Réseaux sociaux: une addiction en entraîne une autre

On le sait, selon certains chercheurs, une trop grande utilisation de Facebook, Twitter et assimilé aurait de réels impacts sur la santé, au même titre que d’autres addictions plus communes. Une nouvelle étude, publiée par le National Center on Addiction and Substance Abuse de l’Université de Columbia, aborde le lien entre réseaux sociaux et addiction d’un manière plus singulière.

Perte de concentration, isolement, dépression… Au même titre que les jeux vidéo, les réseaux sociaux sont accusés de bien des maux. On le sait, selon certains chercheurs, une trop grande utilisation de Facebook, Twitter et assimilé aurait de réels impacts sur la santé, au même titre que d’autres addictions plus communes. Une nouvelle étude, publiée par le National Center on Addiction and Substance Abuse de l’Université de Columbia, aborde le lien entre réseaux sociaux et addiction d’un manière plus singulière.

L’enquête observe en effet que:

  • Sur 1000 jeunes âgés de 12 à 17 ans, 70% se connectent entre 1 minute et 2 heures par jour à un réseau social.
  • La moitié de ces individus ont déjà vu, sur ces mêmes sites, des images d’adolescents ivres, évanouis ou consommant de la drogue.
  • Au final, ils auraient respectivement cinq, trois et deux fois plus de chance de consommer du tabac, de l’alcool ou de la marijuana que le reste de l’échantillon.

Les conclusions de l’étude sont limpides: du fait de leur exposition à des photos de soirées peu reluisantes, les utilisateurs réguliers des réseaux sociaux seraient donc plus prompts à consommer de la drogue ou de l’alcool.

Il est vrai que la plupart des réseaux sociaux fonctionnent par un processus d’imitation. Mais même si l’explication avancée semble cohérente, la relation de cause à effet mise en avant par l’étude semble tout de même un peu approximative: une quantité d’autres facteurs, autres que la simple utilisation quotidienne d’un réseau social, peuvent en effet influer sur la probabilité d’adopter ce type de comportements.

Lire l’étude en intégralité


Nos dernières vidéos

13 commentaires

  1. Il y a deux manières bien distinctes d’utiliser Internet :

    Le producteur : webmaster, blogueur, réalisateur de films, graphiste, photographe, écrivain etc…

    Le consommateur : même si il va parfois interagir via le web 2.0 il ne prendra pas forcément du recul par rapport aux images, textes, vidéos qui sont dans son univers quotidien.

    Faut-il diaboliser Internet ou les réseaux sociaux ?

  2. En effet, reste à déterminer si c’est l’utilisation des réseaux sociaux qui encourage à boire et fumer, ou bien si c’est le fait d’être empli de vapeurs de tabac et d’alcool qui encourage à se rendre sur Facebook et Twitter 😉

  3. Très bon article qui fait selon moi ressortir 2 problèmes liés au succès des réseaux sociaux:
    _L’exposition (comme dis dans l’article) à certaines images incitant à la consommation d’alcool et drogues.
    _Mais, une fois de plus, à la question de l’âge minimum pour être présents sur ces réseaux.
    Toujours la même polémique avec Facebook. L’âge légal n’est il pas trop bas et de ce fait responsable de l’exposition de ce public jeune à des images ne leur étant pas destinées au départ?
    Beaucoup d’interrogations et de débats qui méritent d’obtenir des réponses…

  4. Ce type d’addiction aux réseaux sociaux entrainant des pathologie bien plus grave existent effectivement depuis les débuts d’internet, j’ai beaucoup connu cela avec les réseaux IRC par exemple et les rencontres IRL qui n’ont pas donnée que du bon.

  5. Pingback: Réseaux sociaux: une addiction en entraîne une autre | La revue de web | Scoop.it

  6. Il ont oublié dans leur étude de préciser que plus un ado a de connaissances, d’amis et de vie sociale, plus il est enclin à faire la fête, la solution idéale pour éviter ces dérives serait donc d’enfermer ses enfants à double tour 24h/24 avec une bible? -_-

  7. Pingback: Weave Digital Review – 23/09/2011 | weave Blog

  8. Pingback: Réseaux sociaux: une addiction en entraîne une autre | datarmine | Scoop.it

  9. Pingback: Réseaux sociaux: une addiction en entraîne une autre | L'hebdo de Confiance Client, itinéraire bis ! | Scoop.it

  10. Sur le même thème, existe-t-il une ADDICTION A FACEBOOK?
    C’est ce que nous nous proposons de rechercher: nous réalisons actuellement une étude sur l’usage de Facebook et notamment son utilisation excessive voire addictive.
    Cette étude s’inscrit dans le cadre de ma thèse de fin d’études médicales. Elle est totalement anonyme et requiert environ vingt minutes.
    Elle est ouverte à tout majeur, utilisateur de Facebook.
    Afin d’y participer, je vous invite à vous rendre sur le blog associé à l’étude qui vous permettra de prendre plus de renseignements ainsi que d’accéder au questionnaire en ligne. Une fois les résultats de l’étude obtenus, ceux-ci seront mis en ligne sur ce même blog :

    http://etudesociadd.canalblog.com

    Nous avons besoin de vous ! Merci pour le coup de main !

Répondre