Suivez-nous

Gaming

Prise d’otage dans les locaux d’Ubisoft à Montréal, que sait-on à ce jour ?

Un important dispositif de police mis en place à Montréal pour une prise d’otage dans les locaux d’Ubisoft. Après plusieurs heures d’angoisses, les employés ont pu sortir sans incident. Le studio a été victime d’un swatting.

Il y a

  

le

 
Prise d'otage Ubisoft
© JOËL LEMAY / AGENCE QMI

Il y a quelques minutes seulement, la police de Montréal mettait fin à une opération délicate pour sécuriser le bâtiment d’Ubisoft qui était potentiellement la cible d’une prise d’otage d’une cinquantaine de personnes avec une demande de rançon de 2 millions de dollars. Nous apprenons que l’opération est désormais terminée avec aucune victime à signaler. Une enquête de police vient de débuter. Voici le résumé des événements.

Ubisoft sous pression

Prise Otage Ubisoft

© JOËL LEMAY / AGENCE QMI

C’est donc hier en début de soirée en France (19h30, heure de Paris et 13h30, heure locale) que la police de Montréal reçoit un appel provenant de l’intérieur du bâtiment d’Ubisoft Montréal. Une alerte est donnée, une prise d’otage serait en cours avec une dizaine d’employés qui seraient retenus par cinq hommes armés.

Quelques minutes plus tard, les forces de police sont sur place, et ce serait désormais une cinquantaine d’employés qui seraient retenus avec une demande de rançon de deux millions de dollars.

Prise Otage Ubisoft

© Twitter / @InfosFrancaises

Une dizaine d’employés se sont donc réfugiés sur le toit du bâtiment en attendant d’être secourus. Face à la gravité de la situation (et la rançon exigée), la police met en place un important dispositif de sécurité avec un bouclage de tout le quartier. Fort heureusement, suite à la pandémie de COVID-19, la plupart de la boîte est actuellement en télétravail.

Après plusieurs heures, de premiers employés commencent à être évacués des studios. Plus de six heures plus tard, vers 01h30 du matin (heure de Paris et 19h30, heure locale), l’opération prendra fin avec aucune victime à déplorer.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la police de Montréal ainsi que les studios d’Ubisoft ont été victime de la fameuse pratique du « Swatting ». Un canular téléphonique qui vise à faire déplacer les équipes d’interventions spéciales pour un cas de force majeure alors qu’aucune menace n’est à détecter. Une pratique qui est (malheureusement) très répandue dans le domaine du streaming avec de nombreux joueurs qui ont été interrompus pendant leur LIVE par les forces spéciales.

Les menaces contre les studios de jeux vidéo : Un cas de plus en plus fréquent ?

Square Enix, Insomniac Games, CD Projekt Red, voilà une courte liste de studios qui ont pu rencontrer de gros problèmes ces derniers mois. Menace de mort sur des employés, sur les équipes entières ou encore sur le studio dans sa globalité, de plus en plus de cas alarmants commencent à se répandre autour de l’industrie du jeu vidéo. Une triste preuve qui montre que derrière ce magnifique domaine de divertissement, de nombreux « extrémistes » continuent d’être complètement déconnectés de la réalité.

Pour le cas Ubisoft, nous sommes bien dans un cas de vengeances. Selon les premiers retours, le coup monté de la fausse prise d’otage fut lancé par deux appels différents. Les motifs probables seraient une vengeance envers l’éditeur français pour la qualité de ses derniers jeux en date.

Ubisoft confirme la fin de cet événement traumatisant

C’est donc sur Twitter que le compte officiel d’Ubisoft confirme la fin de l’opération de police avec aucune victime. Une expérience traumatisante pour les employés.

Nous tenons à saluer le courage et le sang-froid dont nos équipes ont fait preuve aujourd’hui, notre objectif est d’assurer leur santé et leur bien-être. Nous souhaitons également remercier le SPVM pour sa réponse rapide et professionnelle, qui a permis de maîtriser la situation. Nous sommes extrêmement soulagé.es que la situation ait pu être résolue sans incident et nous tenons à vous remercier pour votre soutien et vos bons mots.

Antoine Leduc-Labelle, le porte-parole d’Ubisoft a annoncé peu après l’événement qu’une cellule de crise sera mise en place pour accompagner les différents employés d’Ubisoft qui en éprouvent le besoin.

Une cellule de crise a été mise en place pour les employés et les bureaux de Paris sont au courant de la situation. […] Je suis maintenant en contact avec les employés sur le toit et ils vont bien.

Une enquête en cours

À ce jour, la police de Montréal n’a pas donnée plus d’informations. Mais la raison de ce canular serait ainsi une vengeance envers le studio Ubisoft de la part d’au moins deux fans déçus des jeux de la firme. Un long processus débute pour essayer de remonter jusqu’à la source des appels.

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Marcel

    14 novembre 2020 at 16 h 36 min

    Rien d’étonnant, il n’y a que des jeux violents, c’est l’arroseur arrosé

    • j'aipastrouvédenom

      15 novembre 2020 at 8 h 48 min

      Toi t’as trop joué à Kirby…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests