Obama et la mouche du coach

« Allez, dégage la mouche… » Quelle classe ce Barack quand même. En pleine interview mardi sur la réforme du système de santé américain et des institutions financières, l’attention du boss est attirée par une grosse mouche format XXL (aux USA tout est plus grand, même les drosophiles). N’écoutant que son courage, le chef du monde flingue

« Allez, dégage la mouche… »

Quelle classe ce Barack quand même. En pleine interview mardi sur la réforme du système de santé américain et des institutions financières, l’attention du boss est attirée par une grosse mouche format XXL (aux USA tout est plus grand, même les drosophiles).

N’écoutant que son courage, le chef du monde flingue l’imprudente d’un mouvement aussi rapide que précis de la main, et montre son cadavre encore chaud à la caméra, fier comme un bar-tabac.

L’interview peut reprendre, et l’honneur de l’Amérique est sauf.

Si j’étais Ben Laden je la ramènerais moins maintenant.


24 commentaires

  1. J’aime beaucoup le ton de cet article.

    C’était toujours amusant de voir les hommes politiques autrement que dans leurs comportements formels d’homme politique/costard/cravate.

    « L’honneur de l’Amérique est sauf » … Et Obama n’a rien à envier à Chuck Norris.

  2. @Arnaud: rabat-joie bis, bis et Artaban?

    Artaban était :

    * Le nom donné à différents rois Parthes
    * Le nom d’un héros du roman « Cléopâtre »

    De la fierté légendaire des premiers, et de celle romanesque du second serait née l’expression fier comme Artaban.
    Coluche, l’a transformé en fier comme s’il avait un bar-tabac, pareil. On trouve aussi les variantes: fier comme un p’tit banc, fier comme un char-à-banc, faire comme l’appât blanc.

    Le plus remarquable c’est que le vécu de cette expression, toujours actuelle, s’étend sur plusieurs dizaines de siècles.

  3. Je ne vois pas ce qu’il y a de dérangeant pour ma part… Tout le monde ferait la même chose si une mouche taquine venait tourner autour de nous.

    Si on regarde notre président, on a toujours l’impression qu’il est entouré de mouche tellement il donne l’impression d’essayer de les éviter !

    Bref, ce n’est qu’un homme ^^.

  4. Le buzz fait autour de ça est minable. Degré zéro de la politique. Le fait qu’en 2009 les commentateurs s’intéressent à la mouche plutôt qu’au discours est très révélateur de la dérive intellectuelle que nous vivons actuellement :(. Écoutons nos dirigeants, encourageons/critiquons les s’il le faut, plutôt que les mouches.

  5. Pingback: Daily Digest for 18/06/2009 « ∞ iJulien

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies