Taylor Swift est choquée par le programme d’essai gratuit d’Apple Music

« Nous ne vous demandons pas des iPhones gratuits. S’il vous plaît, ne nous demandez pas de vous fournir notre musique sans compensation. »

Il y a quelques jours, nous évoquions le lancement d’Apple Music et le fait que presque tout le catalogue de la chanteuse Taylor Swift sera présent dans celui-ci. En effet, le dernier album « 1989 » n’y sera pas.

Et dans une récente publication de blog, la chanteuse a expliqué pourquoi. « Je pense que ça mérite une explication parce qu’Apple a été et continuera à être un de mes meilleurs partenaires pour vendre de la musique et pour créer des moyens de me connecter avec mes fans », écrit-elle.

En fait, « 1989 » ne sera pas présent sur Apple Music parce que comme vous le savez peut-être déjà, le service de streaming de la firme de Cupertino ne paiera pas les musiciens durant les trois mois d’essai gratuits auxquels les utilisateurs vont avoir droit. « Trois mois, c’est un temps long pour ne pas être payé, c’est injuste de demander à qui que ce soit de travailler pour rien », lit-on aussi.

Dans sa publication, la chanteuse demande aussi à Apple de changer sa politique tant qu’il n’est pas encore trop tard. En effet, si la star américaine ne sera probablement pas trop affectée par les trois mois d’essai d’Apple, elle suggère que l’industrie de la musique (surtout les artistes indies) risque de l’être gravement et profondément.

Après, il faut savoir que Taylor Swift suit de près la manière dont sa musique est consommée. Il y a quelques mois, suite à une petite mésentente avec Spotify, elle avait décidé de retirer l’intégralité de son catalogue du service de streaming suédois. En revanche, celui-ci est présent sur Tidal et sera présent sur Apple Music (mais pas dans son intégralité). Son principe, c’est que la musique ne doit jamais être gratuite…

(Source)

Image :By http://www.flickr.com/people/jennaclare/ [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons


Nos dernières vidéos

2 commentaires

  1. Pingback: Apple Music paiera finalement les artistes durant l’essai gratuit

  2. Pingback: Et si l’industrie musicale avait besoin du piratage ?

Répondre