Suivez-nous

Startups

Startup : « The Family » prend une lourde décision suite à la crise

L’accélérateur de startups compte désormais se réinventer, en misant sur les leçons tirées de l’épidémie de coronavirus.

Il y a

  

le

 
The Family Startup
© The Family

Ce fut une décision très lourde, et loin d’être vide de sens. La célèbre société The Family, fondée en 2013 par l’entrepreneur à succès Oussama Ammar ainsi qu’Alice Zagury et Nicolas Colin, quittera prochainement ses locaux parisiens, londoniens et berlinois, pour reconvertir l’ensemble de son activité sous un format en ligne. L’ensemble de son équipe travaillera désormais en télé-travail, quand les formations et conférences ne seront maintenant plus qu’en format « dématérialisé », comme l’indiquaient nos confrères de Maddyness.

Vendredi 5 juin, la cofondatrice Alice Zagury a précisé l’intention de la société en expliquant y voir « des économies de coûts », au lendemain d’une crise sans précédent pour The Family. « Le Covid a été un énorme choc », a rapporté l’entrepreneuse de 35 ans. Le dilemme s’est très vite imposé entre choisir de compter sur les dispositifs mis en place par l’Etat (autrement dit, le Prêt Garanti par l’Etat), ou alors revoir l’ensemble de leurs coûts fixes.

The Family « en full remote »

Les indicateurs sont au rouge chez The Family. La veille de l’annonce, le gouvernement faisait état de cette situation délicate pour les startups de la French Tech, en n’hésitant pas à revoir son budget d’aide leur étant consacré, et en l’augmentant de 1,2 milliard d’euros. « Toutes nos sources de revenus (les événements, les formations, les opérations financières…) ont disparu du jour au lendemain » se remémorait Alice Zagury, avant d’ajouter qu’il y avait « deux façons de réagir : survivre à tout prix et compter sur les dispositifs d’urgence ou basculer The Family en full remote. »

La décision fut difficile à prendre, mais l’accélérateur de startups se déclare avoir retenu de bonnes leçons de cette crise, notamment sur l’évolution des mœurs autour de la question du télé-travail. La cofondatrice y voit d’ailleurs quelques avantages : « on perd certes la chaleur d’être ensemble mais on gagne en matière de focus sur l’essentiel et la concentration ». Pendant ces deux longs mois, The Family a cherché à se réinventer pour survivre. Plusieurs projets entièrement numériques ont vu le jour.

Des nouvelles optimistes

Désormais, les regards sont portés sur ces prochains mois. Selon une récente étude réalisée par le campus de startups de Station F, 78% des startups dans le monde prévoient d’embaucher de nouveaux employés avant la fin de l’année, notamment aidé par le fait que 47 % des entreprises interrogées envisagent de recourir davantage au travail à distance. L’optimisme est revenu au sein de The Family : ces dernières semaines ont enregistré une hausse de leurs opérations, après une période critique.

Les yeux de ses créateurs seront notamment tournés vers « The Secret Company », leur tout nouveau « startup studio » dans lequel The Family compte lancer ses propres projets. Aujourd’hui déjà, plusieurs entreprises ont été lancées. On pense notamment à Koudetat, où figure régulièrement Oussama Ammar pour des conférences, mais aussi Lion, Kymono et Pathfinder.

À Paris enfin, les anciens locaux devront se trouver une nouvelle vie. Pour Alice Zagury, une reconversion plausible et souhaitable serait que la surface bien connue du monde des startups soit réaménagé en espace de coworking. Mais pas question pour autant que ce dernier soit géré par la société, décidément concentrée à soigner son cocon familial.

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Arthur

    8 juin 2020 at 23 h 56 min

    Oussama Amar, entrepreneur à succès ? Ce mec n’a jamais rien réussi. Voyez par vous-mêmes :
    https://www.quora.com/Which-startups-has-Oussama-Ammar-founded-exited

    • Abdoulaye GASSAMA

      27 juillet 2020 at 1 h 19 min

      Lol, quand on veut faire le haters il faut être plus minutieux, le lien date de 2016, et ces vieux haters ne font que chercher la petite bête, Parce qu’ils n’ont rien trouvés dans l’adolescence de Oussama ils prétendent qu’il n’y a rien, sophisme, en plus
      que lui-même a déclaré il y bien longtemps que sa première société a été incorporé en Amérique du Sud car à l’époque il n’y avait que là bas qu’un mineur pouvait s’incorporer seul, et son business d’Antiquité était à Tours une petite ville où un mensonge de cette ampleur serait vite révélé et pourtant rien, vous pensez vraiment que les journalistes qui lui sont tombés dessus en détenant ses histoires de familles auraient raté cela ???

      le reste de ses business semble être informel comme ça l’était souvent au début d’Internet quand on créait des sites pour les gens en recevant du cash de main à la main, Sinon hormis Hypio, il n’a pas prétendu avoir fait autre chose et Hypios existe toujours sans lui et continue de lever des fonds, s’agissant des investissements au USA c’était dans le cadre d’un visa pour investisseur, avec investissement obligatoire pour rester, donc c’est auprès des autorité américaines qu’il aurait fallu faire les recherches, au lieu de recherches limitées fait par des amateurs en calbute, et le but n’était pas de s’enrichir mais de pouvoir rester au State, ça a permis de lui mettre le pied a l’étrier, là bas il s’est formé au mindset et aux méthodes de la vallée qu’il a importé pour les adapter, d’ailleurs bavec sa capacité de storytelling qui a acquis par l’effort c’est là qu’est sa force…

      Ensuite oh apparemment il existe des boîtes qu’il aurait raté à moins qu’elles servent de montage fiscale, une belle jambe, son fond de commerce n’est il pas qu’il faut s’attendre à échouer dans l’entrepreneuriat, et qu’à part Elon Musk très peu deviennent des serial entrepreneurs.

      Pour terminer, the family se considère toujours en mouvement ne parlant de succès, mais selon les critères de la société occidentale, n’est ce pas un succès, le fait d’avoir plusieurs centaines de startup en portefeuille, pour une valorisation à plus de 2 milliards, avec des boîtes comme payfit, heetch, algolia, agricool, ayant réussi plusieurs gros deal transformant certains de leurs startupeur en multi millionnaires comme avec captain train, alors est ce un succès ou pas ? Tout dépend du point de vue, mais perso je pense que c’est quand même un succès financier et commercial, surtout je pense pas qu’Oussama soit un bleuffeur au SMIC ou même qu’il soit encore dans le besoin de travailler vu ses actifs en actions et les dividendes et donc les revenus passifs qu’il doit toucher, on peut même dire que son travail aujourd’hui n’est que d’augmenter de ses actifs, est un succès professionnel ? Si c’est non je ne sais pas ce qu’est un succès professionnel, à moins que ce soit de devenir milliardaires, dans ce cas peu de personnes réussiront professionnellement dans leur vie, en tout cas c’est triste pour ceux qui pensent ainsi….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests