Même plus peur

D’après les premières estimations entendues ou lues ces derniers jours, il semblerait que la croissance exponentielle de la vente en ligne se confirme (j’ai entendu ce matin sur une grande radio un chiffre de +50% en 2005 par rapport à 2004 qui avait déjà été une année de très forte croissance). A ce sujet, je

D’après les premières estimations entendues ou lues ces derniers jours, il semblerait que la croissance exponentielle de la vente en ligne se confirme (j’ai entendu ce matin sur une grande radio un chiffre de +50% en 2005 par rapport à 2004 qui avait déjà été une année de très forte croissance).
A ce sujet, je ne sais pas si vous avez remarqué quelque chose qui m’a frappé depuis disons deux ans : on ne parle plus jamais de la sécurité des transactions et des achats en ligne, alors que c’était encore une préoccupation centrale il y a quelques années, et – disait-on – un frein insurmontable au développement du e-commerce.
Les achats sur internet sont entrés dans les habitudes et il n’y a plus vraiment de tabou sur ce point, même chez ceux qui juraient leurs grands dieux il y a peu que jamais il ne communiqueraient leur numéro de carte de crédit à un site web.
C’est plutôt bon signe, non ?


Nos dernières vidéos

7 commentaires

  1. Oui et puis je crois que les gens ont fini par se rendre compte que ce n’était pas plus risque de mettre son numéro de carte sur un site sérieux et ultra-sécurisé que de le donner par téléphone à un hôtel pour garantir une réservation, ce que beaucoup faisaient et font encore sans se poser de questions. Disons que la grande part de fantasme sécuritaire liée à la méconnaissance d’internet fait place à un pragmatisme de compétence

  2. Côté entreprises, décideurs, etc on parle de plus en plus de la sécurité des systèmes d’informations, l’Europe finance des programmes qui ont pour but de valider les modèles économiques de l’e-business sécurisé dans différents secteurs, ou pour les services d’e-government, d’e-health etc.
    En revanche, on ne parle plus de la sécurité des transactions et des achats en ligne au grand public parce qu’il n’est pas simple de le faire sans risquer d’effrayer le consommateur potentiel tant le sujet n’est pas trivial !
    Pour l’instant, on revient à l’euphorie de la croissance du commerce en ligne… mais il faudra bien reparler de la sécurité à l’utilisateur final, parce qu’elle ne peut pas être réellement efficace sans son éducation (bonnes pratiques etc).
    Mais peut-être les instances concernées préfèrent-elles travailler sur un cadre technique, juridique et "business" avant de communiquer là-dessus à nouveau.
    Et je connais encore beaucoup de gens qui ne règlent pas leurs achats par voie électronique par crainte.

  3. La croissance du commerce électronique est effectivement de plus de 50% depuis 2004, en 2003, elle était de 40%, je crois.
    De nombreux commerçants prennent conscience qu’ils faut qu’ils soient présent sur le web. C’est vraiment une révolution.

  4. La technologie employée a également changé.

    Une transaction bancaire est dans 99% des cas gérées directement par la banque et plus depuis le site de vente. Aucun n° de carte n’est alors conservé au hasard d’une base de données dont la sécurité n’est pas assurée.

    En complément il ne faut pas oublier que la simple détention d’une CB présente un risque pour son détenteur, les générateurs d’algorithme créant des n° au hasard.

Répondre