Suivez-nous

Gaming

Microsoft – Activision : c’est le début des complications !

L’autorité britannique de la concurrence lance une enquête approfondie sur le projet de rachat d’Activision par Microsoft. Et la Commission Européenne pourrait emboiter le pas.

Publié le

 

Par

Call of Duty Vanguard
© Activision

Au mois de janvier, Microsoft a secoué le monde du jeu vidéo en annonçant le rachat d’Activision, la société derrière Call of Duty, Overwatch ainsi que World of Warcraft pour 68,7 milliards de dollars. Alors que la firme de Redmond est déjà un géant dans le domaine du jeu vidéo, grâce à la banche Xbox, cette acquisition va renforcer la position de celle-ci.

Et bien entendu, cela préoccupe des concurrents, dont Sony, qui craint qu’une fois l’acquisition finalisée, Microsoft puisse réserver certaines exclusivités résultant du rachat à sa plateforme Xbox. Et malgré les tentatives de Microsoft de rassurer, il semblerait que le projet d’acquisition doive passer par des enquêtes approfondies par les différents régulateurs.

Dans un article publié cette semaine, CNN indique que la CMA, l’autorité de régulation britannique, vient d’annoncer enquête antitrust plus approfondie sur le rachat par Microsoft d’Activision.

Selon nos confrères, début septembre, le régulateur britannique a donné plusieurs jours à Microsoft pour proposer des solutions par rapport aux problèmes évoqués dans ses conclusions préliminaires. Mais la firme de Redmond a décidé de ne pas y répondre, ce qui a déclenché l’enquête approfondie (qui, d’après un expert cité par le Financial Times, aurait de toute manière été inévitable).

CNN explique qu’à l’issue de cette enquête approfondie, le régulateur britannique pourrait donner son feu vert, poser des conditions ou bien bloquer l’accord. Mais pour le moment, la CMA estime que la fusion « peut entraîner une diminution substantielle de la concurrence sur un marché ou des marchés au Royaume-Uni. »

Que va dire la Commission Européenne ?

Dans un récent article, le Financial Times indique par ailleurs que Microsoft est déjà en discussions avec la Commission Européenne depuis l’annonce de l’accord de rachat avec Activision. Mais d’après des sources proches du dossier cité par le média, l’Union Européenne devrait également annoncer une enquête approfondie, une fois que Microsoft aura officiellement déposé son dossier à Bruxelles.

« C’est une grosse affaire, une affaire difficile », a déclaré une personne à Bruxelles proche de la transaction, d’après le FT. « Cela nécessite une enquête approfondie. »

Sony s’est déjà exprimé sur le sujet

Sony, le principal concurrent de Microsoft sur le marché des consoles, est particulièrement préoccupé par le projet de rachat d’Activision par la firme de Redmond. La crainte, légitime, de Sony est qu’après la finalisation de ce deal, Microsoft puisse réserver des titres phares (dont les titres « Call of Duty » d’Activision) aux consoles Xbox.

Pour rassurer l’opinion, Microsoft a révélé, début septembre, qu’il a envoyé une proposition à Sony qui permettrait à ses consoles PlayStation de profiter des titres Call of Duty après la finalisation de l’accord.

« En janvier, nous avons fourni un accord signé à Sony pour garantir Call of Duty sur PlayStation, avec la parité des fonctionnalités et du contenu, pendant au moins plusieurs années supplémentaires au-delà du contrat Sony actuel, une offre qui va bien au-delà des accords typiques de l’industrie du jeu », a indiqué le PDG de Microsoft Gaming, Phil Spencer, dans une déclaration relayée par The Verge.

Cependant, la proposition de Microsoft est loin de satisfaire son concurrent. A cette déclaration du patron de Xbox, celui de PlayStation a répondu (via GamesIndustry.biz) :

« Je n’avais pas l’intention de commenter ce que j’ai compris comme une discussion d’affaires privée, mais je ressens le besoin de remettre les pendules à l’heure parce que Phil Spencer l’a présenté au forum public. »

D’après lui, Microsoft a seulement proposé que Call of Duty reste sur PlayStation pendant trois ans après la fin de l’accord actuel entre Activision et Sony.

« Après presque 20 ans de Call of Duty sur PlayStation, leur proposition était insuffisante à plusieurs niveaux et ne tenait pas compte de l’impact sur nos joueurs », a également expliqué le PDG de PlayStation. « Nous voulons garantir aux joueurs PlayStation qu’ils continuent d’avoir une expérience Call of Duty de la plus haute qualité, et la proposition de Microsoft sape ce principe. »

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Les meilleurs forfaits

Les tests