Connect with us

Crypto-monnaies

Messenger ne compte pas utiliser les « cryptos » de sitôt

Le patron de Messenger explique pourquoi la messagerie de Facebook n’utilisera pas les cryptos et défend la politique du réseau social qui interdit les publicités liées aux ICO et à ces crypto-monnaies.

Il y a

le

Si Messenger propose déjà des paiements via son application de messagerie instantanée, il n’est pour le moment pas intéressé par l’utilisation des crypto-monnaies. C’est ce qu’indique David Marcus, le patron de la messagerie chez Facebook, dans une interview avec CNBC.

Les paiements via les crypto-monnaies sont encore très chers et très lents, d’après David Marcus. Mais si les différentes communautés derrière ces crypto-monnaies règlent les problèmes liés à ceux-ci, il est possible que Messenger « fasse quelque chose ».

Pourtant, le patron de Messenger s’est toujours intéressé aux crypto-monnaies. David Marcus, en plus d’être le vice-président de la messagerie chez Facebook, a aussi rejoint le conseil d’administration de Coinbase, une plateforme d’échange de devises numériques comme le Bitcoin et l’Ethereum. « J’ai été impliqué et fasciné par les cryptocurrencies depuis 2012 », avait-il déclaré au mois de décembre, lorsqu’il a annoncé qu’il rejoint le conseil de Coinbase.

David Marcus en a aussi profité pour défendre la décision de Facebook d’interdire toutes les publicités liées aux cryptos. « Nous voulons protéger la communauté. C’est le job numéro un. Toutes les personnes légitimes dans le monde du crypto auquel j’ai parlé m’ont au moins remercié pour ce que nous venons de faire », déclare-t-il dans l’interview avec CNBC.

> Lire aussi :  Fake news : le sénat français veut auditer Mark Zuckerberg

Il y a quelques jours, Facebook a banni les options binaires, les ICO et les crypto-monnaies de sa plateforme publicitaire, parce que ce type de publicité est fréquemment associé à des pratiques trompeuses. Au fur et à mesure qu’il apprendra à détecter les arnaques, Facebook pourrait néanmoins réviser son règlement. Mais pour le moment, il applique une « politique délibérément large ».

(Source)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests