Suivez-nous

Sciences

Seriez-vous prêt à montrer le contenu de votre smartphone en permanence pour la science ?

La technologie est-elle si effrayante et nocive qu’on le pense ? Ces scientifiques se sont penchés sérieusement sur la question.

Il y a

  

le

 
Smartphone
© Pexels

Les réseaux sociaux font peur, que ce soit à cause des fake news, des addictions à certaines plateformes, mais encore du traitement de nos données. Tout ceci on l’entend à longueur de journée, et sur Presse Citron nous sommes les premiers à vous en parler. Cependant est-ce véritablement une généralité ou simplement une crainte sociale ?

Afin d’en savoir davantage, cette équipe de chercheurs de Stanford a mis au point un étrange système. Ils ont développé le logiciel Screenomics qui est capable de récolter et d’analyser plusieurs millions de captures d’écran. Grâce à cela, cette équipe peut se pencher sérieusement sur l’usage réel de la technologie, et son impact. En faisant un clin d’œil au « Human genome project » de 1988, cette expérience a été baptisée « Human screenome project ».

Comme les chercheurs l’expliquent, ce logiciel « enregistre, chiffre, et transmet des captures d’écrans automatiquement et discrètement toutes les 5 secondes dès qu’un appareil est allumé ». De ce fait, les scientifiques auront accès de véritables informations permettant de comprendre l’influence de la technologie sur « les états physiologiques, psychologiques, les dynamiques sociologiques au fil des jours et semaines, et même les changements culturels et historiques au fil des mois et années. » 

Bien sûr, il existe d’autres moyens de chercher dans ce sens, il faudrait tout simplement s’appuyer sur les données récoltées par les GAFAM, mais l’équipe de Stanford ne souhaite pas dépendre de ces géants de la tech. Cela étant, une question subsiste : comment trouver des volontaires pour participer à cette expérience taille réelle ? Les intentions de ces chercheurs sont si bonnes que déjà 30 millions d’analyses ont pu être réalisées, chez plus de 600 personnes. On remarque ainsi que le problème n’est pas d’utiliser les données des utilisateurs, car il suffit simplement de demander et d’être transparent avec l’utilisation qui en est faite. Il ne reste plus qu’à convaincre plusieurs milliers d’autres utilisateurs pour rendre cette expérience encore plus précise.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests