[Test de la semaine] Kiwatch Caméra Intérieure HD, une caméra de vidéosurveillance made in France

Le test de la semaine fait son grand retour avec la Kiwatch Caméra Intérieure HD. Une caméra de surveillance lancée par une startup française. Souriez, vous êtes surveillés !

Kiwatch

Après quelques semaines de repos, le test de la semaine est de retour et on vous propose cette semaine de découvrir un produit un peu particulier : une caméra de surveillance. La startup nantaise Kiwatch, fondée en 2011, s’est en effet spécialisée dans la vidéosurveillance ou plutôt la “vidéo-bienveillance” comme elle aime le rappeler. Si vous êtes un lecteur assidu de Presse-citron, le nom de cette startup vous dit peut-être quelque chose, nous en avions déjà parlé en 2013.

Depuis, la startup a fait du chemin et compte 11 200 caméras connectées dans toutes la France, principalement à destination des particuliers (80% de particuliers et 20% de professionnels). Pour notre test, nous avons eu droit à la Caméra Intérieure HD, un modèle capable de filmer en Full HD et qui dispose d’un angle de vision de 120 degrés. On notera également que la caméra propose une vision nocturne jusqu’à 10 mètres et on vous laisse découvrir l’ensemble de ses caractéristiques.

Constructeur :Kiwatch
Modèle :Caméra intérieure HD
Dimensions :Incluant le support et la base : 97 mm x 67 mm x 64 mm
Illumination minimum :Noir/blanc : 0 lux avec LED infrarouge
Focale de l’objectif :2.8mm, F1.8
Résolution vidéo :Jusqu’à 1080p
1920 x 1080 jusqu’à 30 images par seconde
1080 x 720 jusqu’a 30 ips
640 x 480 jusqu’a 30 ips
320 x 240 jusqu’a 30 ips
Angle de vue :120°
Vision nocturne :Jusqu’à 10 mètres
Audio et voyants :Haut-parleur, Microphone, LED RVB
Capteur :Capteur VGA 1/4 pouce CMOS
Filtre infrarouge amovible : auto/ON/OFF
Codecs vidéo :H.264, MPEG-4, MJPEG, JPEG pour les images fixes
Alimentation et consommation :Alimentation : 12V DC, 1A
Consommation : 5W maximum
Connexion :Ethernet (10Base-T/100Base-TX)
WIFI (IEEE802.11b/g/n)
Protocole réseau :IPv4, ARP, TCP, UDP, ICMP, RTSP, RTP, RTCP
Client : DHCP, NTP, DNS, DDNS, SMTP, FTP, serveur HTTP
PPPoE, UPnP Port Forwarding, 3GPP (vidéo uniquement)
Sécurité : WPS, WEP, WPA, WPA2
Température de fonctionnement et Humidité :Température : -10° à +60°
Humidité : 00-90% sans condensation
Garantie :2 ans
Contenu dans la boite :Caméra de sécurité Kiwatch
Câble USB alimentation
Câble Ethernet
Guide de démarrage rapide
Kit de fixation mural
Autocollant site sous vidéosurveillance

Côté prix, cette caméra intérieure est proposée à 139 euros sans abonnement. La startup propose également des offres pour les particuliers et les professionnels sur lesquelles nous reviendrons durant le test.

Maintenant qu’on a fait connaissance avec ce produit, il est temps de découvrir de plus près cette caméra.

Lors de son déballage, on est surpris par sa légèreté (à peine 100 grammes). S’il est souvent appréciable d’avoir droit à un produit plutôt léger, on peut émettre des réserves sur sa qualité lorsqu’il s’agit d’une caméra. Sans surprise, cette légèreté s’explique par la présence d’une robe en plastique et si l’absence de matériaux nobles ne lui permettra pas de rivaliser avec les produits les plus haut de gamme, les finitions sont suffisantes pour une caméra d’intérieure amenée à être posée ou fixée (le kit de fixation mural est inclus).

Côté design, on retrouve un socle lui aussi en plastique et fixé à la caméra. Il permet de maintenir la caméra et se plie si on choisit de la fixer à un mur. Avec sa robe blanche et du noir à l’avant, la caméra de Kiwatch se fait assez discrète mais ne passera pas inaperçue.

A l’arrière, une diode permet de connaitre le “status” de la caméra, elle se situe juste au-dessus du port micro-USB qui permet d’alimenter la caméra Kiwatch. A noter que le câble d’alimentation est plutôt long, un bon point lorsqu’il faut choisir le positionnement de la caméra mais il sera difficile de le rendre totalement invisible.

Enfin un port Ethernet permet de connecter la caméra (le câble RJ45 est fourni) mais la Kiwatch peut aussi être installée en Wi-Fi. Pour notre test, nous avons testé les deux méthodes.

L’installation

Que ce soit avec les câbles réseaux ou en Wi-Fi, l’installation est facile et rapide. Kiwatch a eu la bonne idée de mettre à disposition une fiche d’installation qui détaille les différentes étapes. Cette dernière n’est pas indispensable pour une installation via le câble RJ45 mais peut aider pour l’installation Wi-Fi qui requiert de se rendre sur l’espace client de Kiwatch.

A noter que si votre box dispose d’un bouton WPS, la configuration peut se faire encore plus rapidement. Par mesure de sécurité, on vous conseillera d’utiliser la méthode dite classique (sans bouton WPS).

Une fois qu’on a réalisé cette étape, il suffit de se connecter à son espace client ou de télécharger l’application (iOS ou Android) pour utiliser sa caméra et découvrir les différentes fonctionnalités proposées.

La qualité image/audio

La première très bonne nouvelle lorsqu’on accède à l’interface de la Kiwatch, c’est la qualité d’image proposée. Si l’on constate que Kiwatch a décidé de limiter son capteur à de la HD, on est agréablement surpris par ce que propose cette caméra.

On notera une légère perte de détails sur les bords mais rien de très gênant. De plus, l’image n’est pas déformée et reste fluide.

Autre bon point concernant la qualité d’image, la vision nocturne est très bonne et on retrouve une image plutôt nette. Kiwatch annonce une vision de nuit “jusqu’à 10 mètres”, le contrat est respecté.

Concernant la qualité audio, on est moins enthousiasmé. Le micro propose un son étouffé et ne se débrouillera qu’avec la voix, à condition de parler assez fort.

Le constat est identique avec le haut parleur, le son est compressé et manque de puissance. Kiwatch a intégré une fonction “Sirène” à sa caméra mais là encore, on aurait aimé avoir droit à un peu plus de puissance.

L’interface web “My Kiwatch” et l’application

Pour suivre sa caméra, la startup nantaise propose une interface web et une application. Nous avons pu tester l’interface web et l’application Android durant nos 3 semaines en compagnie de la caméra.

L’interface web est plutôt bien pensée. Kiwatch ne joue pas la carte de la surenchère mais toutes les options sont là.

Sur la gauche, on retrouve un bandeau qui permet d’accéder aux différentes fonctionnalités. De “Visualiser” pour accéder au live, à “Piloter” pour activer/désactiver les options de la caméra ou aux paramètres.

A noter que le live présente un lag d’une grosse dizaine de secondes. Un point à prendre compte si l’on souhaite profiter du live pour surveiller un enfant ou un animal de compagnie.

Pour son application Android, Kiwatch a repris le principe du bandeau mais la navigation n’est pas aussi efficace et intuitive. On retrouve les principales options mais on aurait aimé plus de simplicité.

Par exemple, revoir une vidéo n’est pas toujours aisé. Kiwatch utilise une frise chronologique qui demande une petite gymnastique du doigt pour trouver la bonne vidéo.

Les vidéos liées aux événements sont heureusement plus simple à revoir et la fonction “Piloter” répond aux attentes.

Kiwatch a récemment mis à jour son application en revoyant son interface et en permettant la sauvegarde des vidéos d’alertes sur le téléphone. Ces améliorations se ressentent et on espère que Kiwatch va continuer en ce sens.

Les fonctionnalités

La startup nantaise mise sur ses fonctionnalités pour se démarquer de la concurrence et depuis l’application (ou l’interface web), il est possible de les gérer. On retrouve par exemple l'”Alerte événement” qui permet d’être alerté par SMS, email ou appel vocal en cas de détection de mouvement et/ou son.

Un mode “intimité” est là pour la gestion de la vie privée ainsi qu’une alarme comme nous l’avons évoqué un peu plus tôt dans la partie qualité vidéo/audio. Une option enregistrement 24h permet de déclencher l’enregistrement continu et l’on peut choisir d’activer la “Détection alarme”.

Ce mode permet d’être alerté si une alarme se déclenche dans son domicile.

Si certaines alertes sont accessibles sans abonnement (email), Kiwatch est avant tout un service de vidéosurveillance et propose des offres pour les particuliers et les professionnels.

Pour 9,90 euros, l’utilisateur a droit aux alertes SMS et à l’option enregistrement 24h. On notera également qu’en souscrivant à une offre, le prix de la 1ère caméra passe à 29 euros.

Vous l’aurez compris, la solution Kiwatch est surtout intéressante en souscrivant à un abonnement. L’offre gratuite est limitée puisqu’elle ne permet aucun enregistrement.

A noter que Kiwatch va apporter une nouvelle fonctionnalité courant 2017. En effet, tous les clients Kiwatch pourront contrôler leur caméra vocalement et être alertés en cas de chute de l’un de leurs proches.

Et la sécurité ?

Avoir une caméra de vidéosurveillance c’est bien, mais que se passe-t-il en cas de coupure d’électricité ? Cette question avait été soulevée par nos lecteurs et nous avons profité de ce test pour en savoir un peu plus.

Kiwatch nous explique qu’en cas de coupure d’électricité ou de caméra débranchée par un éventuel cambrioleur, on reçoit une alerte dès que celle-ci est jugée inactive. Si vous aviez décidé d’activer le mode détection, une alerte est envoyée avec vidéo à l’appui.

Enfin, si le cambrioleur dégrade ou part avec votre caméra, les enregistrements réalisés avant que la caméra soit débranchée restent accessibles. On notera aussi la présence du service “Ki-Help”, un système d’entraide directement accessible depuis l’interface web.

Pour les professionnels, le forfait proposé par Kiwatch (14,90 euros) permet de faire intervenir un agent de sécurité (réseau AXA sur toute la France) et au besoin un service de gardiennage pendant 24h pour sécuriser les lieux.

Concernant la sécurisation des données, de la caméra et des flux vidéo, Kiwatch nous a également apporté quelques précisions. La startup a obtenu une accréditation de Thalès Cybersécurité sur l’intégralité de l’architecture et des protocoles de sécurité mis en place.

Tous les flux entre la caméra et les serveurs, ainsi qu’entre les serveurs et votre PC/smartphone, sont chiffrés en HTTPS, SSL, TLS.

Enfin, l’architecture (serveurs et caméras) a été auditée par Orange, AXA et Delta Dore.

Conclusion

La Caméra Intérieure HD de Kiwatch est un produit intéressant à bien des égards. Tout d’abord, on a été séduit par la facilité d’installation et d’utilisation de la caméra.

Le gros point fort de la Kiwatch est sans doute sa qualité d’image, un atout important au moment de choisir une caméra de surveillance. Enfin, les fonctionnalités proposées par Kiwatch sont intéressantes mais il faudra souscrire à une offre pour en profiter.

L’intérêt de la Kiwatch réside d’ailleurs dans les services cloud développés par la startup qui permettent de profiter pleinement de sa caméra. Sans abonnement, la solution est limitée et incomplète.

On regrettera la qualité audio de la caméra, juste correcte. Ses finitions sont suffisantes mais ne lui permettent pas d’en faire un modèle haut de gamme et on espère que l’application Android gagnera en simplicité dans les mois à venir.

La solution proposée par Kiwatch a encore quelques défauts de jeunesse à gommer mais possède déjà de gros points forts. Le potentiel est là et le service proposé bénéficie d’un bon rapport qualité/prix alors que le marché de la vidéosurveillance continue de croître.

Le site de Kiwatch

J’aime

  • la qualité vidéo
  • la facilité d’installation/utilisation
  • les fonctionnalités de l’offre payante
  • le rapport qualité/prix intéressant de l’offre payante

J’aime moins

  • la qualité audio
  • l’application Android pas encore assez “user-friendly”
  • les finitions correctes sans plus de la caméra

 

  • On a testé le road trip en camping-car avec Yescapa !

    Vous rêvez de prendre la route des vacances à bord d’un van ou d’un camping-car ? La start-up Bordelaise Yescapa nous a proposé de vivre une expérience inédite sur les routes du Médoc Atlantique. Réservation, assurance, prise en main du […]


Kiwatch Caméra Intérieure HD, une caméra de vidéosurveillance made in France"]

Nos dernières vidéos

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Rencontre avec Hervé Bloch, créateur des BigBoss, l’événement business qui n’oublie pas la détente !

En attendant de découvrir l'événement qui se déroulera du 9 au 11 juin à Marrakech, nous avons posé quelques questions...

Fermer