Suivez-nous

Crypto-monnaies

Quand l’Iran part à la chasse aux fermes à Bitcoin

En Iran, les autorités ont déclaré qu’elles avaient mis fin au minage illégal de deux fermes à Bitcoin, là où plus de 1 000 machines destinées à cet usage ont été saisies.

Il y a

  

le

 
bitcoin
© Pexels / Pixabay

En 2018, l’Iran a bel et bien interdit le Bitcoin, mais aussi toutes les autres transactions en cryptomonnaies par les établissements du pays. Pour ce dernier, il s’agit là d’éviter les risques potentiels de blanchiment. En parallèle, les autorités luttent donc pour que cette mesure soit respectée, ce qui les a menés à la découverte d’un très grand nombre de machines destinées au minage de cryptomonnaies.

Pas de Bitcoin, mais une cryptomonnaie maison en Iran ?

En effet, l’Iran a indiqué avoir découvert deux énormes fermes rassemblant un total de plus de 1 000 machines destinées à miner du Bitcoin. Celles-ci étaient situées dans deux fermes abandonnées dans la région de Yazd.

Arash Navab, responsable de la production électrique de cette dernière a indiqué que c’est à cause de la hausse d’énergie dans la province que les fermes en question ont été repérées puis démantelées. Selon celui-ci, les machines seraient à l’origine d’une augmentation de 7% de l’ensemble de la consommation électrique du pays, soit un chiffre particulièrement conséquent. De la même façon, la consommation de ces deux lieux atteignait parfois un mégawatt.

Il est également important de rappeler que le coût de l’électricité est faible en Iran, ce qui peut être attirant pour ceux souhaitant miner du Bitcoin malgré l’interdiction en vigueur. D’autre part, il faut noter que l’Iran est la cible de vives sanctions imposées par les États-Unis, ce qui limite assez largement les transferts d’argent dans le pays. Néanmoins, les cryptomonnaies ne sont pas impactées par ces sanctions, si bien que cela pourrait expliquer pourquoi certains ont vu un potentiel dans le fait de se tourner vers de telles fermes.

Pour rappel, l’Iran s’attelle à la création de sa propre cryptomonnaie depuis une dizaine de mois, monnaie virtuelle qui ne sera vraisemblablement conçue pour ne pas être minée. Les transactions ne seront pas non plus publiques et seront accessibles via une blockchain privée. Pour l’instant, le pays n’a pas encore communiqué plus de détails à ce sujet.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Janiko

    3 juillet 2019 at 17 h 09 min

    Relisez le communiqué de Reuters : les 2 fermes ont une consommation de 1 MW (environ 1000 W par machine) soit l’équivalent de 5 frigos. Si ça représentait 7% de hausse de consommation pour l’ensemble du pays, alors il n’y aurait que l’équivalent de 70 000 frigos dans tout le pays (et aucun autre appareil électrique) !

    Donc RELISEZ : il y est dit que 1000 machines ont été saisies d’une part, et que D’AUTRE PART le minage de cryptomonnaies a fait monter la consommation électrique de 7%, mais pas uniquement en raison de ces 1000 machines : c’est PARTOUT dans le pays que se réalise du minage, au point d’être visible dans la consommation électrique globale du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests