Qwant va aussi concurrencer Google dans la cartographie, le paiement et l’e-mail

En lançant Qwant Pay, Qwant Maps et Qwant Mail, l’entreprise française veut proposer une alternative à l’écosystème de Google qui n’exploite pas les données personnelles pour cibler de la publicité.

Lorsque Qwant a lancé son moteur de recherche français en 2013, beaucoup d’internautes ont réagi avec du sarcasme. Aujourd’hui, l’entreprise est cependant toujours là. Et au fur et à mesure que le public se rend compte de l’importance de ses données personnelles, Qwant gagne en notoriété. En effet, à l’instar de DuckDuckGo aux Etats-Unis, le moteur de recherche se positionne comme un anti-Google. Certes, il gagne de l’argent grâce à de la publicité. Mais contrairement à la firme de Mountain View, il n’utilise pas les données personnelles de ses utilisateurs pour cibler ces publicités.

Ainsi, après le scandale Cambridge Analytica, le trafic de Qwant est passé de 48 millions de visiteurs à 70 millions de visiteurs par mois. Qwant intègre désormais aussi le Top 1000 des sites les plus visités dans le monde. Et alors qu’il faisait 3,5 millions d’euros de chiffre d’affaire en 2017, cette année, l’entreprise vise les 10 millions.

Le trafic de Qwant est encore très petit par rapport à celui de Google en Europe. Mais l’entreprise affiche beaucoup d’optimisme.

Un anti-Google complet

Le 14 juin, elle a inauguré ses nouveaux locaux à Paris, et en a profité pour annoncer quelques nouveautés à venir. En effet, Qwant ne va pas se contenter d’être concurrent de Google dans la recherche. Au mois de septembre, l’entreprise lancera un concurrent de Gmail (Qwant Mail), un concurrent de Google Maps (Qwant Maps) et un concurrent de Google Pay (Qwant Pay).

D’autres produits ont également été évoqués, comme le moteur de recherche sportif Qwant Sports, qui s’ajoutera aux autres variantes du moteur de recherche principal : Qwant Games pour les jeux, Qwant Junior pour les enfants et Qwant Music.

En substance, l’entreprise a l’ambition de proposer un écosystème complet, qui sera une alternative à celui de Google, mais sans l’utilisation des données personnelles pour le ciblage publicitaire.

Et plus qu’une question de vie privée, la croissance de Qwant est également une bonne chose pour la souveraineté numérique de l’Europe. « Qwant est une réponse à tous les sceptiques qui pensent qu’on ne peut pas lutter face à Google. C’est une entreprise digitale française de premier plan, et demain il y en aura beaucoup d’autres en Europe », affirme Bruno Le Maire, ministre de l’économie.

(Source)


26 commentaires

    • On peut supposer que, vu l’ambition de Qwant d’être une alternative à Google, elle doit s’adresser et être accessible au plus grand nombre. Or, qu’on l’accepte ou non, l’anglais s’est imposé comme langue véhiculaire et est à ce jour la langue la plus répandue géographiquement, sinon numériquement.

    • bravo, mois aussi, ça m’irrite ces gens (même ministre) qui bêtement disent digital au lieu de numérique. Bruno Le Maire, super intelligent selon lui même ne connaît même pas le sens de mots courants comme l’adjectif ‘digital’.

      • Faux c’est du bing derriere ce qui a fait scandale au debut de leur sortie 🙂
        C’est nul Qwant comme bing d’ailleur et ils recoicent des millions de la com europe juste parcequ il pitch qu il est un concurrent de Google…
        Aucune innovation…vraiment nulle 🙂

        • Je teste Qwant depuis 6 mois intensivement, perso et professionnellement. entre mon boulot et mes passions perso J’ai des recherches complexes et qui dépassent de loin les besoins courants et j’affirme qu’aujourd’hui Qwant « fait le Job », largement.

          Je le prends parfois en défaut mais je remarque que dans ces cas, une tentative sur Google amène aux mêmes soucis (donc les erreurs sont rares et sont partagées une fois sur deux par Google).
          Quand Google ne trouve pas et renvoie de la m***e, on pense que c’est l’offre ou le site qui n’existe pas ou est mal référencé, quand c’est un autre moteur on blâme le moteur.

          Pour me prémunir de ça je l’ai collé par défaut sur un Firefox, et google sur un CHrome. Il n’y a pas photo, Qwant est très très bon, une semaine suffit pour se passer de Google et ne plus subir de frustration lors d’une requête qui renvoie des résultats « faibles » : on a les mêmes chez la concurrence.

          Qwant n’a que deux défauts : l’absence de carto (beaucoup de recherches ont un rapport avec un lieu) , et les requêtes techniques en anglais, qui renvoient moins bien ou dont la database est un peu plus faible qu’en français, surtout en programmation informatique.
          Pour les recherches en français, il commence a être meilleur que Google

  1. Qwant pourrait aller vers un grand succes a condition qu’elle offre les memes performances avec son moteur de recherche et son logiciel de localisation. Ceci étant, il faudra aussi le prouver et le faire savoir aux utilisateurs potentiels!

  2. C’est une excellente nouvelle.
    J’ai hâte de voir les deux nouvelles fonctionnalités.

    J’espère aussi qu’ils ne feront jamais comme certaines autres plateformes qui ont cédé leurs entreprise qui à Facebook, qui à Microsoft.

  3. Pourquoi ne pas avoir un projet européen ?????? Avec le Benelux, l’Allemagne , l’Italie, l’Espagne, etc…. seul on n’a moins de chances de réussir….Et aussi intégrer l’Afrique…….mon dieu…. toujours la mentalité de franchouillard…. ce serait un message fort à nos concitoyens….

    • Parce qu’ils font ce qu’ils veulent ? En fait… Et vu la tendance actuelle de votre Europe chérie, avoir un projet qui ne soit pas dispersé aux quatre coins de l’UE (pour quels bénéfices ?) me semble une sage décision…
      Il va falloir redescendre sur Terre, nous allons avoir besoin de ses « franchouillards » et de leur mentalité dans un avenir très proche.
      Et arrétez avec vos « seuls » nous ne sommes rien. C’est une question de volonté politique, ras le bol de voir ce discours qu’on nous a donné à apprendre par coeur.

  4. A l’heure où nous parlons tant de diversité, pourquoi encore s’aligner sur le tout anglais ? Je n’ai pas dit qu’il fallait exclure l’anglais mais il faudrait donner une empreinte francophone à ce moteur de recherches afin qu’il acquière une vision vraiment différente des Google et Cie.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.