Les acquisitions de Google en une image

A votre avis, Google a racheté combien de boîtes depuis sa création ? Et quand cette vague d’acquisitions a-t-elle débuté ? C’est ce que montre cette infographie publiée par Scores.org, qui si elle est exhaustive (cela semble être le cas), vous donne la réponse à ces deux questions. Google a commencé son cycle de croissance

A votre avis, Google a racheté combien de boîtes depuis sa création ? Et quand cette vague d’acquisitions a-t-elle débuté ? C’est ce que montre cette infographie publiée par Scores.org, qui si elle est exhaustive (cela semble être le cas), vous donne la réponse à ces deux questions.

Google a commencé son cycle de croissance externe (ou plutôt d’intégration de compétences par acquisitions) en février 2001 et a racheté jusqu’à ce jour 76 sociétés, dont la dernière en date est Like.com, un site marchand utilisant un algorithme de recherche et de recommandation visuelle. A ce sujet, je me demande si Google n’a pas fait coup double en rachetant aussi un nom de domaine dont la valeur a dû grimper en flèche depuis l’avènement du « Like » de Facebook…


Voir le graphique en taille originale chez Scores.org

Le graphique est divisé en trois colonnes dont les deux premières sont révélatrices des motivations qui poussent une entreprise à en acheter une autre : grandir et augmenter ses revenus d’une part, et racheter pour tuer la concurrence d’autre part (ou empêcher un concurrent de le faire), quitte à laisser végéter le projet. Une logique comparable à celle que l’on peut trouver dans le management sportif : acheter un joueur prometteur et le laisser sur le banc, juste afin que celui-ci n’évolue dans un club adverse.

Si l’on regarde un peu les chiffres, on a donc 76 acquisitions en 9 ans, ce qui nous donne une moyenne de 8,44 achats par an. Un rythme très soutenu, qui doit mobiliser à temps plein une division complète de quelques centaines de personnes à Mountain View. On voit aussi que la majorité des achats sont motivés par l’acquisition d’une technologie (souvent liée directement aux cœurs de métier de Google, soit la recherche et la cartographie) davantage que la croissance externe liée à un marché à conquérir.

Enfin, l’acquisition la plus onéreuse à ce jour est celle de DoubleClick en avril 2007, pour 3,1 milliards de dollars. Vient ensuite celle de YouTube en pleine euphorie Web 2.0. Même si YouTube est devenu le deuxième moteur de recherche au monde, je ne suis pas sûr que Google aurait dépensé une telle somme aujourd’hui…


PS : si vous lisez les blogs, vous avez certainement remarqué cette tendance actuelle : la profusion d’infographies « en une image » qui se fleurissent dans le web sur n’importe-quel sujet. Une image valant mille mots, pour un blogueur, le format semble idéal : pourquoi s’embêter à se creuser la tête avec un article quand il suffit de copier-coller un JPG dans sa page, mmh ? J’ai déjà publié à deux ou trois reprises ce type d’infographie car il est vrai que certaines sont vraiment parlantes, et que leur aspect pédagogique est difficilement transposable avec des mots. Je le ferai probablement encore mais je vais essayer d’éviter d’abuser de ce genre de billets, qui en outre peuvent poser des problèmes d’affichage sur les mobiles, et d’accessibilité pour ceux qui utilisent des outils vocaux de lecture. Sans parler du référencement (quoique, avec un bon titre…).


Nos dernières vidéos

6 commentaires

  1. Il semblerait plutôt que la plus grosse acquisition de Google soit DoubleClick à 3,1 Milliards de Dollars.

    Mais comme la technologie a servi pour AdSense, on le remarque moins dans la vie de tous les jours.

  2. Pingback: En une image | Captain Web

Répondre