Le magazine Playboy rejoint le mouvement #DeleteFacebook

Le célèbre magazine érotique Playboy a annoncé qu’il quittait le réseau social suite au scandale Cambridge Analytica.

logo Playboy

Pour rappel, le cabinet Cambridge Analytica est accusé d’avoir utilisé Facebook afin de récolter des millions de données sur les utilisateurs. En faisant croire à des tests de personnalité servant à compléter une étude universitaire, un nombre conséquent de données personnelles a été récupérées. Non seulement l’application a accédé aux informations du profil et aux Like, mais aussi aux profils des amis quand leurs paramètres le permettaient. Au total, plus de 50 millions de profils ont été pris en compte par le cabinet britannique. Si les données étaient censées servir une étude universitaire, toutes ont été analysées à des fins publicitaires et politiques.

En termes de conséquences, Facebook s’est rapidement effondré en bourse et les utilisateurs se sont largement plaints des faiblesses du réseau social. Quand l’affaire a éclaté aux États-Unis, le hashtag #DeleteFacebook s’est rapidement propagé, enjoignant les utilisateurs à quitter le réseau social au plus vite.

La tendance #DeleteFacebook reprise par les entreprises ?

Si certains utilisateurs ont supprimé leur compte personnel, quelques entreprises semblent s’y mettre aussi. C’est le cas d’Elon Musk, qui a supprimé les pages Facebook de Tesla et SpaceX il y a quelques jours. Suite au défi lancé par deux utilisateurs sur Twitter, réseau social sur lequel Musk est particulièrement actif, l’entrepreneur l’a relevé haut la main. De fait, les deux pages qui cumulaient plus de 2, 5 millions Like chacune ont rapidement disparues de la plateforme.

Par la suite, c’est Playboy qui a annoncé sa volonté de supprimer sa page du réseau social. Dans un communiqué publié ce jour, l’entreprise annonce qu’elle va bientôt « quitter la plateforme Facebook en désactivant les comptes Playboy que Playboy Enterprises gère directement ». Au total, les pages Facebook du magazine regroupent à ce jour pas moins de « plus de 25 millions de fans ». Deux raisons sont principalement mises en avant dans le billet de la société, dont « la mauvaise gestion présumée des données des utilisateurs de Facebook ».

Mais ce n’est pas la seule raison. Playboy évoque aussi le fait que la plateforme soit très restrictive dès lors qu’il s’agit de contenu érotique, empêchant ainsi le magazine d’ « exprimer ses valeurs » comme elle le souhaite. Ainsi, l’entreprise termine en précisant : « Playboy a toujours défendu la liberté personnelle et la célébration du sexe. Aujourd’hui, nous faisons un pas de plus dans cette lutte en cours ».

Cependant, la société fondée par Hugh Hefner n’a pas mentionné ce qu’elle ferait de son compte Instagram. Concernant Tesla et SpaceX, Musk avait indiqué qu’il n’avait pas l’intention de supprimer les deux comptes, indiquant : « Instagram est probablement ok, tant qu’il restera indépendant ».

Si la tendance #DeleteFacebook ne semble pas avoir d’impact significatif sur le nombre d’utilisateurs pour l’instant, les entreprises pourraient bien finir par contribuer à ce que cela change.


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies