Suivez-nous

Fintech

Microsoft fait un pas dans la fintech avec « Money in Excel »

En s’associant à Plaid, Microsoft fait un pas dans la fintech. Mais le public visé n’est peut-être pas le bon.

Il y a

  

le

 
Microsoft
© Unsplash / Tadas Sar

La semaine dernière, Microsoft a profité de plusieurs mises à jour de ses différents logiciels pour revoir son offre Office 365. Désormais, son écosystème est disponible dans un pack baptisé Microsoft 365, disponible sous deux abonnements différents : Personnel et Famille. Outre le fait que les nouveautés viennent compléter l’utilisation pour le travail avec celle dans le cadre de la vie personnelle, ce fut aussi l’occasion pour Microsoft de lancer un nouveau service en partenariat avec la société de services financiers Plaid. Microsoft fait un pas dans la fintech, et propose « Money in Excel ».

La fintech dans le viseur de Microsoft

Microsoft et Plaid ont travaillé ensemble pour faciliter l’exportation de données bancaires dans le logiciel Excel. Grâce aux nouvelles législations et aux nouvelles technologies favorisant « l’open banking », il est maintenant possible d’utiliser des données statistiques générées par Excel pour traiter ses données bancaires.

Microsoft Plaid Excel

© Plaid

Sur son blog, la société californienne Plaid – rachetée par Visa en janvier dernier – a publié un article expliquant son partenariat avec Microsoft, et les avantages de leur nouvelle fonctionnalité qui en découle. « Money in Excel transforme le logiciel en une application fintech » déclarait Marc Andrusko, un ancien de Goldman Sachs qui travaille depuis un an à Plaid. L’entreprise est aujourd’hui une référence dans la data bancaire, alors qu’elle vend son réseau de données financières aux plus grands noms de la finance.

En substance, Money in Excel « permet aux utilisateurs de connecter en toute sécurité leurs comptes financiers, d’importer les données qu’ils contiennent, de synchroniser les soldes et les transactions au fil du temps et, en fin de compte, de mieux comprendre leur santé financière » expliquait Marc Andrusko sur le site de Plaid. Un service classique pour l’entreprise, mais qui vient ici se connecter à un logiciel puissant et connu de tous, Excel.

Viser les bons clients

Ce lundi 6 avril, Microsoft a précisé les détails de la sortie de sa nouvelle fonctionnalité dans le cadre de sa nouvelle offre Microsoft 365. C’est ainsi que les utilisateurs pourront utiliser les services proposés par Plaid en souscrivant à l’abonnement Personnel à 6,99 € par mois (ou 69 € par an), ou bien à l’abonnement Famille à 9,99 € par mois (ou 99 € par an). Accéder au service ne sera pas suivi d’une surcharge financière, le prix des abonnements classiques comprend déjà la fonctionnalité.

Dans un article publié sur le site de Forbes, le journaliste et auteur spécialiste de la fintech Ron Shevlin a émis un doute quant à la stratégie de Microsoft. En s’adressant aux particuliers, il craint que la fonctionnalité soit sous-utilisée. Microsoft se tromperait de clientèle, alors que les petites entreprises seraient plus intéressées par un outil de ce type. En effet, les particuliers ont déjà l’embarras du choix avec des outils financiers catégorisant les dépenses et permettant de séparer nos différents budgets. C’est notamment le cas pour les néo-banques et les banques en ligne.

Microsoft Money in Excel

© Plaid

« Il y a un meilleur marché pour Microsoft et Plaid avec Money in Excel : les petites entreprises » tenait à dire le journaliste, en évoquant notamment l’avis partagé de Bryan Clagett, le directeur des initiatives stratégiques chez StrategyCorps. Selon l’homme « cette fonctionnalité dans Excel est plus logique pour les petites entreprises que pour les consommateurs. Les consommateurs ne se soucient pas de suivre leurs comportements de dépense (les outils de GFP ndlr) – les petites entreprises le font. De plus, les petites entreprises sont déjà étroitement liées à l’écosystème Microsoft. »

Microsoft est de plus en plus concurrencé par des nouveaux outils, et ses logiciels tels qu’Office et Excel sont sur une pente décroissante de leur utilisation. Un partenariat comme celui avec Plaid est une excellente opportunité. Autobooks, qui travaille dans l’intégration d’outils de gestion financière pour les entreprises, reconnaît également ce qui ressemble pour lui à un mauvais ciblage : « Microsoft et Plaid auraient été inondés de clients s’ils avaient reconnu les besoins des petites entreprises ». Rien n’est trop tard pour autant, et on imagine bien que Microsoft étudie naturellement cette opportunité.

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Sdeley95

    8 avril 2020 at 13 h 37 min

    Ils feraient mieux de relancer Money…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *