Suivez-nous

Drones

Pour la première fois, un drone a livré un organe pour une transplantation

Les drones ne servent pas qu’à livrer les commandes Amazon ou à faire de belles vidéos, ils peuvent aussi servir à sauver des vies, notamment chez les personnes en attente de greffes d’organe.

Il y a

le

En Australie, les drones livrent aussi du café
© Wing

Les drones ont des usages multiples, qu’ils soient déjà concrétisés ou encore rêvés. De Wing, la filiale d’Alphabet qui veut faire des livraisons avec ses drones, au fabricant de drones DJI qui veut utiliser ses appareils afin de lutter efficacement contre les incendies, les projets sont multiples, même si souvent incertains. Mais aux Etats-Unis, une première très concrète vient d’avoir lieu, qui pourrait avoir des conséquences très particulières.

En effet, un organe a été transporté grâce à un drone. Très précisément un rein qui a été apporté à un patient qui attendait un organe depuis huit ans. Grâce au recours à un drone, le trajet a été fait en 10 minutes, pour un trajet de 4,3 kilomètres (2,7 miles) entre un hôpital à Baltimore et le centre médical de l’université du Maryland. L’organe a ensuite été transplanté avec succès par l’équipe médicale quelques heures plus tard.

Les drones pour « améliorer la vie humaine »

Sur le papier, la performance est appréciable, notamment parce que l’on sait l’importance que peut avoir la rapidité dans le cas d’un transport d’organe. Joseph R. Scala, le médecin à l’origine du projet et aussi celui qui a réalisé la transplantation, s’est lancé après plusieurs expériences désastreuses, notamment un trajet qui a duré 29 heures. L’objectif n’est pas tant de réussir une prouesse technologique que d’améliorer la vie humaine.

D’un point de vue de la sécurité, les spécialistes avaient mené de nombreux tests durant les semaines précédentes. L’appareil incluait aussi des hélices et des moteurs de secours, deux batteries, un système de distribution d’énergie de secours et un parachute.

Le transport par drones a aussi l’avantage de pouvoir gérer en permanence des données comme la température de l’organe. De quoi en faire un « Uber pour les organes » comme le pointent les chercheurs ? Affaire à suivre…

 

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Harry F

    3 mai 2019 at 7 h 21 min

    Pour avoir été délivré, l’organe était prisonnier ?

    • Eric

      3 mai 2019 at 8 h 03 min

      Corrigé, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests