Suivez-nous

Tech

Pourquoi la Chine a arrêté une partie des employés de Huawei

La Chine a procédé à l’arrestation de 5 employés de Huawei en 2018, car ceux-ci avaient discuté en ligne de l’accord avec l’Iran.

Il y a

  

le

 
huawei
© Presse-citron.net

Si Huawei a toujours nié une quelconque relation avec le gouvernement chinois, ce dernier fait tout de même preuve d’une véritable volonté à protéger les intérêts de la firme. En effet, le New York Times a révélé que les autorités du pays avaient procédé à l’arrestation de cinq employés du groupe en 2018.

Selon le média américain, ces arrestations ont eu lieu suite à des discussions en ligne portant sur les accords de l’entreprise avec l’Iran. Évoqués sur le réseau social WeChat, les échanges en question contenaient des allégations de violation des sanctions contre l’Iran par Huawei. Aucune preuve à ce sujet n’a toutefois été partagée sur le web, mais un des employés concernés a déclaré qu’il pouvait prouver ses dires. C’est donc suite à ces discussions que les employés ont été appréhendés par le gouvernement chinois.

Protéger les intérêts de Huawei

Il n’est pas logique la Chine tienne à protéger les intérêts de Huawei, même si cela doit mener à l’arrestation de certains de ses employés. En effet, la firme se positionne régulièrement sur la deuxième marche du podium des constructeurs de smartphones dans le monde. Dans le pays, elle domine aussi très largement le secteur et se place comme une entreprise technologique de choix.

Il n’est donc pas dans l’intérêt du groupe que des informations au sujet de la violation de l’accord avec l’Iran soient partagées sur le web. L’idée que des preuves aient pu être présentées en ligne aurait eu un fort impact sur le pays, que ce soit sur le plan politique ou financier.

Dans ce contexte, plusieurs personnes se sont inquiétées de l’arrestation de Li Hongyuan, un ex-employé de Hauwei qui a été licencié dans des conditions qui ne pas encore très claires. Huawei avait alors déclaré que l’arrestation n’était pas due à un conflit professionnel.

Cet accord avec l’Iran a déjà eu des conséquences sur Huawei, car il a mené à l’arrestation de Meng Wenzhou, la directrice financière de Huawei. Pour l’instant, celle-ci est détenue au Canada en vue d’une potentielle extradition vers les États-Unis, à l’origine de l’interpellation. Elle est accusée, ainsi que le groupe, d’avoir violé les sanctions américaines à l’égard de l’Iran en continuant de travailler avec le pays alors que cela était interdit.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Depfret

    27 avril 2020 at 16 h 09 min

    Autant je suis d’accord sur le fond de l’article, autant pour une entreprise qui compte au bas mot des dizaines de milliers d’employer, titre « une partie des employés de Huawei » pour 5 personnes est clairement abusé.

  2. Lerole

    28 avril 2020 at 11 h 39 min

    Une entreprise chinoise, qui espionne ses salariés, des salariés qui parlent de l’Iran et non du gouvernement chinois, et qui se retrouve en prison, je trouve ça honteux. Et je m’engage a ne plus jamais acheter un Huawei, dommage pour vous, un client en moins, j’espère ne pas être le seul !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests