Suivez-nous

Tests

Test eVscope 2 : le télescope parfait pour se rapprocher des étoiles

Nous avons eu la chance de tester l’eVscope le télescope intelligent de Unistellar capable de nous faire voir les étoiles.

Publié le

 
unistellar-evescope
© Unistellar

« On aurait pu penser que notre concurrent allait se trouver à la NASA, quelque part aux US ou en Chine, mais non, il est à Montpellier à 200 kilomètres de nous. C’est assez fou. » Ces mots, ce sont ceux de Laurent Marfisi, PDG d’Unistellar, et le concurrent dont il parle est Vaonis, jeune entreprise héraultaise fondée par Cyril Dupuy. Pour retrouver l’interview complète de Laurent Marfisi, rendez-vous sur Journal du Geek

Derrière ces deux start-up françaises tournées vers le ciel, il y a un marché immense, qui pourrait à terme peser des millions de dollars. Mais pour le moment, nous n’en sommes pas là, et les deux sociétés ne sont qu’aux débuts de leurs aventures respectives. Alors que nous avions testé au printemps dernier le produit de Vaonis, le Stellina, nous étions obligé de faire confiance à « l’autre » firme française de télescope intelligent : Unistellar.

L’idée au cours de ce test n’est pas de faire un pur comparatif entre les deux produits. Si les deux produits peuvent être mis dos à dos sur de nombreux points, ils sont également assez différents, ne serait-ce que par leur look. Si nous avions dit du Stellina qu’il était tout droit sorti d’un film de science-fiction, l’eVscope est lui sorti du cœur d’un passionné de télescope.

Le produit ne cherche pas à révolutionner un form factor qui a fait ses preuves depuis Galilée et la lunette d’Unistellar reprend tous les codes que l’on s’attend à voir sur un télescope, même intelligent. Avec son tube long et son miroir de 4,5 pouces, l’eVscope a toutes les armes en main pour offrir la meilleure vue du ciel possible.

evescope-unistellar-produit

L’eVscope fonctionne aussi en ville, ce qui plus que rare pour un télescope © Unistellar

eVscope : Un télescope intelligent, tout simplement

Quand on déballe son carton eVscope, on découvre en premier lieu un sac à dos, digne d’un randonneur expérimenté. À l’intérieur, 9 kilogrammes d’ingénierie française nous attendent. Bien rangé dans ce sac, qui fait du transport du télescope un vrai jeu d’enfant, l’eVscope a fière allure.

Une fois montée sur son trépied, la lunette n’a plus qu’à être allumée pour livrer ses premières images du ciel. Comme pour le Stellina de Vaonis, et pour tous les produits intelligents de ce genre, une application a été pensée pour l’utilisation. Cette dernière est simple d’utilisation, elle permet de faire tourner le télescope sur lui-même grâce à un petit joystick.

Après une phase d’installation qui ne dure jamais plus de quelques minutes, le télescope sait où il se trouve, dans quel sens il est orienté, et il peut alors aller directement sur un point du ciel qui est intéressant à observer. Si la moindre recherche Google vous permet de trouver un spot intéressant pour passer la soirée, là encore l’eVscope vous mâche le travail, la lunette ayant, dans son application dédiée, tout un catalogue de galaxies, nébuleuses et autres planètes prêtes à être observées dans le ciel.

orion-nebula

La fameuse nébuleuse d’Orion, magnifique en cette fin d’année, vue avec le télescope eVscope d’Unistellar © Unistellar x Presse Citron

Deux clics et on se retrouve dans les étoiles

Il suffit de demander alors sur son application d’y aller avec le bouton « Go it » et voilà que le télescope se met à tranquillement tourner sur son trépied. Une fois la cible sélectionnée et verrouillée, les images vont commencer à s’empiler sur le télescope. L’ordinateur embarqué dans le pied de ce dernier va alors faire des calculs à la pelle pour que les images se superposent et que de plus en plus de lumière et donc de détails nous arrivent à l’écran.

Si certaines personnes peuvent trouver ça « trop facile », dénaturant ainsi l’expérience de regarder le ciel, l’eVscope leur offre une solution de repli avec le « eyepiece ». Cette petite partie du télescope permet de voir « à l’intérieur », comme sur une lunette classique.

C’est un vrai plus de l’eVscope par rapport à son concurrent qui ne dispose pas de ce petit œillet, ce qui met une certaine distance entre le télescope et vous. L’image semble alors sortir d’une recherche sur internet plutôt que du télescope.

Le rendu est d’autant plus immersif avec l’eVscope quand vous observez des points du ciel très brillant comme la Lune, ou la grande nébuleuse d’Orion, qui est très facile à voir en cette période de l’année. En se dirigeant vers ce point, il ne faut alors que quelques secondes pour avoir des images fortes en lumière et en couleurs. On peut alors lancer son œil dans « l’eyepiece » et profiter du spectacle.

pleiades-unistellar

Les pléiades vues avec le télescope eVscope d’Unistellar © Unistellar x Presse-citron

Des images parfaites pour débuter

Difficile de savoir à quoi s’attendre quand on débute dans le monde de l’astronomie et que l’on se retrouve avec un télescope comme l’eVscope. Sa modeste taille ne nous fait pas espérer la Lune, mais les attentes restent grandes au vu de toutes les capacités de ce produit. On se dit qu’il va nous surprendre, et dans un sens il le fait.

En effet, les images ne sont pas dignes d’une recherche Google et des appareils professionnels. Spoiler, vous n’avez pas Hubble entre les mains, c’est normal. Néanmoins, le produit fait très bien le travail offrant un très beau rendu, détaillé et surtout, très rapidement.

Dès quelques secondes de pause, l’appareil arrive à dessiner les contours de ce qui deviendra une galaxie ou une nébuleuse. Quand on a déjà une image en tête de ce que l’on veut regarder, c’est fascinant de voir l’image se construire sous nos yeux de la sorte.

À noter que le vrai plus dans ce genre d’observations, c’est la présence de l’eyepiece. Ce petit objectif qui n’en est pas vraiment un permet d’avoir la tête « dans » le télescope et de voir l’image se construire. Je trouve que ce petit appareil fait toute la différence, c’est lui qui offre un rendu « naturel » tout en profitant des capacités du télescope de compiler des images et d’avoir toujours plus de lumière sur son observation.

Car en astronomie, la lumière c’est le nerf de la guerre. En effet, observer le ciel profond, des zones de notre ciel qui nous paraissent noires à l’œil nu relèvent de l’exploit à chaque instant. Et l’eVscope relève parfaitement le défi. Si certaines personnes peuvent être « déçues » par le rendu offert, s’attendant à se retrouver avec des images digne de la NASA, je ne peux que leur conseiller d’essayer d’observer une nébuleuse ou une galaxie comme je l’ai fait avec l’eVscope, mais avec un produit conventionnel. La différence entre les deux appareils est sans commune mesure.

galaxie-triangle-unistellar

La galaxie du triangle vue par les équipes d’Unistellar © Unistellar

Le parfait juste milieu

En ce qui concerne le reste de l’utilisation de l’eVscope, j’ai été très agréablement surpris par la facilité d’utilisation du sac à dos, qui permet d’amener son appareil où on le souhaite. Très pratique, assez peu encombrant finalement quand on sait ce qu’il renferme, il est la démonstration de ce qu’Unistellar veut offrir à ses clients : une expérience.

L’idée de Laurent Marfisi qui est derrière ce projet, ce n’est pas seulement d’offrir le meilleur télescope possible à une niche de personnes à la recherche perpétuelle de la meilleure image. L’idée est bien au contraire d’offrir une porte d’entrée vers l’espace, pour le plus grand nombre.

En leur donnant un produit facile à prendre en main, mais aussi tout un environnement. Avec l’eVscope rien n’est compliqué. Que ce soit le transport avec le sac, la pose du télescope avec le trépied ou encore son maniement via l’application, tout se fait dans la simplicité.

Une facilité d’utilisation qui n’est pourtant pas la marque de fabrique des télescopes conventionnels, eux qui demandent une grande expertise pour être maniés comme il se doit. C’est sûrement là, la plus grande réussite d’Unistellar avec son produit. Ils ont réussi à trouver le parfait juste milieu entre produit accessible à tous, et rendu de grande qualité.

lune-unistellar

Un bout de la Lune s’offre à nous, au bout de la nuit © Presse-citron

eVscope ou Stellina : la grande question

L’idée de ce test n’a jamais été de faire la comparaison entre l’eVscope d’Unistellar et le Stellina de Vaonis, car, bien que très proches, ils ne sont à mon sens pas des produits concurrents. En effet, je pense qu’il existe deux marchés différents pour ces deux produits. Ainsi si vous êtes un pur néophyte à la recherche de sensation et des premiers frissons qu’offre l’observation de l’espace, alors je ne peux que vous conseiller de vous tourner vers l’eVscope d’Unistellar. Le produit est complet et grâce à son eyepiece (qui manque cruellement sur le Stellina) vous pourrez vous sentir en immersion totale lors de vos soirées d’observations.

D’un autre côté si vous êtes un amoureux des étoiles, toujours à la recherche du meilleur rendu, de la plus belle image, alors il vous faut vous tourner vers Vaonis et ses produits. Ces derniers sont sans aucun doute moins immersifs que l’eVscope, ainsi je les recommande plutôt à des amateurs qui ont déjà eu un télescope conventionnel et qui ne veulent plus s’embêter avec le calibrage, et d’autres réglages optiques à chaque sortie.

evescope-unistellar-vaonis-stellina

© Presse Citron

Un produit légèrement plus abordable

Autre point important : le prix. Avec un tarif annoncé de 3799 €, Unistellar remporte d’une courte manche la bataille du tarif (le Stellina est à 3999 €). Si cette différence de 200 € ne doit pas conditionner votre choix, elle peut être un élément à prendre en compte dans le calcul du pour et du contre.

Enfin, comme je l’avais évoqué dans mon test sur le Stellina, le plus gros problème à mes yeux de ce télescope : c’était sa batterie. Bien que l’autonomie soit plus que correcte, elle n’était pas installée en interne et il fallait utiliser des petites batteries externes que l’on venait brancher au télescope.

Chose inconcevable sur l’eVscope qui a tenu plusieurs observations avant de devoir passer par la case recharge. La batterie est de son côté intégrée directement à l’appareil et elle est affichée en continu sur l’application afin de nous prévenir quand il faut s’arrêter recharger.

Notre avis sur l’eVscope

Vous l’aurez sûrement compris au cours de ce test, nous avons beaucoup aimé l’utilisation de l’eVscope. Le produit offre une superbe porte d’entrée vers le monde des étoiles et peut très bien convenir à un néophyte qui veut découvrir le ciel. À noter que les petites explications sur chaque objet du ciel que l’on veut regarder son également un vrai plus, l’application dont je n’ai que très peu parlé dans ce test est également très bien faite.

Elle résume d’ailleurs assez bien mon avis global sur ce produit, un télescope intelligent, des plus simples à utiliser, qui donne satisfaction très rapidement et qui offre de très belles images.

Si l’on regarde les points noirs de ce produit, l’on peut dire que malheureusement le rendu peut être trop juste sur certaines observations. L’appareil souffre en effet de la comparaison avec le Stellina qui le surpasse en termes d’observations et de rendus bruts.

Mais le vrai atout de l’eVscope n’est pas là. Le produit est capable de nous imprégner dans l’observation. J’avais été sur ma faim lors de l’utilisation du Stellina, me sentant spectateur d’une observation qui n’a besoin de personne pour ce faire. Ce n’est pas le cas avec l’eVscope, mais en contrepartie le rendu m’est apparu plus simple que sur le produit de Vaonis.

Il faut donc faire son choix entre une expérience immersive et une expérience la plus parfaite possible avec des images à couper le souffle.

eVscope 2

3799.00
8.6

Note Globale

8.0/10

L'autonomie

9.0/10

qualité des images

8.0/10

facilité d'utilisation

9.0/10

rapport qualité / prix

9.0/10
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Les meilleurs forfaits

Les tests