Les algo de Facebook ont empêché des utilisateurs de poster des articles sur sa faille de sécurité

Après la faille de sécurité qui a affecté 50 millions de personnes sur Facebook, le réseau social a (accidentellement) empêché des personnes de partager des articles sur cette actualité.

Double embarras pour Facebook ! Vendredi, nous évoquions une nouvelle faille de sécurité révélée par le réseau social, qui affecte près de 50 millions d’utilisateurs et a qui a obligé 90 millions à se reconnecter par mesure de sécurité.

Si l’effort de transparence du réseau social par rapport à cette faille est louable, ses algorithmes ont en revanche empêché certains utilisateurs de partager des articles qui ont relayé cette information.

D’après notre confrère TechCrunch, Facebook aurait par exemple empêché des utilisateurs de partager des articles de The Guardian et d’Associated Press, qui sont pourtant des médias réputés très fiables.

« Notre système de sécurité a détecté qu’un nombre n’important de personnes ont posté le même contenu, ce qui pourrait signifier qu’il s’agit d’un spam », pouvait-on lire dans un message du réseau social, lorsqu’on tentait de poster les articles concernés.

Bien entendu, beaucoup d’internautes se sont plaint sur Twitter. Et le réseau social a déjà réagi, tout d’abord en indiquant qu’il se penchait sur le problème, puis en annonçant (sur Twitter) que le problème a été résolu.

> Lire aussi :  Facebook signale de nouveaux comptes étranges avant les élections américaines

Il est peu probable que le blocage de certains articles sur la faille de sécurité de Facebook ait été intentionnelle. Cependant, cela met en avant le fait que malgré les efforts du réseau social, ses algorithmes contre les spams et contre les fake news sont loin d’être parfaits.

Pour le moment, on ne connait pas les conséquences de la faille de sécurité

Pour le moment, Facebook n’a donné que le nombre d’utilisateurs affectés par cette faille, ainsi que son origine. Par exemple, on ne sait pas encore si les pirates ont pu en profiter pour voler des données personnelles. Et le réseau social ne connait pas encore les auteurs de ces attaques, ni leur localisation.

Sinon, d’après certains médias, Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg, la COO de Facebook, feraient partie des personnes affectées.


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.