Le recrutement participatif ou comment gagner en efficacité, en diversité et en humanité

C’est une conviction intime : les outils numériques peuvent – et doivent – permettre aux RH de se réinventer. Le recrutement participatif en est une illustration.

Recrutement participatif

grégory Herbé MyJobCompany
Article rédigé par Grégory Herbé, CEO de MyJob.Company, une startup spécialisée dans le recrutement par cooptation qui permet aux entreprises d’atteindre très rapidement des profils ciblés et qualifiés, inaccessibles par tout autre biais.
Cet article s’inscrit dans notre rubrique « Paroles de Pros » dans laquelle des acteurs réputés du numérique prennent la parole sur des sujets liés à l’impact d’internet et des nouvelles technologies sur nos modes de vie.
En savoir plus sur Paroles de Pros et retrouver tous les articles de la rubrique


rss-blog-icontwitter-iconfacebook-iconlinkedin-icon

 

 

Ayant été chasseur de tête durant 10 ans dans un cabinet parisien, c’est naturellement vers le recrutement que j’ai voulu imprimer ma patte en co-fondant MyJob.Company avec Boris Sirbey (philosophe) et Cédric Cohen-Lemberg (directeur technique). Nous avons voulu donner un coup de pied dans la fourmilière en proposant de révolutionner le recrutement pour le rendre plus efficace et plus humain. C’est ainsi, en combinant une connaissance des usages digitaux, des outils numériques et un savoir-faire métier, que nous avons entrepris de transformer le recrutement.

L’approche du recrutement participatif est basée sur du win-win-win : pour les entreprises, les candidats, tout autant que notre communauté de headhunters (déjà 100 000 membres).

Gagnant pour les entreprises qui accèdent à des talents cachés, peuvent accueillir de nouvelles recrues plus vite et moins cher dans leurs équipes. Gagnant pour les candidats qui, recrutés sur leur savoir être et leur motivation, peuvent accéder à des postes inenvisageables avec l’approche traditionnelle du recrutement. Et enfin, gagnant pour notre communauté de headhunters, rémunérés pour leur travail de sourcing et à qui nous proposons de monter en compétences sur ce métier de chercheur de talents !

Réinventer le recrutement : la puissance du sourcing social

Aujourd’hui, le principal vecteur de l’information en général et des offres d’emploi en particulier, ce sont les individus.

Nos réseaux sociaux se sont tellement densifiés et nous sommes tellement équipés d’outils de communication, que nous possédons tous désormais la puissance d’un petit jobboard. En effet, une personne active sur les réseaux sociaux possède un réseau de 400 contacts en moyenne et une personne lambda se situe entre 100 et 150 contacts.

Sourcing social

En créant un outil de sourcing social, des startups comme la nôtre permettent aux recruteurs d’accéder au micro-réseau des internautes.

Tout l’enjeu du sourcing social réside en cela : amener les gens à partager les offres d’emploi et à ouvrir leur précieux carnet d’adresses pour mettre en relation les entreprises et les candidats, le besoin et les ressources. C’est la force des réseaux sociaux : transformer tout un chacun en recruteur en puissance. Et avec un taux de placement de 94 %, c’est un outil qui semble marcher !

L’approche très humaine de la recommandation

La recommandation permet d’appréhender le recrutement d’une manière très qualitative. En effet, quand une personne recommande l’un de ses contacts, elle le fait en se basant sur ses expériences et réussites, mais aussi sur sa personnalité, sa capacité projetée à se sentir bien dans l’entreprise. La recommandation permet ainsi de prendre en compte toute la complexité d’une personne.

Recommandation sociale

De plus, quand on recommande un candidat, on s’engage personnellement vis à vis de l’entreprise c’est pourquoi les recommandations sont souvent très qualitatives. D’ailleurs, 69 % des gens ont trouvé leur dernier emploi par recommandation et c’est pourtant, une approche peu utilisée dans le recrutement traditionnel.

Débusquer des talents cachés

Comment atteindre les profils très sollicités et en pénurie sur le marché du travail ? Le recrutement participatif permet une approche moins invasive et plus efficace que la chasse de tête traditionnelle en utilisant la cooptation.

talents cachés recrutement

Ainsi, ce recrutement 2.0 entre dans une logique collaborative par la création de communautés de métiers. Cela peut s’appliquer à tous types de métiers puisque nous le pratiquons pour les développeurs et l’avons également mis en place pour recruter des profils très peu digitalisés pour une enseigne de grande distribution (en l’occurrence, des bouchers).

La qualité d’experts en recrutement

Néanmoins, tout le process de recrutement ne peut pas être externalisé. Dans un processus de recrutement participatif, l’étape de qualification de profil est effectuée en interne avec des chargés de recrutement experts dans leurs domaines.

experts recrutement

Sur une base de critères pré-définis en accord avec le client, le chargé de recrutement confirme ou infirme la proposition faite à l’étape de sourcing.

L’intérêt est de pouvoir réagir vite pour établir un premier contact entre le moment du sourcing et la rencontre avec l’entreprise, si le profil est validé.

Un recrutement centré sur la personnalité du candidat

Réinventer le recrutement c’est aussi s’inspirer de l’approche anglo-saxonne qui met l’accent sur le savoir être et la personnalité du candidat plus que sur les expériences listées dans le CV. En tant qu’expert du recrutement, cette nouvelle approche est devenue inévitable pour les profils digitaux, car de nouveaux métiers apparaissent en permanence.

Recrutement personnalisé

Ainsi, le recrutement participatif permet de faire ressortir l’essentiel c’est-à-dire  : la motivation, le savoir être, la personnalité, les intérêts professionnels plutôt que les dimensions d’expérience, de diplôme, d’âge, de sexe… Ce faisant, il est possible d’élargir les profils recrutés, de sortir du clonage de candidats et d’entrer dans une véritable logique de diversité.

Le recrutement participatif permet donc de s’appuyer tout autant sur la finesse de l’humain que sur la puissance des outils digitaux… Et demain, les robots pourront peut être nous aider à recommander des humains, à faire matcher avec toujours plus de précision et de justesse des profils et des postes.

Qui sait ?


Nos dernières vidéos

Un commentaire

  1. Intéressant. En revanche que s’est-il passé entre « Rendre plus efficace et plus humain » => « Et demain, les robots pourront peut être nous aider à recommander des humains » ? chez moi cela provoque comme un blocage…

Send this to a friend