Suivez-nous

Tech

Pourquoi WeWork repousse finalement son introduction en bourse

WeWork a annoncé qu’il repoussait son introduction en bourse de quelques mois alors qu’elle devait avoir lieu « d’ici la fin de l’année ». Voici pourquoi.

Il y a

le

WeWork coworking
© WeWork

Particulièrement attendue à la bourse de Wall Street, la startup WeWork a annoncé qu’elle repoussait finalement cette introduction de plusieurs semaines. Celle-ci devrait donc avoir lieu en octobre, là où la jeune pousse avait prévu de débuter sa promotion auprès des investisseurs à la date du lundi 16 septembre.

Sur son site web, The We Company a partagé un message le jour même en indiquant que le projet d’introduction en Bourse était actuellement suspendu. La startup a ajouté qu’elle attendait « avec impatience [sa] prochaine introduction en bourse, qui devrait être achevée d’ici la fin de l’année ».

WeWork risquait-il un revers en bourse ?

Malgré tout, une source proche du dossier a confié au Financial Times qu’il pourrait être difficile pour WeWork de faire son introduction en Bourse cette année ou début 2020. Elle a ajouté que ces difficultés seraient liées à la difficulté de la startup à séduire les investisseurs.

Pour ce qui est des raisons de ce retard, WeWork n’a pas évoqué directement le sujet. Néanmoins, le Financial Times fait référence au fait que la jeune pousse ne veut pas se confronter à un potentiel revers conséquent à son introduction en bourse. Cela pourrait aussi être dû aux doutes des investisseurs, qui remettent plusieurs éléments en question.

D’une part, l’influence du patron de WeWork est particulièrement conséquente au sein de la jeune pousse. En effet, la startup a rémunéré une autre entreprise à hauteur de 5,9 millions de dollars afin d’être en mesure de disposer du nom « We » dans son titre. Sauf que l’entreprise qui a été payée n’est plus ni moins qu’une entité qui appartient au patron de WeWork lui-même, Adam Neumann.

Enfin, WeWork dispose d’un comité de trois personnages chargés de décider qui remplacerait Neumann s’il lui arrivait quelque chose. Seulement, c’est Rebekah Neumann, cofondatrice et épouse de l’actuel patron, qui serait à la tête du comité en question.

Si WeWork venait à faire son introduction en bourse après 2019, il pourrait rater un prêt de 6 milliards de dollars, un montant accordé par plusieurs banques dans le cas où la jeune pousse réussit son introduction en bourse cette année.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests