Quelques idées en vrac

Il paraît que les bonnes idées appartiennent à ceux qui les mettent en application. Comme je n’ai pas l’intention de diversifier mes activités dans l’immédiat, je vous refile 3 idées qui dans une autre vie auraient pu se transformer en projets, puis en business, voire plus si affinités, soyons fou. Je ne sais pas ce

Il paraît que les bonnes idées appartiennent à ceux qui les mettent en application. Comme je n’ai pas l’intention de diversifier mes activités dans l’immédiat, je vous refile 3 idées qui dans une autre vie auraient pu se transformer en projets, puis en business, voire plus si affinités, soyons fou.

Je ne sais pas ce qu’elles valent, j’ai vu récemment que l’une d’entre elles était déjà exploitée ailleurs, mais si quelqu’un cherche une piste pour monter son petit business, qu’il ne se gêne pas pour piocher dans ce qui suit, sait-on jamais. Je ne demanderai pas de royalties avant les premiers 100 millions gagnés. Après on s’arrangera.

Idée n°1 : le flipbook en folie

Vous connaissez les flipbooks ? Mais si voyons, vous en avez tous fait un jour ou l’autre. Ce sont ces petits carnets sur lesquels vous dessinez une scène page par page, que vous animez en les faisant défiler rapidement. L’idée est de proposer un service de personnalisation de flipbooks à partir des vidéos faites par les internautes, à mi-chemin entre YouTube et des services comme Moo.com ou Photoways. Vous uploadez des vidéos courtes (condition indispensable : 10 secondes maxi, et encore), puis vous choisissez le look and feel de votre flipbook, le nombre d’exemplaires, etc, et quelques jours plus tard vous le recevez par la poste. On peut imaginer une foule d’options sans limites : cadeaux d’entreprises, clips publicitaires ou érotiques, et même un deal avec Dailymotion en marque blanche pour qu’ils proposent cette option sur leur site.

Pour m’être un peu documenté, j’ai vu que le concept est déjà exploité par quelques sites, comme Schacks en Allemagne ou encore Flippies aux USA. Rien en France à ma connaissance, et on peut faire beaucoup mieux.

Si vous voulez en voir plus sur les flipbooks, jetez donc un oeil ici sur Flipbook.info

Idée n°2 : le calendrier partagé en réseau social

L’idée, entre calendrier partagé et Twitter découle d’un constat que je fais chaque jour, et qui m’est apparu avec Twitter, et, dans une moindre mesure, Facebook : quand j’en ai la disponibilité, je vois presque minute par minute l’activité des personnes que je suis sur Twitter ou de mes amis dans Facebook, à condition qu’elles mettent à jour leur statut. D’un autre côté, nous sommes nombreux à être conviés ou à participer chaque semaine à des évènements. L’idée serait de créer un calendrier regroupant d’une façon très simple les évènements publics (conférences, soirées promo, mais aussi buzz sur le net, voire campagnes pubs et billets sponso, etc…), et que chacun indique d’un clic auxquels il participe. Nous aurions alors une vision synthétique de l’agenda public de chacun, ce qui éviterait les dizaines de mails échangés pour savoir si on verra untel à telle soirée. Cela peut même faciliter la logistique (co-voiturage, résa d’hôtels etc). Les calendriers partagés existent déjà, mais il faudrait une sorte de Doodle amélioré avec plus de fonctions.

Idée n°3 : les ballons voyageurs

Il y a quelques années j’ai acheté à mon fils une grappe de ballons gonflés à l’hélium. Nous y avons accroché une carte de visite dans une pochette étanche avec notre adresse, n° de téléphone, email, etc, et avons lâché l’attelage pour le regarder disparaître dans le ciel au-dessus des toits de Lyon. Quelques semaines plus tard nous recevions une carte postale d’Angleterre : la ballon avait traversé la Manche et fini son périple en atterrissant dans un jardin anglais !

L’idée est simple : un site qui permettrait aux internautes d’envoyer un ballon avec un message personnalisé à partir de son ordinateur. Le visiteur choisit son ballon (ou ses ballons selon la distance qu’il espère parcourir), rédige son message, le tout en complétant un simple formulaire, et le site se charge de créer le package et de larguer le ballon. Le client n’a plus qu’à attendre en espérant recevoir une réponse à son message. L’idée peut être creusée avec dans le message un lien vers le site qui permet de répondre directement aux expéditeurs : trafic garanti et gros carton auprès des ch’tites n’enfants non ?

Je n’ai pas étudié en détail la faisabilité de ces concepts ni leur potentiel économique (je pense que pour les flipbooks la difficulté résidera dans le façonnage d’exemplaires uniques) et je les décris ici de façon assez grossière, mais il y a sûrement un peu de potentiel à creuser non ?


63 commentaires

  1. L’idée #3 est vraiment sympa, quant on pense qu’un simple ballon avec une lettre peut attérir des milliers de kms plus loin moi j’adore !
    Peut être le nouveau Meetic, au gré du vent…

  2. Voila de bien belles idees.

    Mais concernant les ballons, nous habitons une ile de l’Ocean Indien avec les enfants.

    Ne risque t on pas de ne jamais recevoir de reponse ou pire encore, de recevoir la visite de Pirates Somaliens qui auront notre adresse??!

  3. dans ma periode babe j etais occasionnellement vendeur de ballons !!!
    a la feria de nimes un gars un peu allumé m achete un ballon y met une frite et crie le bon dieu est belges …
    decvant l hilarité de la foule il m a acheté une grappe de ballon pour repeter son sketch tout au long du chemin

  4. Les ballons sont sympas effectivement, mais faire décoller un morceau de plastique qui à de grande chance d’attérir un endroit ou elle va soit tuer une tortue soit polluer gratuitement, on a vu plus écologique…

  5. La troisième idée est la meilleure à mon avis 😉 Surtout qu’il y a surement moyen de créer le « buzz » autour de ce service, qui d’ailleurs ne coûterai quasiment rien, quelques ballons de baudruches tout au plus.

  6. Amusant: je connais quelqu’un qui bosse sur le lancement de le première idée depuis quelques mois :o)

    Je pense aussi que l’idée des ballons peut être sympa, même si elle possède des contraintes (écologiques notamment)

  7. On s’en fou de l’écologie, l’idée 3 est lumineuse !! Moi ça me fou dans un état quand on parle d’écologie surtout quand ce sont des urbains ! Si tu fais des ballons brillants ou attrayant même posé en pleine nature il y aura forcément un randonneur qui le verra après de là à croire que les forêts Européennes sont comme l’Amazonie faut pas rêver !! Votre ballon trouvera toujours preneur et un petit message dessus du genre : « Si vous me trouvez à terre : Merci de me mettre dans une poubelle après avoir récupéré la carte de mon expéditeur ».

    Eric, je suis très heureux que tu vives de ton blog mais la population de bobo qui se donne bonne conscience ça m’exaspère !

  8. Bon après avoir critiqué un peu je donne mes idées (elles sont farfelues, mais c’est normal venant de moi ^^) :

    1) Déjà il faudrait les faire partir d’un endroit atypique : si c’est pour les faire partir de France tout en ayant des clients français c’est pas super super utile.
    Ça serait tellement plus atypique de les faire partir de France pour des clients américains par exemple.

    Mais le mieux, à mon sens, serait un départ multiple : par exemple pour 4.99€ (chiffre que je donne complètement au pif) on ferais partir trois ballons d’Amérique du Nord, 3 Ballon de France et 3 Ballons de Chine.
    Pourquoi 3 à chaque fois ? Car ça fait un total de 9 et ça maximise au moins un peu les chances d’avoir une réponse. Je dit 9 mais peut-être que plus serait mieux. (de toute façon c’est pas pour ce que coute un ballon…)
    Enfin bref ce qui est marrant, à mon sens, c’est de le faire partir d’un endroit ou ne peut pas se rendre soit même. Bon après même si la Polynésie ou quelque chose du genre serait sympa, il faut quand même que les gens ait internet dans le pays et qu’il ne soit pas entièrement rural évidemment…
    En plus ça créer des mini-emploies pour les gens chargé de lancer les ballons. (y’a des équivalent du statu de l’auto-entrepreneur dans les autres pays ?)
    Je suis sûr qu’un ouvrier chinois serais super content de faire ça 🙂

    Un départ de ballons par continent (habité) peut être sympa et surtout les gens seraient prêt à payer plus chère. (pas trop chère quand même)

    2) Plutôt que de mettre l’adresse postal, il est, comme Eric l’a dit, plus judicieux de mettre l’adresse du site http://www.mon-ballon-voyageur.com et d’y adjoindre un mot de passe (qu’il faudrait entrer sur la page d’accueil pour que ce soit facile) pour que le (ou les) trouveur d’un des ballons puisse entrer en contact avec l’expéditeur. (en plus comme ça ça peut rendre l’expéditeur addictif à la plateforme pour checker une éventuel réponse ce qui génère des revenues publicitaire héhéhé)

    Et évidemment il faudrait mettre sur le site le nombre de ballon déjà retrouvé pour motiver es prochains clients à tenter le coup 🙂

    3) Pour preuve du départ du ballon on peut peut-être faire des mini-vidéos à chaque départ, non ?
    Parce que de toute façon le plus drôle c’est de voir le ballon partir, hein 🙂
    Bon à la limite on peut faire un départ groupé par jour mais ça serait moins intimiste que une très courte vidéo par ballon et c’est pas pour le temps que ça prendrais… A voir, mais le coup de la vidéo m’a l’air très sympa. Les petits (et les grands visiblement…) seraient, je trouve, super content de dire : regarde ça c’est mon ballon qui est partit de New York, ça c’est celui de Hong-Kong et celui-là c’est celui de Lyon. (Pour les clients étranger faudra préciser que Lyon est la Silicon valley européenne :D)

    4) Comme vous le voyez je croit dans ce projet mais j’en ai déjà trop d’autres (débile aussi, évidemment) sur le feu 🙂
    Mais je vous promet si dans deux mois, quand j’aurais un peu de temps (normalement…), personne ne la lancé, je le fait 🙂

  9. @JRC je suis désolé de m’indigner contre tes propos mais je l’ai trouve très mal fondé.
    Les ballons et les sacs plastiques sont résponssables d’un grand nombre de disparition chez les mammifères marins qui les prennent pour des méduses. Pour ce qui est du randonneur trop honnête, je rappel que les populations humaines se regroupent en cités et qu’il existent de grand espaces qui ne sont pas ou peu occupés. La probabilité que le ballon tombe sur un chemin est faible, et celle qu’un promenneur le ramasse aussi. Je rappel, qu’ici, en france, les gens jetent leurs dechets par la fenêtre de la voiture. ce n’est pas eux qui ramasserons le pauvre ballon. l’idée de ballon bio est faisable je penses, mais j’ai peur que la porté soit réduite du fait de la fragilité du dis matériaux.
    J’ai pensé vitualiser totalement la chose: j’envoie un ballon -> il atterit dans la boîte mail d’un utilisateur aléatoire, dans un temps aléatoire. tout les protagoniste sont avertis et volontaire, tout est éco-résponssable et tout le monde est content. 🙂

  10. @Jean +1

    @JRC Qu’en il y a 10 ballons ça va, mais si le projet marche bien ça sera 1000 par jours, c’est plus paris sous les bombes « NTM » mais paris sous les ballons. Maintenant avec des ballons éco c’est une très bonne idée.

  11. @Petit_Nuage en même temps c’est pas le même plaisir. On parle des enfants aussi la… Et puis pour ton concept il te faut un sacré base de donnée d’e-mail…

  12. Salut Eric,

    Très moyen, écologiquement parlant, le coup des ballons. En espérant qu’un tel projet ne voit jamais le jour.

  13. JRC> dans une logique de business, il faut prendre en compte les sensibilités de tes clients / prospects.
    La cible d’un tel service se trouve probablement chez les enfants qui sont très sensibles aux problèmes environnementaux.
    Et crois le si tu veux mais j’ai bien conscience qu’un ballon ou deux dans la nature ne vont rien changer au bousin 😉
    (même si ça me fais chier dans l’absolu: c’est un peu comme jeter un sac plastique parterre)

  14. Le problème c’est que des ballons écologiques n’existe pas…
    Petit_Nuage > C’est facile de généraliser, je suis contre l’écologie telle qu’elle est prônée actuellement par notre société qui n’est qu’une écologie d’urbain qui ne voient pas plus loin que le périph ! Et pourtant je ne jette pas mes sacs plastiques dans la nature, je nettoies même la forêt quand je vois des dégats humains !

  15. @meboo
    Un ou deux ballon, fois le nombre de jours de lâcher de ballon, fois le nombre d’idée dans le même genre, ça fini par faire pas mal quand même, non ?

  16. @JRC, tu voit t’a déjà trouvé une parti de la solution 😉
    Par contre le ballon-biodégradable ça m’étonnerait que ça existe.
    Une autre idée de business ? 😉

    Mais sinon au pire on peut peut-être chercher le coût écologique du ballon (qui ne doit pas être énorme unitairement…) et proposer de le compenser en faisant un don de même valeur à une association écologique.

    Bon je dit peut-être n’importe quoi mais il ne doit pas être bien dur de trouver des solutions et quand bien même, ça ne coûte rien de souligner le problème pendant la phase de développement 😉

  17. Salut,

    c’est marrant l’enthousiasme autour de cette idée de ballons… Pour moi le charme de ce genre d’expérience c’est d’avoir lancé soi même le ballon et de voir où il a atterri en partant de son petit jardin.

    Je trouve moins sexy le fait que quelqu’un fasse tout à notre place. A la rigueur une alternative serait de choisir entre recevoir le ballon par la poste et le lancer soi même (au choix avec le fait que quelqu’un le lance à notre place en un lieu donné).

    Enfin pour le coté écologique c’est toujours limite. A ma connaissance il n’existe pas de ballons de la sorte biodégradables (ça serait une bonne invention ça =)).

    A+

  18. Jean > Oui payer sa pollution comme la taxe carbone est une bonne idée ! Mais de là à faire un projet ridicule comme Petit_Nuage que je ne relèverais pas…

    La cible là est justement l’enfant et un enfant c’est pragmatique il n’en a que faire de l’écologie, lui il veut voir son ballon s’envoler ! Le même système mais par mail, pfuuu mais n’importe quoi !!!

  19. Argh le temps que j’écrive une réponse plein de gens ont posté.

    @petit-nuage : heu non le coup des ballons par email m’a l’air assez moyen ^^

    @tout-ceux-qui-critiquent-le-cout-écologique : à la limite, si on parvient à en faire quelque chose de rentable, il suffit de faire un don pour l’écologie supérieur au cout écologique du ballon (qui unitairement, je me répète doit, je pense, être très faible) ce qui fait qu’on laisse les choses dans un meilleure état que celui qu’on à trouvé.
    De la même façon toutes les assoc écologiques polluent (ne serait-ce qu’a cause des voitures nécessaire à l’activité) mais elles ont globalement un impact positif (elles font plus de bien que de mal) et c’est cela qui compte.

    En gros si vous voulez aider la planète lancez le business des ballons ! (à condition qu’il soit rentable évidemment)
    A moins que je n’ai pas compris quelque chose ?

    A la limite le seul problème serais de parvenir à identifier le cout écologique d’un ballon (ce n’est peut-être pas si évident que ça) mais bon si on s’arrête à ce problème parce que c’est trop dure de trouver on a pas fini de se faire moquer de nous par les bloggeurs Américains ^^

  20. Salut, tres mauvaise idée le coup du ballon… j’habite dans un pays ultra marin, avec des tortues et plein de petites betes dans l’eau tres sympatique, et il est connu que le ballon une fois degonflé et en mer, ce dernier est confondu par les tortues qui pensent que ce sont méduses… je vous laisse deviner la suite….

    Le coup du ballon, c’etait une bonne idée quand on savait pas ce que c’etait l’écologie !!! genre dans les années 50 !!

    Je parle même pas du bordel aérien que ca peut poser pour les avions !! (cf Hudson + canards)

  21. Comme beaucoup d’autre, l’idée numéro 3 me semble vraiment excellente…

    Pour ce qui est de l’écologie, j’ai fait des petites recherches, et il semblerait que les ballons de baudruche de base soient biodégradables, car en latex naturel. Je dis seraient, parce que nombreux sont ceux qui l’ont lu ou entendu, mais rares sont ceux qui peuvent dire, par exemple en combien de temps…

    Ensuite, une idée additionnelle d’envoyer les ballons de plusieurs endroits pourrait être bonne, mais de là à les envoyer en Chine, c’est peut-être éxagéré, mais pourquoi pas proposer certaines villes, et hop, on les envoit, l’utilisateur peut choisir une ou plusieurs villes, au choix.

    L’idée de l’identifiant ou mot de passe à mettre sur le site est extra, une sorte de passerelle entre l’enfance et le Web 2.0, la possibilité de rentrer en contact avec des gens, via la vraie vie qui se concrétise sur le net, ça serait pas un super pied de nez à Meetic ça ?

    Cette idée me branche vraiment beaucoup, et je vais y reflechir, et en parler sur mon propre blog quand l’idée aura fait son petit bonhomme de chemin (ma tête est pas bien grande alors la semaine prochaine, le petit bonhomme aura fait le tour je pense)… Si certains sont intéressés, vous pouvez prendre contact avec moi via mon msn qui est mon_pseudo_en_minuscule[at]un_courriel_brulant_[dot]com

    Remplacez donc par mon pseudo et par hotmail…

    Merci pour les idées elles sont géniales !

  22. Oui, moi aussi je suis fan des idées données comme ça : ça fait une sorte de brain storming et le premier qui réalise l’idée bénéficie des idées de tout les autres.
    Et à la limite ça permettrais presque de rassembler des gens sur un projet (cf le post précédent) qui ne se serait pas forcément rencontré autrement.

    J’espère qu’on aura plus souvent des idées du genre sur Presse-citron !

    http://www.ideesdesiteweb.com et http://www.lentreprise.com/1/1/2/ ne proposent malheureusement que des idées déjà lancé (et pas toutes très prometteuse comparé à celles de Presse-Citron…) ce qui est, malgré tout, beaucoup moins intéressant.

    Et sinon, je revient sur le lancer de ballon : si je pense vraiment qu’il faille faire l’effort d’organiser des lancés à l’étranger plutôt que simplement dans plusieurs villes de France.

    Pour moi c’est vraiment ce point qui motiverais les gens.

  23. il est vrai que l’idée des ballons est sur papier original mais en réalité un peu plus complexe, problème écologique, problème de financement, acheter 1000 ballons par jour … et pis les voisins, la mairie etc … ont intérêt a être coopératif !

  24. et puis les adultes, ils ont que ça à faire, des rêves de gamin.

    les adultes c’est tous des gros méchants pollueurs d’abord !

    et puis les gamins c’est tous des… ben des gamins quoi, je déteste les gamins, surtout quand ils me battent au jeu d’échec !

  25. Bon ok, l’idée des ballons éléctronique ça vous plaît pas… 🙁
    Bon on pourrait laisser le choix à l’utilisateur entre ballon virtuelle et ballon réel. Il existe des sacs plastiques bio-dégradable, à base de fibre de soja. Ils sont étanches et se dégradent au soleil. Ils peuvent être digérer par les éventuelles gastronomes occasionnelles.
    ya plus qu’a!
    j’aime le concepte du don à l’asso écologique.

  26. L’idée du ballon est une fausse bonne idée. Ce qui a touché l’auteur c’est la relation avec son fils. Il a pensé aux ballons, il les a acheté, il en a parlé à son fils, ils les ont vu être gonflés, ils les ont vu partir, ils ont attendu, espéré que le petit bout de carton qu’ils ont écrit allait aboutir, ils savent qui a écrit, qui a tenu la ficelle, etc…
    Tout cela se passe dans les corps, dans la parole, l’odeur du vent, la couleur du temps. Et ce souvenir s’est imprimé dans la mémoire du père et du fils. Il n’est pas reproductible. Il n’est pas virtualisable.
    Ce souvenir fait écho à d’autres souvenirs, ou a des regrets de ne pas avoir vécu pareil moment. C’est ainsi que je comprends l’engouement pour l’idée.

    La vraie bonne idée, c’est un espace pour discuter des idées.

  27. mais arreter un peu ! je ne supporte pas cette logique de vouloir créer quelquechose d’aussi négatif écologiquement parlant, et de se dire qu’on la compense en filant de la tune ailleurs, ça n’a aucun sens, aussi ridicule que les droits à polluer ! Cette idée est sympathique, mais l’aspect pollution va être très présent pour les clients potentiels, et malgré tout je pense que la cible probable pour un tel site est sensibilisé là dessus.

    Enfin, biodégradable, le ballon va pas tomber et hop se désagréger en compost instantanément, et donc le problème reste entier. A moins que pour un ballon vous repayez une tortue, mais je crois que ça va pas le faire.

    Plus que jamais aujourd’hui c’est une erreur de se lancer dans des business qui ont des coûts écologiques aussi évident pour le client, ça serait partir sur une base viciée,

  28. Pour ce qui est des ballons, ma copine, écologiste, m’a tout de suite calmé sur l’idée en me faisant penser à toutes les victimes que cela pourrait provoquer dans les océans !
    Malgré le côté féerique de l’histoire, écologiquement parlant, c’est pas terrible !

  29. Eric

    Comme quoi avant de lancer un business il faut penser à son impact sur l’environnement.
    J’avoue ne pas avoir encore ce réflexe, question de génération probablement.
    Je vais essayer de faire des efforts.
    Cela dit ça va être dur de monter des boîtes si on veut être 100% clean…

  30. et même si il y a un sachet digérable, le problème au niveau du client c’est qu’une de ses premieres réflexions ça va etre se dire oui, MAIS au niveau écologique….. moi je me lance pas dans un projet où il y a déjà un tel à priori à combattre, viable il y a 10 ans encore peut etre, mais plus aujourd’hui, et surtout pas dans le futur

  31. 100% clean, c’est impossible, rien que le coût de nos serveurs… il faut que les coût écologiques soient 100% invisible au premier abord. Et je pense aujourd’hui qu’on peut mettre en avant ces coût en montrant qu’on les compense, cela peut être un net avantage concurrentiel, et ça aide à se construire une image responsable, dans une période où les clients vont être de plus en plus enclin à rajouter un peu au bout pour calmer leur conscience ( et s’autoriser à garder le 4×4 ou la berline… malheureusement…)

  32. Ma première réaction sur l’idée #3 est la même que celle de ptitlu. Il faut vraiment être un Geek pour penser à transformer cette (très belle) histoire de ballon en site web. Quel intérêt que le ballon soit envoyé par quelqu’un d’autre ? Comment être sûr qu’il le fera vraiment ? J’avoue que j’ai du mal à comprendre cette obstination à vouloir mettre de l’internet partout dans notre vie. L’internet est souvent un outil très pratique, mais il ne faut pas exagérer son utilisation. Ça me rappelle le billet (sur ce site) sur les exemples d’utilisation de l’internet mobile: « aller chercher des infos sur les acteurs juste avant la projection d’un film ». Y’a que les Geeks pour payer plus de 40 euros par mois d’abonnement pour ce genre de service !!!

  33. La dernière idée est vraiment excellente. Il y a juste deux points qui me posent question. L’empreinte écologique maitrisée pour tous les ballons atterrissant en mer ou dans des lieux naturels (faut penser à une balise de récupération ?). Le deuxième point : J’ai moi-même fait des lancés de ballons. Quand j’y repense aujourd’hui c’est avec émotion que je me souviens du lancé et des espoirs que le ballon arrive à destination : si quelqu’un le lançait à ma place je ne sais pas si j’en garderai le même souvenir…

  34. Il est vrai (en faisant abstraction du côté nocif des ballons se perdant dans la nature, mais on est là pour discuter de l’idée, non ?) que la magie réside dans le lancer et l’attente du retour. On pourrait alors envisager d’envoyer le kit ballon à l’enfant (et son père) pour qu’il procède lui-même au lancer…
    Cela résout le problème du lancer impersonnel et multiplie les lieux.

    Mais je ne vois pas la Poste acheminer des bouteilles d’hélium…

  35. L’idée des ballons électroniques(par mai), c’est un peu l’idée de l’appli zéphyr http://www.smule.com/products/zephyr/ pour l’iphone, non ? Eric tu avais même déjà fait le rapprochement je crois!

    En tout cas, ton meilleur business potentiel, c’est la plateforme collaborative orienté idées projets…

  36. Je cite :
    <>
    L’intérêt c’est qu’il soit lancé dans un endroit de la planète dont on a pas accès. C’est pour cette raison que je serais personnellement près à payer.

    Ensuite comment être sûr qu’il partira ? En faisant des petites vidéo à chaque départ comme je l’ai dit plus haut. Et voir la ballon partir du Pérou sur vidéo vaut à mon sens largement le fait de le voir partir de sa terrasse en vrai.

    Pour l’écologie c’est vrai que de toute façon les gens partiront avec des aprioris négatifs. (sauf si on trouve des ballons biodégradable et qu’on le mette en avant par exemple)

    Mais dire « je le fais pas car ça pollue » n’a pas de sens si on fait plus de bien que de mal à la planète. Par exemple tout ce qui est produit bio, machin écologique, etc ont évidemment un cout sur l’écologie. Seulement ils font (pour diverses raisons) plus de bien que de mal DONC ils ont eu raison à la base de polluer.

    Non ?

    Mais c’est vrai que beaucoup de gens ne se laisserons pas convaincre en ne poussant pas le raisonnement aussi loin.

    Edit : Après une courte recherche sur google il semblerait que si les ballons biodégradable existent : http://www.die-regionalen.de/c.....;groupID=4

    Il suffit qu’ils soient 100% latex. Ça demande plus de recherche évidemment mais je n’ai pour l’instant vu aucun avis contraire (alors que le sujet à été abordé sur pas mal de gros forum…) disant que ça polluais quand même.
    Ça fait déjà au moins une piste.

    Et en plus y’a surement des choses à faire niveau évènementiel pour se faire de la pub.

  37. une idée assez similaire au ballon qui existe déjà, le passe-livre … j’avais cherché il ya quelques mois, il manque un site communautaire avec partage de critique du livre lu + récupération des coordonnées (adresse / GPS / autres -le tél. ?) de découverte et de remise à disposition avec cartographie du parcours du livre sur GoogleEarth…
    le concept existe déjà en france, le site de la version canadienne : http://www.jmlda.qc.ca/PasseLivre.aspx
    Truc de Geek quoi…

  38. Oula les écolos ça cartonne dur !

    En même temps, de ce côté là, ma conscience est tranquille : je prends TOUJOURS les transports en commun alors que j’ai l’âge et les moyens de passer le permis et d’avoir la voiture, je ne jette que très peu, parce que la récup’, c’est cool, bref, pas pollueur moi 🙂

    Par contre, c’est vrai que la magie de la chose, c’est plus les préparatifs, l’attente etc etc que l’éventuelle réponse…

    Mais une fantastique idée a été soulevée : un portail communautaire d’échanges d’idées… C’est vrai, on doit tous avoir au fond des tiroirs un vieux projet qui ‘nous a plu et qu’on a pas fait, par manque de temps, sous autres…

  39. Pingback: Un flipbook animé réalisé avec une présentation Google Docs

  40. Bonjour,
    Pour information, le ballon latex est 100% biodégradable, car venant d’une sève bien particulière;
    Vous invitant à découvrir sur notre site web d’ou vient la récupération de cette sève via notre site ballon-boutique . fr

    L’équipe EVER
    Print for you

    Impression sur ballons latex

Répondre