Suivez-nous

Fintech

Revolut devient un agrégateur de comptes bancaires (encore limité)

Comparé à Bankin ou Linxo, Revolut a encore du chemin devant lui. Mais la stratégie est très pertinente pour la néo-banque.

Il y a

  

le

 
Revolut
© Presse-citron.net

Elle était arrivée sur le sol anglais il y a cinq mois, voilà qu’elle débarque en France aujourd’hui. La fonctionnalité baptisée « Open Banking » de Revolut devrait donner un nouvel argument de taille à la néo-banque. Son million de clients au sein de l’hexagone peuvent dès-à-présent lier leurs différents comptes bancaires sur l’application de l’établissement bancaire, à la manière de l’application Bankin’ ou Linxo.

Nous vous l’annoncions en février lors de sa première apparition, qui devrait permettre à la néo-banque de poursuivre sa stratégie de développement d’une application permettant de centraliser l’ensemble des outils utiles au suivi de nos finances personnelles et professionnelles.

Une place de choix, en sachant qu’à l’heure actuelle sur le paysage fintech, les intermédiaires entre la banque et le client sont ceux profitant le plus de l’attractivité de l’industrie. Ce sont aussi ceux qui pourront le plus prétendre à concurrencer les banques traditionnelles, lorsque le marché se consolidera.

Une offre encore limitée de banques

En substance, la nouvelle fonctionnalité « Open banking » de Revolut permet d’ajouter nos différents comptes bancaires en parallèle au compte courant Revolut. Les utilisateurs français pourront connecter leur compte en provenance des banques comme Caisse d’Epargne, Banque Populaire, Crédit Agricole, Société Générale, BNP Paribas ou encore la banque en ligne Hello bank!.

Chez les professionnels, qui sont les plus à même de vouloir utiliser un agrégateur de compte pour pouvoir suivre l’ensemble de leurs comptes en un clin d’œil, Revolut mentionne que les comptes d’entreprise de chez BNP Paribas, Caisse d’Épargne, Crédit Agricole et Société Générale sont également disponibles. Enfin, il est aussi possible de lier des comptes American Express.

Revolut reconnaît que pour l’heure, la liste des banques compatibles est encore limitée. Par exemple, le Crédit Mutuel n’est pas encore disponible, et l’offre des banques en ligne comme Boursorama est inexploitée.

Difficile à dire pour le moment si les banques mobiles seront nombreuses à accepter un tel partenariat, pour un établissement bancaire qui leur fait davantage d’ombre qu’un agrégateur classique (Linxo propose pas moins de 150 établissements bancaires compatibles).

Sur la partie technique et législative, Revolut utilise une API de la société britannique TrueLayer, spécialisée dans les fonctionnalités liées à la fintech. À la manière de Bankin’ ou Linxo en France (lire notre comparatif d’agrégateurs de comptes bancaires), Revolut profite de la directive européenne DSP2, qui accorde (et favorise) un plus grand partage de l’information bancaire.

Pas de virements pour le moment

Revolut fait partie de ces dernières néo-banques à proposer gratuitement à ses utilisateurs de recharger leur compte courant en passant par la carte bancaire lié à un autre compte. Un moyen rapide et très simple que les utilisateurs ont plaisir à utiliser à la place des virements.

Cette rapidité n’est pas encore retrouvée sur la nouvelle fonctionnalité d’agrégateur. Pour le moment, il n’est pas possible d’opérer des virements directement depuis l’application en utilisant un compte externe. L’application ne recense que les informations liées au solde, et ne permet pas d’opérer des actions.

Revolut espère pouvoir lancer un tel dispositif prochainement, mais pour l’heure, son partenaire TrueLayer reconnaît « un certain scepticisme concernant les progrès de la DSP2 dans l’Union européenne », tout en ajoutant que malgré tout, « ce partenariat montre que les choses avancent ».

Revolut : le trading d’argent (XAG) débarque sur l’application

1 commentaire

1 Commentaire

  1. minLa

    18 juillet 2020 at 0 h 20 min

    Bravo pour l’article complet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *