Suivez-nous

Startups

La French Tech sauvée par un nouveau plan à 1,2 milliard d’euros

Le gouvernement souhaiter rééquilibrer le rapport de force avec les géants (étrangers) du numérique. Pour cela, il annonce un plan de 1,2 milliard d’euros pour protéger ses jeunes pousses prometteuses.

Il y a

  

le

 
French Tech
© French Tech

La crise sanitaire fait des dégâts dans la French Tech, mais le gouvernement veut éviter que « les géants du numérique viennent faire leur shopping en France avec des start-up qui seraient en difficulté », a expliqué le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire lors d’une réunion préparatoire à un nouveau plan de soutien aux start-up françaises.

Nos confrères des Echos qui ont assisté à ce rendez-vous affirment que le gouvernement va officialiser ce programme de soutien à l’écosystème dès ce vendredi pour rassurer un écosystème fragile. L’État souhaite éviter que des pépites « souveraines » passent dans le giron américain – voire chinois.

Pour cela, il serait question de mettre 1,2 milliard d’euros sur la table. Cette somme serait directement apportée par le 4ème volet du programme d’investissement d’avenir (PIA), un plan initialement pensé pour répondre à la crise financière de 2008.

Préserver les pépites françaises

Cédric O, le secrétaire d’Etat chargé du Numérique ne veut pas voir ses futures pépites (en crise) se faire croquer par des géants étrangers pour quelques bouchées de pain. Elle veut éviter coûte que coûte de reproduire le scénario qui a vu la start-up française spécialisée dans la cybersécurité Sentryo passer sous l’escarcelle du géant américain Cisco en 2019.

Il a par ailleurs tenté de rassurer les représentants du secteur en expliquant que « la French Tech attire les convoitises de grands acteurs étrangers, comme récemment dans la fintech. Nous ne pouvons pas ignorer les batailles d’influence qui se jouent à l’échelle mondiale sur la technologie. C’est pourquoi nous devons permettre à nos entreprises technologiques de continuer à se développer et à aller au bout de leurs ambitions ». Plutôt que de se focaliser sur le prestigieux Next40, le gouvernement privilégiera des « pépites encore sous le radar » expliquent les Echos.

« Vous ne serez pas des proies »

Ce programme de soutien aux start-up française se décompose en plusieurs parties. La première étape est la création d’un fonds d’investissement dont l’ambition principale est d’explicitement « contrer d’éventuelles opérations de rachat ». Celui-ci sera doté de 500 millions d’euros, dont 150 millions seront disponible dès cet été. C’est Bpifrance qui prendra les rennes des opérations pour sécuriser l’avenir des start-up dans la santé, le quantique, l’intelligence artificielle ou la cybersécurité.

Une tranche supplémentaire de 495 millions d’euros sera ensuite allouée au renforcement de la trésorerie des jeunes pousses. Cela passera par un renforcement du dispositif d’investissement en obligations convertibles (French Tech Bridge), par un soutien aux start-up sous forme de prêts, par un soutien direct de son dispositif d’aide à l’innovation et par le rechargement du Programme de soutien à l’innovation majeure.

Enfin, une dernière enveloppe de 200 millions d’euros aura pour objectif d’éviter que les technologies « critiques » ne soient trop vite reprises par des sociétés étrangères. Le gouvernement souhaite que ses chercheurs transfèrent plus naturellement leurs découvertes au monde entrepreneurial plutôt que de l’exporter à l’international trop rapidement.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests