Le thon rouge, roi du buzz

C’est moi ou nous n’entendons parler que de thon rouge depuis quelques jours (5 pages sur Wikio en seulement 2 jours) ? Voilà l’exemple typique d’une « niche d’information » dont le ratio intérêt-nombre de personnes concernées/couverture médiatique est incroyablement disproportionné. Ou comment occuper les unes avec un sujet qui n’intéresse personne à part quelques pêcheurs, une

C’est moi ou nous n’entendons parler que de thon rouge depuis quelques jours (5 pages sur Wikio en seulement 2 jours) ?

Voilà l’exemple typique d’une « niche d’information » dont le ratio intérêt-nombre de personnes concernées/couverture médiatique est incroyablement disproportionné. Ou comment occuper les unes avec un sujet qui n’intéresse personne à part quelques pêcheurs, une poignée d’écologistes et un groupe de fonctionnaires de Bruxelles.

Un vrai buzz de vieux média traditionnel, en quelque sorte, coincé entre les intérêts contradictoires des lobbies (pêcheurs) et des ONG (WWF, Greenpeace), et ce besoin assez irrationnel de fournir au peuple sa dose quotidienne de réalité sociale ancrée dans le terroir (ou, en l’occurrence, dans le merroir), sur fond de menace pour l’environnement. Brrrr.

Quand je vois une telle couverture médiatique pour un sujet aussi spécifique, je me demande toujours quelle est la motivation qui anime les éditorialistes : puissance des lobbies ? Sujet lié à l’écologie et à la disparition des espèces ? Capacité de WWF et Greenpeace à alerter et à savoir parfaitement utiliser les médias ? Peur panique d’une pénurie de sushi dans les rédactions parisiennes ?

Bref, l’importance accordée à certains thèmes dans les médias reste encore une énigme pour moi, et pour beaucoup d’entre nous probablement. En tout cas je ne suis pas certain que ce soit en mettant ce genre de sujets en une que les médias traditionnels retrouveront leur public, et les journaux leurs lecteurs. Et leurs annonceurs.

En revanche, pour emballer le poisson, je dis pas.

Mise à jour : mea culpa, à lire la plupart de vos commentaires, il semblerait que je me sois trompé. Désolé, je n’imaginais pas que le thon rouge intéressait autant de monde. Autant pour moi, cela semble être un sujet passionnant pour beaucoup. Cela dit, même si mon exemple est mal choisi, je persiste à penser que les médias accordent parfois une place disproportionnée à certains sujets par rapport au nombre de personnes réellement concernées.

Mise à jour 2 : Pierre a repris le sujet à la volée et propose un sondage sur la question. Faudra que je pense plus souvent à faire des sondages sur Presse-citron, je n’ai pas ce réflexe.


Nos dernières vidéos

97 commentaires

  1. Je ne sais pas, quand je vois le nombre de personnes qui mangent au « japonais » régulièrement, il y a peut-être plus de gens concernés que ce qu’il n’y parait… Ou peut-être qu’à Lyon on n’a pas l’habitude de manger de poisson frais, la mer est si loin que cela ? 😉

  2. « qui n’intéresse personne à part quelques pêcheurs, une poignée d’écologistes et un groupe de fonctionnaires de Bruxelles »

    et les consommateurs ???

    perso j’adore le thon rouge en sushi et sashimi

  3. T’es un peu dur là !
    Effectivement, c’est bien loin des thèmes abordés dans ce blog mais bon, c’est un problème qui peut quand même concerner potentiellement pas mal de monde…

    D’un autre côté, quelle est la part des gens qui connaît wizzgo par exemple en France ? Des fois on peut se dire que nos geekeries sont également underground….
    mais il faut de tout pour faire un monde 🙂

    ps: ok je suis fan de sushis et sashimis !
    ps2: je suis vraiment triste pour wizzgo
    ps3: merci pour la qualités de tes billets et longue vie à ce blog

  4. Cette info semble surtout reprise par des sites qui parlent d’économie ou d’écologie, ou même par des grands sites d’info. Cela me semble plutôt normal.

  5. C’est peut-être aussi un peu une prise en compte de l’effet papillon …
    Certes, à première vue cela n’intéresse que les pêcheurs, quelques fonctionnaires et les mangeurs de sushi. Mais cela pourrait avoir des conséquences plus larges, non ? Sauf erreur de ma part, c’est Einstein qui a dit que le jour où les abeilles disparaîtront l’Homme sera mort. Donc si demain on fait les grands titres avec la disparition des abeilles, tu trouveras aussi ça inintéressant ?
    Je suis ok avec l’interrogation sur les sujets retenus par les journalistes mais je ne pense aps que l’exemple choisi soit pertinent, désolé. Tu nous aurait interrogé sur les titres du 13h de Pernod, ok, d’accord, mais sur la disparition du thon rouge, je suis moins d’accord.

  6. héhé, c’est ce qu’on appelle un procédé performatif 🙂 On crée de toute part un centre d’intérêt où l’on tente de cristalliser les forces politiques en jeu sur de nombreux thèmes. Les médias traditionnels sont très forts pour ça mais les blogueurs ne sont en général pas en reste (même s’ils s’en cognent du thon 🙂 ). Ca a bien marché avec la crise où tout le monde flippe mais personne n’est vraiment très bien informé (ce qui n’empêche pas d’avoir très peur et d’être très contrarié). Le procédé en lui-même est intéressant : Valorisation par les médias d’une information « marginale » et le manque d’informations nécessaires à sa compréhension qui sont tristes

  7. Non, Eric : le thon rouge est en fait un indicateur de la faune des mers, d’où sa médiatisation.

    Il puis bon, quand on cisaille 80% des effectifs (en Méditerranée) en moins de 20 ans, il est vrai qu’on peut se poser quelques questions.

    Ah oui, j’ajoute que le problème des poisson a bien au delà des arrêtes et des sushi : la chaine alimentaire maritime contient… le plancton, qui crée davantage d’oxygene au total que tous les arbre de la terre réunis.

    Pour ceux que le sujet intéresse : allez voir le film Sharkwater : http://www.allocine.fr/film/fi.....27629.html

  8. C’est en fait un sujet très important, qui détermine l’avenir de nos assiettes et donc notre santé, mais aussi l’écosystème sous-marin !
    Par contre, là où je suis d’accord, c’est sur le nombre de sites / journaux / mags qui reprennent l’info ! Mais bon, c’est ça le monde des médias aujourd’hui : plus de supports que d’infos 🙂

  9. Figure de proue ou sujet emblématique des ressources naturelles, appelle ça comme tu veux…

    Pour aller au combat, un porte drapeau permet de galvaniser les foules.

  10. Oui c’est vrai l’avenir de notre eco-système est beaucoup moins important que de savoir si c’est mieux un eeepc avec un écran 11,3 pouces ou bien un blackberry qui capte un wifi à 170metres sans micro-ondes à proximité, ou encore si on peut mettre les jeux à la con de facebook sur notre dernier iphone bridé sur le réseau orange …

    Je pense que tu devrais mieux continuer à blogguer sur les trucs de d’habitude plutôt que des dire des choses immondes sur les petits pécheurs qui travaillent dur et les Associations qui défendent notre planète …

  11. Le thon rouge est emblématique et un point d’entrée sur le sujet plus large de l’épuisement des ressources naturelles et de l’extinction des espèces.
    Mieux vaut ne parler que du thon rouge que de rien du tout.
    Ce que je comprends c’est que tu n’aimes pas les réactionnaires (quelqu’un cite J.P. Pernaut au dessus). Amha tu te trompes de cible.

  12. Hé hé.
    Cet article me rappèle la grande époque des big-foot, Nessie, et autres yétis.
    On voyait déjà à l’époque des journaux qui, pour ne pas avoir l’air d’y toucher mais profiter tout de même de la vague, dénonçaient la bassesse des pratiques de leurs concurrents. Mmmm.

    Ça me pose quand même une petite question : si la disparition d’espèces est devenue aujourd’hui un simple équivalent de l’antique Nessie, faut-il y voir :
    – un recul de notre crédulité ? (les marrons sont plus durs à avaler qu’autrefois…).
    – le transfert de notre besoin d’imaginaire vers d’autres lieux ? (Je préfère la châtaigne au marron…).
    – un retour au réalisme ? (les marrons, c’est juste bon pour la dinde…).

    Bien sûr je plaisante, dans le fond, je pense un peu comme Mr Eric. Le traitement médiatique de ce genre d’infos ne se fait plus en fonction de son intérêt mais du rapport entre place média disponible/informations sur le marché/équilibre d’une ligne éditorial (d’ailleurs, il me semble que ça marche pareil pour le contenu d’un (bon) blog, non ?)
    Alors que la solution à ce genre de problème est simple et ne dépend que de nous (donc sûrement d’une bonne information) : mangeons moins de thon, les pécheurs ne les pécheront plus s’ils ne peuvent pas les vendre.

  13. Personnellement je me sens aussi concerné par le sujet, c’est pourquoi ton point de vue m’a un peu surpris. Bon effectivement c’est un sujet très particulier, mais la surpêche reste une vraie question de développement durable, au même titre que le réchauffement climatique !

    Et puis moi aussi je serais prêt à manger moins de thon s’il le faut, simplement pour qu’il y en ait encore dans 20 ans !

  14. C’est clair tout a fait d’accord avec TitaX. Tu sembles savoir ce qui est important ou pas.
    Tu est a cheval sur les jugements de valeur porté par tes lecteurs dans les commentaires là tu y va fort. La disparition d’un espece ne serait que « réalité sociale ancrée dans le terroir … sur fond de menace pour l’environnement. » Bravo.

  15. La disparition du thon rouge inquiète aussi l’ensemble de la communauté écologique en france (pas les greenpeace et autre, je parle des chercheurs), parce que le risque de déstabiliser tout l’écosystème est grand (et on le sait depuis longtemps).

    Ce buzz est un des rares que j’approuve, parce qu’il sert à conscientiser les gens sur ce problème.

  16. J’ai été un peu étonné, pas dans le bon sens du terme, de trouver un article de ce genre sur presse-citron. Je suppose que le thème principal était plutôt sur le fonctionnement des médias, mais l’exemple choisi pour illustrer les propos me semble par contre pas vraiment approprié. Je ne suis ni pêcheur, ni écolo, mais je me proccupe de l’avenir de notre planète, et ce sujet m’intéresse!

  17. L’épuisement des ressources naturelles : « un sujet qui n’intéresse personne à part quelques pêcheurs, une poignée d’écologistes et un groupe de fonctionnaires de Bruxelles »

    Serait-ce un reliquat des « mauvaises vibrations » ?

  18. « Voilà l’exemple typique d’une “niche d’information” dont le ratio intérêt-nombre de personnes concernées/couverture médiatique est incroyablement disproportionné. »

    Ouais, comme la sortie d’une nouvelle version d’un Iphone quoi!

  19. j’y vais de mon commentaire aussi:
    1)je trouve le sujet beaucoup plus intéressant et porteur que l’actu du moment : l’élection du secrétaire général du PS
    2)dans l’aire de l’information numérique, il est sain de voir que les buzz ne sont pas qu’affaire de geek
    3)cela montre également le consensus généralisé pour véhiculer un même type d’information. C’est plus simple et moins risqué que de chercher ses propres sujets…la semaine prochaine, ce sera « ouragan force 16 en Australie » et « morosité à l’approche des fêtes de Noël »; la suivante a priori « Mesure : les soldes débutent en décembre ! » et « tendance: étui de Iphone en peau de kangaroo »

  20. Eric

    Ah, ben je me suis trompé alors, désolé, je ne pensais pas que le thon rouge intéressait autant de monde, autant pour moi 🙁
    Cela dit, même si mon exemple est donc mal choisi, je persiste à penser que les médias accordent parfois une place disproportionnée à certains sujets. Je veux bien croire à l’effet papillon mais on aura du mal à me convaincre que l’avenir de l’humanité dépend du thon rouge 🙂

  21. « Dans bon nombre de pays en développement 60 % environ des populations dépendent du poisson pour plus de 30 % de leur apport protéique » Source FAO 2002

    En 2048, il n’y aura sûrement plus de poisson dans les mers si on ne change pas la pression de pêche actuelle.
    Source revue « Science »

    Derrière le thon rouge, se cache la mauvaise gestion de la pêche, et plus globalement la mauvaise gestion des ressources. Si on ne peut plus donner l’alerte…

  22. La potentielle disparition de n’importe quelle espèce sur terre ou dans un habitat localisé, a un intérêt intrasèque largement supérieure à n’importe quelle actualité geek à mon avis.

    Surtout si cette espèce est une ressource naturelle alimentaire qui plus est.

    Maintenant ton billet est justifié sur au moins 1 point: le nombre de sites ou de blogs qui peuvent relayer une information sans l’approfondir est parfois risible, et je rejoins « Secteur Sud » lorsqu’il évoque le principe qui consiste juste à lâcher des dépêches sur un sujet suffisament sérieux pour faire flipper du monde sans prendre soin de construire une information réelle.

  23. Bonjour Eric,

    Lorsque vous dites « un sujet qui n’intéresse personne à part quelques pêcheurs, une poignée d’écologistes et un groupe de fonctionnaires de Bruxelles », vous êtes sérieux ? Vous pensez vraiment que les seuls sujets qui intéressent le plus grand nombre sont ceux relatifs à l’informatique, aux nouvelles technologies, à internet, en accordant une petite place, de temps en temps, aux livres et au cinéma ? Vous croyez vraiment que les sujets qui buzzent sur la blogosphère, et plus particulièrement sur la nombrilesque blogosphère francophone sont les seuls à même d’intéresser le public voire d’être considérés comme importants, comme vous avez l’air de le supposez ?

    Vous n’avez pas l’impression de déconnez un peu là ? Et s’il vous plait, ne vous réfugiez pas a posteriori derrière l’ironie ou la moquerie gentille, je viens de relire votre billet, ce n’est pas ça du tout, vous pensez vraiment ce que vous écrivez.

    Comme je l’ai lu plus haut dans certains commentaires, que faites vous de la biodiversité ? Que faites vous de la disparition des espèces ? On en a rien à foutre, c’est ça ? Un panda qui meurt, le thon rouge qui disparait de la Méditérannée, tout ça c’est moins important pour le geek de base qu’un disque dur qui rend l’âme ? Non mais vous pensez quoi ? Que vous n’avez que des lecteurs qui ne sortent de chez eux que pour aller au Mc Do ? Que les poissons et les petits oiseaux, c’est ringard et digne du JT de Jean-Pierre Pernault ? « Ce genre de sujets », comme vous dites, c’est notre avenir à tous, le mien, le vôtre, celui de nos enfants. Pas celui des mangeurs de sushis. On s’en tape des sushis. Mais le monde dans lequel j’ai l’intention de vivre encore une bonne cinquantaine d’années (si la météo le permet), on s’en fout pas.

    J’ai lu que quelqu’un parlait dans son commentaire de l’effet papillon, je crois que c’est en-effet l’idée qui sous-tend mon commentaire ; je ne suis pas spécialiste du sujet aussi ne m’étendrai-je pas là dessus, mais qui nous permet (qui vous permet) de décréter que tel sujet est important, tel autre est ringard, et que le thon rouge on s’en fout ?

    Et le côté économique, vous y avez pensé ? Vous savez qu’il existe une autre économie, à côté de celle de l’internet ?

    Alors désolé, mais non, ce n’est pas un sujet anecdotique, c’est même beaucoup plus grave que ce que vous avez l’air de vous imaginer. Le thon rouge fait l’actu ces jours ci, mais ce n’est qu’un exemple parmi d’autres des conséquences dramatiques de l’activité humaine sur cette planète. On pourrait tout aussi bien parler des abeilles qui meurent par milliers, de toutes les autres espèces en voie de disparition, et au final de nous. C’est nous, les humains, qui sommes, au final, sur la liste des espèces menacées. Avez-vous lu (puisque vous semblait vous tenir informé) que le nombre de spermatozoïdes ckez l’homme avait baissé de moitié en 50 ans ? Ca non plus ce n’est pas anecdotique. Ca aussi ça fait partie du vaste faisceau d’indices nous permettant de penser qu’on est vraiment dans de sales draps.

    Mais bon, tant qu’il n’y a pas pénurie de disques durs et que le réseau internet continue à fonctionner, tout va bien, n’est ce pas ?

  24. Franchement, j’allais me plaindre à mon tour aussi du très mauvais exemple choisi, parce qu’après tout la disparition du Thon, au delà de l’animal en lui-même constitue surtout l’exemple typique d’affaiblissement de la bio-diversité en raison de lubbies humaines… C’est non seulement déplorable, et même carrément à vomir. Mais je trouve ça plutôt honorable de ta part de faire un petit méa-culpa. Ça ne mange pas de pain et c’est courageux. Bravo donc.

  25. en fait je pense que le problème des médias traditionnels, c’est le manque de mise en ontexte et d’explication des enjeux. L’information qui manque ici, c’est en quoi est ce important ? représentativité de l’état de santé de l’écosystème marin ?
    Par contre, j’ai pas bien vu où tu as tenu des « propos immmondes » 😉

    A mon avis, la raison pour laquelle les médias pro traitent tous des mêmes sujets vient de :
    – l’existence de grandes agences de presse type AFP, qui délivrent la même information à tous les médias. Il n’y a qu’à regarder les journaux du soir sur différents chaines ; ils traitent tous des même sujets, ils ont les mêmes images…
    – ensuite du coût économique nécessaire à la production d’une information de qualité. Le but d’un JT, c’est de faire de l’audience pour vendre des espaces de pub avant et après. Le fait d’informer est secondaire est n’est qu’un moyen d’accéder au premier point.

    Il faudrait :
    – de vrais reportages, type le dessous des cartes, qui expliquent le contexte, les raisons, propose une interprétation de l’info.
    – que les consommateurs (nous) développions notre sens critique, et que l’on arrête de gobber l’information sans réfléchir. Il faut dire que c’est tellement confortable…

    Enfin, si vous voulez traiter de vrais sujets, je propose les suivants :
    – la guerre au congo : pourquoi y a t il une guerre ? quels sont les enjeux des différentes parties ? en fait, cela n’a rien de tribale. Ce qui est en jeux c’est le contrôle géographique d’une région riche en ressource minière. La tribu qui contrôle la zone, négocie probablement avec les exploitations minières occidentales…
    – les subventions agricoles occidentales : 1 milliard de dollars par jour….résultat, l’agriculture stagne dans les pays pauvres où en voie de développement car on les rends moins concurrentiels…Nous maintenons nous même ces pays dans la pauvreté, malgré nos beaux discours. En plus, ce milliard, nous pourrions le dépenser beaucoup mieux. Un milliard par jour!!!!!

    désolé pour ce long post

    bravo pour ce blog.
    Eric, je suis à fond pour que ton blog aborde parfois d’autres sujets que de la techno. Cela prouve que nous ne sommes pas que des informaticiens boutonneux 😉

    pascal

  26. dans la même veine tu peux t’interroger:
    pourquoi on parle au JT de 20h des soldats français tués en Afganistan et jamais des ouvrier tués sur leur lieu de travail (chantiers, routes…)

    Ceci dit si on en avait jamais parlé, je n’aurais pas arreté de manger du thon rouge

  27. Ce qui me choque dans cet article, mea-culpa inclus, ce n’est pas l’histoire du thon rouge. C’est plutot le principe de miser sur une sensation humaine particulière, la tienne, à propos d’un sujet qui ne t’interesse pas et d’en déduire celle de tout un tas d’autres gens (en l’occurence, tout le monde, puisque tu écris que « ça n’intéresse personne »… enfin, c’est certainement une façon de parler, mais l’idée est tout de même véhiculée par le ton général de l’article).
    La conclusion, sur les média en général n’est donc plus vraiment valable, compte tenu du faux prédicat.
    Mais je crois que je vais un peu loin…

  28. Les réactions à cet article viennent, à mon humble avis, de l’angle choisi. Ton idée, Éric, si j’ai bien compris, était de choisir un sujet au pif pour mettre en lumière les disproportions prises par certains sujets secondaires quand le buzz s’en mêle…
    Mais le titre que tu lui as donné met d’abord en avant le thon rouge, comme sujet principal.
    D’où, à mon sens, la collusion…

  29. Perso je trouve ca bien de faire du buzz sur le sujet sensible que sont les espèces menacées. Je ne vois pas pourquoi ca devrait faire moins de bruit que la sortie d’un nouveau téléphone.

    Mais effectivement, certains sujets sont parfois exagéréement médiatisés. Je pense aussi que la perception dépend de ses affinitées. Par exemple je n’aime pas le foot, et ca m’énerve d’en entendre parler partout.

    Par contre le thon rouge j’adore ca, donc si on en parle ca me donne envie d’en manger… 😉

  30. c’est à mon avis bien plus important de parler du thon rouge (cause tout aussi emblématique qu’on pu l’être les koalas il y a quelques années) que d’inlinks ou de l’affaire fuzz qui n’intéresse au final qu’une blogosphère microscopique qui se regarde le nombril. Quand on ne s’interesse pas à quelques choses autant se passer de le critiquer!
    un article aussi hautain et négatif ne peux entrainer que des retours négatifs!

  31. @ben: soit un peu objectif, quel a été l’impact réel des réductions de quotas de pêche au Koala sur la fonte des glaciers du Groenland?!
    Je te trouve bien hautain tout de même!
    Surtout que tu omets une réalité qui dérange: le sushi au Koala c’est franchement pas terrible!

  32. Salut Eric : après réflexion, je crois que ton billet manque d’une précision (ce qui explique les réactions d’internautes) : « avec un sujet qui n’intéresse personne », du aurais dû ajouter « dans le grand public ». En effet, il semble que les lecteurs de ce blog soient une relative « élite », qui s’informe, qui lit à droite à gauche, et qui donc est plus sensible aux problèmes qui l’entoure que le reste de la population, pour lequel ton billet est adapté il est vrai.

  33. Je ne sais pas si tu te rencontre qu’il s’agit de la survie de l’humanité toute entière qui est en jeu. N’en déplaise au taupe modèles , le thon c’est bon, et encore plus avec du citron !

  34. Eric

    @AbriCoCotier.fr,
    Tu as raison, j’aurais dû dire « qui n’intéresse certainement pas grand monde », c’eût été plus consensuel et bien comme il faut, mais bon on se refait pas hein, j’ai un petit faible pour les formules à l’emporte-pièce.

  35. c’est ouf ça on dirait que tous les moralistes de la planète se donnent rv dans les commentaires de pressecitron pour dérouler leurs litanies politiquement correctes ^^

  36. Que penser aussi du thon rose, avec 220 000 membres je suis pas sûr non plus que cela méritait tous le tappage médiatique qu’il vient d’y avoir enfin maintenant y a un chef de banc fermons le ban.
    En tous les cas pour revenir au sujet plus de thon rouge dans mon panier de ménagère jusqu’a nouvel ordre.

  37. En fait il aurait fallu classer ce billet dans un [stupido] et le raccourcir de moitié, et il serait passé comme un lettre à la poste car le sujet si j’ai bien compris n’est pas le thon rouge mais le traitement médiatique décalé par rapport à l’intérêt général, je me trompe Eric ?

  38. Eric

    @david, pas fait exprès, vraiment, juste une réflexion comme ça en passant, après avoir entendu parler de thon rouge 356 fois depuis lundi matin. Mais je crois que je m’abstiendrai des réflexions en passant à partir de maintenant, c’est trop fatigant de se justifier à chaque fois.

  39. C’est vrai que t’es hautain quand meme: je ne supporte pas qu’on me parle sur ce thon!

    Fallait bien que quelqu’un la fasse… 🙂

  40. Eh ben, ça y va… Si tout le monde pense en proportion comme les commentateurs ici, je crois qu’on arrivera à sauver le thon rouge !

  41. @jerome choain alias jcfrog: merci beaucoup pour ton commentaire qui m’éclaire sur ta conscience écologique…

    @eric: le plus fatigant n’est pas de se justifier, c’est de reconnaître ses torts!
    et au fait, si tu crois que les buzz des nouveaux médias ne sont pas guidé par les intérêts des lobbies, raccroche!

  42. En tout cas y’a pas à dire, ce thon sait faire parler !
    Donc oui thon rouge = roi du buzz, et en plus il n’est pas mal en polémique 🙂

  43. Là, pour une fois, je suis déçu (déçu,déçu,déçu… !) par ton analyse, cher Eric !

    Si l’importance d’un sujet se résumait à l’intérêt que la majorité lui porte, il n’y aurait plus dans les pages du Monde que des dépêches sur les nichons de Laure Manaudou ou sur les dernières frasque de certaines chanteuses !

    Heureusement, il n’en est rien. Le thon rouge est un sujet très important dans l’exemplarité de son exemple (enjeu économiques, rôle des pêcheurs dans la disparition de certaines espèces, créer des conditions pour un avenir durable). Bref, s’il n’intérêsse pas les gens en tant que sujet, cette problématique touche tout le monde.

    Et puis quoi ? Est-ce que, par exemple, l’affaire Fuzz-Martinez était à ce point plus importante que la sauvegarde du thon rouge ?

    Non ! Siplement là aussi, cette affaire stigmatisait une problématique importante pour l’avenir. Alors ne critiquons pas la couverture accordée à cette affaire…

    :-))

  44. Eric

    @Ln2
    « Ouais, comme la sortie d’une nouvelle version d’un Iphone quoi! »
    Pas sûr, sans vouloir faire de raccourci facile, je pense quand même sincèrement que l’iPhone intéresse beaucoup plus de monde que l’avenir du thon rouge 🙂
    Bien sûr il est de bon ton (sans jeu de mot) de prétendre l’inverse devant les caméras et dans les instituts de sondage, mais la réalité est tout autre à mon avis.
    Il y a 10 millions de possesseurs d’iPhone dans le monde, et je ne pense pas qu’on ait déjà vu 10 millions de personnes défiler pour la sauvegarde du thon rouge.
    C’est peut-être dommage mais les chiffres sont parfois cruels.

  45. @ben: mince alors! tu as trouvé mon vrai nom de dans la vraie vie? T’es trop fort! Et maintenant tu vas me dénoncer aux commandos anti gros cons qui roulent en 4×4!
    Au secours….

    En l’occurrence je m’en fous pour mon nom mais je ne sais pas pourquoi je trouve le procédé plus que suspect, en tout cas mal élevé.

    Je ne laisse jamais un commentaire sans signer et avec un lien contrairement à certains trolls de basse extraction. Non mais!

    Allez bisou ben, et ne juge pas trop vite mon grand. 😉

  46. Eric

    @MERLINBREIZH, si on tournait la page de Fuzz-martinez ? On ne va pas encore faire 20 ans là-dessus non ? 🙂
    Pour le reste ok, j’ai déjà fait mon mea culpa, l’exemple que j’ai pris n’était peut-être pas le meilleur.

  47. Eric , je crois que tu as raison de dire que les iphone interessent plus de monde que le thon rouge.
    je me suis fait cette réflexion dans la galerie marchande de carrouf, où il y avait une boutique de vendeurs de telephones tous les 10 mètres !!!

    cela montre à quel point notre société « civilisée » est décadente, et méritera son sort, dans un avenir plus ou moins proche.

    la mesure de la geek attitude serait-elle un indicateur de la décadence de notre société ?

    je crains que oui.

  48. Eric

    @eiffel tu m’étonnes, si on m’avait dit qu’une petite saillie personnelle sur le thon rouge déclencherait une telle passion et plus de 50 commentaires, je ne l’auras jamais cru. Comme quoi les médias traditionnels ont raison finalement : le sujet est IMPORTANT !

  49. Désolé d’avoir utilisé ton nom, je croyais que c’était ton nom de domaine et je voulais générer un peu de traffic sur ton super blog!
    merci, grâce à toi j’ai appris ce qu’était un troll…sauf que dans toutes les définitions que j’ai trouvé, ils disent qu’un troll il signe pour générer du traffic sur sa page, alors de toi ou de moi je sais pas qui est le plus troll?
    si je ne signe pas c’est juste que j’ai pas de blog, désolé! je t’enverrais mon adresse sur ton blog si tu veux qu’on continue ailleurs, parceque là on est loin du thon rouge!

  50. Eric

    @Sammy
    « …qui vous permet de décréter que tel sujet est important, tel autre est ringard, et que le thon rouge on s’en fout ? »
    Le fait que je sois sur MON blog peut-être ?

  51. Marrant j’avais cru que le buzz sur le thon rouge était décédé depuis longtemps moi, j’avais pas fait gaffe que ça avait repris!

  52. @ben: merci ben, on est finalement d’accor, c’est vrai qu’il est vraiment super mon blog! 🙂
    En plus t’as vu, il est vert!

  53. « Pas sûr, sans vouloir faire de raccourci facile, je pense quand même sincèrement que l’iPhone intéresse beaucoup plus de monde que l’avenir du thon rouge »

    –> C’est possible. Tout comme les massacres de populations civiles africaines intéressent moins que l’Iphone aussi… Et c’est bien triste…

    Je suis un lecteur régulier de Presse-Citron et j’avoue avoir été très choqué par ton article et surtout assez désespéré par le manque de prise de conscience des problèmes écologiques qui peuvent exister, même pour des gens cultivés comme toi.
    Le problème n’est pas de pleurnicher sur un thon rouge ou un bébé phoque la larme à l’oeil. Le problème est l’accumulation du nombre d’espèces menacées.

    Ha oui et je souhaite à Greenpeace d’arriver à encore mieux maitriser les médias car apparemment le message est encore loin d’être passé pour certains.

    Cela dit je réagis négativement sur ce post, mais ca n’empêche pas que la plupart sont très pertinents et de qualité !

  54. Heuuuu comment le dire sans te vexer ? La plupart des gens s’en branlent de l’iphone, et il y a surement 100x plus de gens qui se soucient de l’écologie, de la biodiversité et du thon rouge.
    Organise une manif pour ton iphone, y’aura personne, fais le pour le thon rouge, tu peux etre sur qu’il y en aura plusieurs centaines.
    La sortie de la PS3 à Paris ? Cétait plein de monde bien sur…

    Franchement faudrait que les bloggeurs arretent d’avoir un melon énorme.

    La technologie pour geeks, ça interesse pas grand monde, faut un peu se sortir la tete de l’ordinateur, y a des milliards de gens qui vivent sur notre planete, et seulement max 500 millions d’internautes… (au pif)

  55. Peace brothers!

    Je ne pense pas qu’il y ait grand monde ici qui soit indifférent aux problèmes écologiques. Ce ne sont que quelques posts.

    M’est avis qu’on est tous plus d’accord que nos petites petites joutes épistolaires pourraient le laisser croire.

    M’enfin une appli RedTuna sur iPhone ne nuirait pas à la cause à mon avis! 😉

  56. Eric

    @quiz, entièrement d’accord sur les espèces menacées, en amoureux de la nature et de l’espèce animale c’est un sujet qui me tient à cœur, mais disons que j’établis une hiérarchie et que le thon rouge ne figurerait pas en tête de mes priorités. Je pense qu’il y a des espèces plus nobles à sauvegarder avant de s’intéresser à un poisson que la plupart d’entre nous ne connait qu’en quartier dans un rouleau de riz avec du wasabi. (pas moi cela dit, je déteste les sushis).
    Les combats que mènent Greenpeace et WWF sont importants et légitimes et je les soutiens car ils savent faire la part entre idéologie et vraies convictions, mais la disparition des grands singes, la chute inquiétante de la population des éléphants, des tigres ou des ours polaires me peine et me préoccupe beaucoup plus que celle du thon rouge.

  57. Je suis quand même content que Presse-Citron saupoudre un peu (et subtilement !) de développement durable dans la sphère geek, on voit bien qu’il y a matière à débat !

    Et puis, la grosse différence entre l’iPhone et le thon : LEQUEL EST PLUS VITAL ?

    IPHONE ET THON : ET S’IL FALLAIT CHOISIR ?

  58. Effectivement, le thon peut passionner les foules, même si c’est vrai qu’il y a des sujets plus important! 😉 Par contre, petite coquille, il faut dire « au temps pour moi » et non pas « autant pour moi » 😉

  59. @ Eric

    Re 🙂
    Je comprends votre raisonnement, c’est hélas celui de la plupart des gens, mais il n’est pas « viable » : il n’y a aps d’espèces plus nobles ou plus intéressantes, certaines qu’il faut protéger (éléphants, singes, pandas…) et d’autres qui pêuvent disparaitre… Nous vivons dans un écosystème, tout est lié. Si j’ai cité l’exemple des abeilles tout à l’heure, c’est à dessein. Le jour où il n’y aura plus d’abeilles, on sera très mal. Et pourtant, une abeille, c’est pas vendeur comme un panda ou un bébé phoque, je sais.

    Qui a dit qu’il n’aurait pas dû s’abonner aux commentaires de ce post ? Je n’aurais pas dû non plus ! 😀

  60. Eric

    @mazux tu peux y aller sans me vexer, la plupart des gens s’en branlent de l’iPhone, et moi aussi. C’est pas moi qui l’ai conçu hein 🙂
    Putain va falloir que je démontre que je suis bcp moins geek que vous le pensez en fait, parce-que là y a vraiment erreur sur la personne. OH LES GARS J’AI UNE VRAIE VIE AUSSI, une femme, un fils, je sors, je mange, je lis les journaux, j’adore la bonne bouffe, la nature, je fais du sport, je baise, j’ai plein d’amis, je regarde (un peu) la télé, y compris Cauet, j’ai un chat que j’adore, d’ailleurs j’adore les animaux en général, je vote, je rote, j’achète le pain tous les jours et j’embrasse ma boulangère pour faire un pain aussi bon, j’adore les marches en forêt, courir après un ballon, jouer de la guitare, faire des travaux chez moi (là je suis moins doué, ok), picoler, faire des gâteaux et du poulet au curry, préparer des ti’punch pour ma chérie, mordre avec mon fils dans un choco BN, me goinfrer de crêpes, aller à des concerts, au cinéma etc etc etc
    Ok ?

  61. Eric

    @tybodoudou
    Ralala j’avais promis que je la ferai plus celle-là, au temps pour moi !

  62. Adieu Mr DUPIN!
    je pouvais tout supporter, mais l’idée que vous regardassiez Cauet m’est tout simplement insupportable…

  63. @ Eric : fallait pas appeler ce blog Presse-citron ! Nous on presse le citron, et pis c’est tout ! 😀

    En fait tu écris un blog pour des écolos, mais jusqu’ici tu ne le savais pas. Maintenant tu le sais. 😉

  64. @Eric : OK merci pour ta réponse et ta mise au point. Ça me rassure 😉
    Cela dit je pense qu’il est humain d’être plus préoccupé par la disparition d’espèces « nobles » comme les ours, le grand singe, etc… mais c’est une erreur.
    Je ne suis pas un mega-spécialiste, mais par exemple il semble à peut prêt établi qu’une des disparition d’espèce les plus inquiétante en ce moment soit celle des… abeilles !
    Pourtant je suis le premier à les trouver insupportables quand je bouffe du melon en pique-nique. Mais ces braves petites abeilles butinent comme des dingues, et c’est ca qui permet tout simplement aux végétaux de ce reproduire. En gros plus abeilles, plus de végétaux. Plus de végétaux, plus rien à bouffer, plus d’humains…
    Comme quoi même des petites bêtes pas nobles pour un sou peuvent avoir un intérêt.

  65. L’histoire de mise en buzz de l’info ok.
    Lis Bourdieu cela fait longtemps que cela a été décortiqué.
    Le fait-divers fait diversion comme il aimait le dire maintenant on parle de Buzz mais pour le coup ton exemple et complètement à l’envers.

  66. Tu as raison QUIZ ! Parlons des abeilles maintenant… 😀

    Je trouve rassurant que les lecteurs de ce blog puisse hierarchiser l’importance des informations sans se limiter à leur centre d’intérêt premier.

  67. Eric

    @JI
    ah Bourdieu, je le relirai quand j’aurai trouvé une aspirine assez puissante 🙂

  68. Je dois t’avouer qu’il a fallu que je relise 2 fois le billet pour bien comprendre.
    Pas qu’il soit mal écrit mais le cocktail méditisation/thon peut bien réveiller des fantômes de mauvaise conscience. Et puis, te sauter dessus à la première occase…
    En première lecture, j’aurais sûrement commenté : les personnes qui possèdent un iPhone mange-t-elle du thon ?
    Mais bon…
    Petite info au passage : le Japon élève avec succès des thons dans un but purement alimentaire. On le fait depuis belle lurette avec des truites. Les zoos gardent également des espèces qui disparaissent et ça n’empêche rien.

    22€ – Merci

    :osculte avec un « O » comme 😮 – Accepte la carte Vitale – Consultations sans rendez-vous les mercredis et vendredis de 14h00 à 22h00

  69.  » je persiste à penser que les médias accordent parfois une place disproportionnée à certains sujets par rapport au nombre de personnes réellement concernées.  »

    Bravo pour le mea culpa 😉 Mais le sujet était mal choisi, l’humanité entière est concernée par la disparition de *toutes* les espèces (et le singe n’est pas plus noble que le thon, c’est du racisme (ou plutôt de l’especisme ;)) de dire ça), et l’humanité ca fait beaucoup de personnes « réellement concernées » 😉

  70. Ton billet est plus intéressant que tu ne le crois! Mais tu ne voulais pas parler de thon, ni rouge ni rose.
    L’université de Wharton (USA) a rendu une étude qui prouve la même proportion de faits criminels (rapportés par FBI) et d’articles dans les médias de chaque Etat. Les cartographies des articles et des crimes correspondent.
    On peut ainsi anticiper la connaissance de faits réels si l’on observe une tendance à la hausse du nombre d’articles publiés sur un sujet précis.
    Tu viens d’observer cette tendance sur le thon et tu n’as pas perçu qu’il se passait qq chose parce que le sujet ne t’intéresse pas. C’est pas grave, moi non plus!

  71. Le sujet de la conservation de l’espèce du thon rouge (surtout celui de Méditerranée) est régulièrement abordé depuis de nombreux mois (années ?) sur les blogs de cuisine et ceux concernés par l’écologie et le développement durable ! Moi, que mes enfants ne puissent plus manger certains produits parce que les espèces ont disparu, je trouve cela affligeant ! J’achète du thon rouge maximum deux fois par an même si c’est divin …. Je me sens concernée par le problème ! Si tu as 5 minutes, je te recommande l’article de l’excellent Patrick de Cuisine de la mer à ce sujet.

    http://estran.canalblog.com/ar.....39547.html

    En fait moi, ce qui m’intrigue toujours, c’est que les gens ne s’intéressent pas beaucoup au contenu de leur assiette, à la provenance des produits, du comment on les cultive, on les collecte, on les transforme, des additifs, du scandale du sirop de glucose/fructose etc… Chacun ses combats, chacun ses moyens 😉

  72. Bonsoir eric,

    je sais pas si la tendance c’est inversé depuis la publication de votre article, mais actuellement, wizzgo renvoi plus de résultats sur google news que « thon rouge » 🙂

    cela étant j’ai tendance a être totalement en accord avec vous sur le fond de l’article : la presse ne donne pas toujours les valeurs qu’il faut aux sujets d’actualitée.

  73. Je crois que tu confonds information et consommation : le but d’un journal n’est PAS de hiérarchiser l’information en fonction du nombre de personnes concernées mais de l’importance de cette information (chose subjective, mais quand même).

    Certaines infos sont très importantes et pourtant ce concerne directement que peu de gens.

    Sinon ça donne le journal de 13h sur TF1…

  74. J’habite au Japon, le thon rouge est essentiel dans le régime alimentaire ici.
    J’ai l’impression que le thon rouge de Méditerranée se retrouve beaucoup dans les boutiques de sushi du pays.

    La faute au Japonais ? Non. Il y a des pêcheurs français et espagnols qui leur vend. Et que dirait-on d’une pénurie de boeuf ? Ca ferait mal au boeuf bourguignon.

  75. Pingback: L'anti-sujet est-il médiatique ? | Souris Libre

  76. Un vrai mara-thon ces commentaires! Merci à Anne d’avoir cité l’un de mes billets, comme elle, je n’en cuisine pas plus de deux fois l’an, et c’est presque à chaque fois l’occasion d’une leçon de choses sur mon blog. Et tant pis / tant mieux si je participe au buzz.

    Je suis d’accord avec ton analyse sur ce type de focalistion médiatique en général, et j’aimerais que ton mea-culpa soit vrai pour beaucoup plus de gens 😉
    Cela dit on mélange un peu tout, le thon rouge vraiment en danger, c’est celui de la Méditerranée, littéralement pillé par japonais et espagnols aux premiers rangs et aux dépends de la pêche artisanale, notemment celle des pays du nord de l’Afrique.

    C’est aussi de la gestion européenne, les pays du nord et l’Espagne sont privilégiés en quota, en échange de prodigialités pour les politiques agricoles des autres pays, au premier rang desquels la France.

    Merci en tous cas d’en avoir parlé ;-D

Send this to a friend