Suivez-nous

Internet

Les géants du web s’unissent pour contrer l’influence des milices d’extrême droite

Facebook et ses partenaires perfectionnent leur organisation de lutte contre le terrorisme.

Publié le

 
intrusion au capitole
Intrusion violente au Capitole de Washington le 6 janvier dernier. © Wikipédia

En juin 2017, Google, Microsoft, Facebook, Twitter et Apple annonçaient la création d’un forum mondial contre le terrorisme (GIFCT). Les géants de la Tech expliquaient alors : « En travaillant ensemble, en partageant les meilleurs outils technologiques et organisationnels élaborés par chacune de nos entreprises, nous pouvons avoir un meilleur impact sur la menace que constitue le contenu terroriste en ligne ».

Les géants du web sévissent contre les groupes violents

Ces entreprises ne sont pas seules dans cette initiative et ont été rejoints par des universitaires, des gouvernants et d’autres instances internationales comme l’Union européenne et l’ONU. Un des objectifs permis par cette structure est la mise en place d’un base de données partagée entre les membres afin d’assurer une modération ou une suppression des contenus de propagande.

Quatre ans plus tard, l’organisation vient justement d’annoncer une mise à jour de ses pratiques. Ainsi, alors que la notion de terrorisme renvoyait principalement aux groupes se trouvant sur la liste des Nations Unies (l’État islamique, Al-Qaïda et les Talibans), l’alliance va élargir le type de publications extrémistes visés pour toucher celles des suprémacistes blancs et des milices d’extrême droite, rapporte Reuters.

Cette mesure pourrait donc toucher les manifestes et bonnes pratiques courramment partagées par des organisations d’extrême droite telles que les Proud Boys, les Three Percenters, et les néonazis. Cité par l’agence de presse, Nicholas Rasmussen, le directeur éxécutif du GIFCT, précise ainsi :

Toute personne qui examine le paysage du terrorisme ou de l’extrémisme doit se rendre compte qu’il existe d’autres aspects… qui exigent une attention particulière à l’heure actuelle.

Indépendamment de cette initiative, on a pu noter que les géants du web ont largement sévi depuis quelques années contre ces groupes qui n’étaient pas autant inquiétées par le passé. Leurs partisans ont d’ailleurs tendance à se détourner de ces grandes plateformes pour rejoindre des réseaux sociaux alternatifs comme Gab ou Parler réputés moins regardant en matière de modération.

On jugera sur pièce de l’efficacité de ce nouveau dispositif mais la prise en compte de ces groupes radicaux, dont les actions sont loin de se cantonner au monde virtuel, va dans le bon sens. Si le sujet des milices et de leurs interactions avec Facebook et consorts vous intéresse, vous pouvez retrouver l’analyse que nous avions publié en amont l’élection présidentielle américaine.

Youtube
Youtube
Par : Google LLC
4.5 / 5
125,2 M avis
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. jacswr

    28 juillet 2021 à 9 h 46 min

    Et l’extrême gauche qui s’en occupe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le smartphone de la semaine

À la une

Les bons plans

Dernières news

Les meilleurs forfaits

Les tests