Suivez-nous

Fintech

Lunchr devient Swile, une fintech pour faciliter la vie des salariés

Dématérialiser les tickets restaurants n’était qu’une étape. En devenant « Swile », la fintech française Lunchr vise plus grand.

Il y a

  

le

 
Swile fintech
© Swile

La fintech française Lunchr vient de changer de nom pour Swile. Geste particulier pour une startup de seulement 3 ans, mais indispensable pour son créateur. Après avoir dématérialisé les tickets restaurants des entreprises sur des cartes de débit Mastercard et Visa, la prochaine licorne montpelliéraine veut approfondir ses services et les proposer à l’international.

Sous sa chevelure blonde, le trentenaire Loïc Soubeyrand vise « le parcours sans faute » avec Swile. À nos confrères de Challenges, l’entrepreneur qui a fondé Lunchr en 2017 expliquait vouloir tirer des leçons de sa précédente expérience avec Teads. Sa première startup, spécialisée dans la publicité vidéo, avait été rachetée par le groupe Altice.

La fintech des salariés

Depuis ce mercredi 4 mars, Lunchr n’est plus, ou du moins, il s’est mélangé dans Swile et son ensemble de nouveaux services. Par le biais d’une mise à jour, l’application auparavant centrée autour d’un compte où les salariés pouvaient utiliser leurs tickets restaurants, devient une véritable plateforme aux fonctionnalités diverses.

Chacun des nouveaux services cherche à s’implanter dans le monde de l’entreprise pour faciliter la vie des salariés. On retrouve la possibilité de faire des cagnottes, de régler des collègues, d’avoir des notifications d’anniversaires, et créer toutes sortes d’événements. « Dans la vie active, nous passons 70 % de notre temps avec nos collègues » constatait Loïc Soubeyrand, au journal Le Monde. Désormais, Swile s’approche d’acteurs comme Qonto, et tente de tirer profit de l’essor des nouvelles technologies fintech dans le monde de l’entreprise. Son application pourra être utilisée dans le même esprit que N26 ou Revolut, mais adapté à la vie au sein des entreprises.

Dans un entretien avec Challenges, le fondateur de la société en SaaS – qui utilise d’ailleurs la structure technique du français Treezor – tenait à parler de l’évolution du marché, notamment en France. Selon lui, les quatre plus gros acteurs du marché prenaient une place prépondérante, jusqu’à ce que l’Autorité de la concurrence permette aujourd’hui de donner plus d’espace à Swile. D’ici la fin de l’année, la fintech vise les 10 % de part de marché, soit une évolution de cinq points de pourcentage.

Changement d’échelle

« Après avoir amélioré la pause déjeuner, Lunchr devient Swile, contraction de ‘Smile at work’, et élargit son champ d’activité et de services à tous les moments de vie entre collaborateurs », déclarait Loïc Soubeyrand à Challenges. Mais l’élargissement des services de Swile ne sera pas la seule nouveauté : en attendant de trouver l’équilibre en 2021 en France, la startup va se déployer à l’international.

Cette année, une troisième levée de fonds devrait attirer entre 50 et 70 millions d’euros dans le but d’accompagner cette expansion. Les marchés qui sont visés sont l’Europe du Sud, ainsi que le Brésil. Selon Loïc Soubeyrand, cette internationalisation débutera dès le second semestre, en même temps que Swile double son chiffre d’affaires.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *