Nintendo durcit le ton avec les pirates sur la Switch

Vous faites parties des petits coquins qui utilisent des jeux piratés sur votre console Nintendo Switch ? On ne peut que vous conseiller d’arrêter. On avait déjà eu un aperçu des conséquences possibles en mai dernier, quand deux hackers avaient vu leurs consoles être bannies des services en ligne. SciresM, l’un d’entre eux, vient de passer à l’heure des explications.

Nintendo Switch : Nintendo s'attaque aux pirates

Nintendo Switch : une sécurité renforcée

Il a publié sur Reddit, un rapport complet de la situation et des mesures mises en place par Nintendo pour en finir avec les systèmes qui utilisent des jeux piratés en ligne. Selon lui, les mesures de Nintendo seraient déjà très fortes. La Switch peut en effet détecter si un jeu est piraté en fonction des codes attribués aux jeux et à la console. La Switch aurait permis de régler un problème présent sur les machines précédentes. Il était possible de cloner les données d’en-tête.

Concrètement, la Switch fait les vérifications au moment de se connecter à un service en ligne. Chaque cartouche et jeu téléchargeable dispose d’un code unique. Une fois connectée, elle vérifie ce dernier et donne ou non l’autorisation. Cela permet d’éviter un doublon et de vérifier que vous avez bien une clé physique pour vote cartouche ou inversement.

Nintendo promet une tolérance zéro pour les pirates

Qu’est-ce que vous risquez si vous continuez quand même à tricher en voulant utiliser un jeu piraté ? C’est relativement simple : votre console.

En effet, Nintendo semble avoir décidé d’adopter une politique de tolérance zéro. Selon le hacker, une console qui a utilisé un contenu piraté se verra interdire les services en ligne, mais aussi au compte. Vous ne pourrez donc plus avoir de mises à jour, ni accéder à un jeu nécessitant d’être connecté ou en télécharger d’autres. A peu de choses près, vous aurez désormais une brique entre les mains. De quoi faire sérieusement réfléchir…


2 commentaires

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies