie de l’organisation des Jeux Olympiques 2020 à Tokyo, il a donné l’impression de ne rien y connaître non plus dans une interview. Pas vraiment rassurant. Yoshitaka Sakurada semble être devenu un expert dans l’art de se faire payer un salaire de ministre, pour tout déléguer à des petites mains, sans même s’intéresser au dossier !

> Lire aussi :  Google renonce à un contrat de 10 milliards avec le Pentagone

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests