Test Meizu Pro 7 : un smartphone audacieux qui mise sur son double écran OLED pour se démarquer

Presse-citron a testé le Pro 7, le smartphone à double écran OLED de Meizu. Un modèle qui permet à la marque chinoise de se démarquer et de s’inviter sur le segment du haut de gamme.

Présentation

Meizu Pro 7

Les marques chinoises ont déferlé sur le marché français depuis quelques années. On retrouve Huawei, Xiaomi ainsi que OnePlus avec ses fameux « flagships » ou Meizu. Cette dernière n’est pas la plus populaire en France, mais la marque fait régulièrement parler d’elle grâce à son rapport qualité-prix.

Une habitude pour les marques chinoises et il faudra plus que cela pour que Meizu devienne un acteur qui compte en France. Pour y parvenir, Meizu à un plan comme l’expliquait récemment le site Les Echos et il passe notamment par les Meizu Pro 7 et Pro 7 Plus.

Avec ces deux modèles, Meizu cherche à se démarquer de ses concurrents et mise sur la présence d’un second écran AMOLED à l’arrière de son nouveau smartphone.

Suffisant pour en faire une alternative de choix aux ténors du marché ? Presse-citron a pu tester le Meizu Pro 7.

Constructeur :Meizu
Modèle :Pro 7
Dimensions :

147,6 x 70,7 x 7,3 mm

Poids :163 grammes
Taille d’écran :
  • 5,2 pouces
Technologie d’écran :Super AMOLED
Écran :
  • Full HD (1080 x 1920 pixels) 423 ppp
  • Format 16:9
  • Ecran arrière AMOLED de 1,9 pouces (240 x 536 pixels)
Capacité de la batterie :3 000 mAh
Appareil photo principal :
  • 12 + 12 mégapixels (Sony IMX386, f/2,0)
Appareil photo avant :16 mégapixels (f/2,0)
Version Android :
  • Android 7.0 Nougat
Interface utilisateur :Flyme 6
RAM :4 Go
Mémoire :64/128 Go
Processeur :MediaTek Helio P25 (GPU : Mali-T880MP2)
Nombre de cœurs :8
Fréquence d’horloge maximale :2,6 Ghz
Connectivité :
  • WiFi 802.11a/b/g/n
  • USB type-C
  • Bluetooth 4.2
  • GPS/A-GPS/Glonass
Capteurs :
  • Capteur à effet Hall
  • Capteur de gravité
  • Capteur infrarouge de proximité, gyroscope
  • Capteur de luminosité ambiante
  • Capteur tacticle, boussole numérique
Réseaux et normes :
  • 4G FDD-LTE: B1/B3/B5/B7/B20
  • 4G TDD-LTE: B38/B39/B40/B41
  • 3G WCDMA: B1/B2/B5/B8
  • 3G CDMA: BC0
  • 3G TD-SCDMA: B34/B39
  • 2G GSM:B2/B3/B8/B5

Il existe différentes variantes du Meizu Pro 7, l’une avec une puce Mediatek Helio X30 et une seconde version équipée de la Helio P25.

En France, nous avons droit à la puce Helio P25 et 4 Go de RAM. On ajoute à cela un écran AMOLED Full HD de 5,2 pouces, 64 à 128 Go de mémoire interne et une batterie de 3 000 mAh.

La partie photo s’appuie sur un double module photo de 12 mégapixels (Sony IMX386), l’un est couleur et l’autre monochrome.

Enfin, on notera la présence d’un port USB-C et une compatibilité avec toutes les fréquences 4G à l’exception de la bande 700 Mhz.

Au rayon des petites déceptions, le Meizu Pro 7 ne profite pas de la certification IP67 et n’embarque pas de port microSD. Il se rattrape sur ce dernier point en proposant 64 ou 128 Go de mémoire interne, une quantité plutôt confortable.

Côté logiciel, le smartphone fonctionne sous Android 7.0 Nougat et la surcouche Flyme 6.

Design

Pour son Pro 7, Meizu a décidé de jouer la carte de l’originalité pour de démarquer de la concurrence. Cela ne saute pas aux yeux lorsqu’on découvre la face avant du smartphone.

Rectangulaire, le smartphone propose un lecteur d’empreintes digitales à l’avant qui fait également office de bouton physique. Une approche classique qui se confirme au niveau du format, le Meizu Pro 7 fait également l’impasse sur le format 18:9 et lui préfère le bon vieux format 16:9.

Est-ce un mauvais point ? Pas forcément, le format 18:9 ne séduit pas tous les utilisateurs, mais il faudra alors faire avec un format moins « bord à bord ».

Classique, mais efficace à l’avant, le Pro 7 de Meizu l’est beaucoup moins à l’arrière. Meizu surprend en intégrant un écran secondaire OLED de 1,9 pouce (240 x 536 pixels), juste en dessous du double module photo.

Un smartphone élégant

Nous reviendrons un peu plus tard sur l’intérêt et les fonctionnalités de ce second écran dans une partie dédiée. Sur le plan du design, on pouvait craindre que la présence d’un écran à l’arrière « gâche » le design, mais Meizu a très bien intégré cette particularité.

Dans son ensemble, le smartphone profite d’une belle qualité de construction avec sa coque en métal et des finitions excellentes. Il y a un côté premium sur ce Pro 7 dans sa robe noire.

Pour couper avec l’aspect rectangulaire, Meizu propose des tranches légèrement arrondies qui offrent une bonne prise en main. Si le mariage est efficace et rend le smartphone élégant, on pourra le trouver un peu glissant.

Meizu a la bonne idée de fournir une coque pour protéger son appareil. Puisque l’on évoque les accessoires fournis avec le Pro 7, on ne pouvait passer à côté du packaging.

La marque chinoise nous propose ici l’une des plus belles boites que nous ayons pu voir ces derniers mois. Un bel emballage ne fait pas la qualité du smartphone, mais c’est un plus appréciable.

Pour le reste, on retrouve les habituels boutons on/off et de volume sur la tranche droite tandis que le port USB type-C est situé sur la tranche inférieure, entouré d’un haut-parleur et d’une prise jack 3,5 mm.

La prise en main est très agréable et la présence du second écran ne gêne absolument pas lors de l’utilisation. Meizu cherche à se différencier de la concurrence, on peut d’ores et déjà dire que le pari est réussi. Le Pro 7 est un smartphone élégant et différent grâce à son second écran, une originalité qui ne se fait pas au détriment de la qualité de conception.

Pour 2018, on attendra un taux d’occupation plus important (le Meizu Pro 7 est sorti en 2017).

Écran

Le Pro 7 dispose d’un écran AMOLED Full HD de 5,2 pouces (1 080 x 1 920) de bonne qualité. Ce n’est pas le plus impressionnant au niveau de la luminosité, mais il profite de la technologie OLED pour proposer un contraste « quasi infini » et offrir une bonne lisibilité.

Contrairement à ce qu’on peut avoir l’habitude de voir avec ce type d’écran, Meizu n’est pas allé vers des couleurs trop vives, flatteuses pour les yeux, mais loin de la réalité. On a même ici droit à des couleurs un peu froides, une impression renforcée par la surcouche Flyme.

En effet, les icônes proposées par défaut sont assez ternes et ne mettent pas vraiment l’écran en valeur. À titre personnel, je n’ai pas ressenti le besoin de modifier la température des couleurs, mais Meizu le permet dans la partie réglage.

Comme le design, le Pro 7 est plutôt séduisant avec son bel écran, d’une taille et d’une définition confortable pour la plupart des usages.

Et le deuxième écran ?

Principale curiosité de ce Meizu Pro 7, le deuxième écran est simple à utiliser. Lorsqu’on retourne le smartphone, il a la bonne idée de s’allumer automatiquement tandis qu’un simple swipe va permettre d’avoir accès à la météo, aux notifications et aux nombres de pas effectués dans la journée.

Il est également possible de réveiller et éteindre l’écran via un double-tap. Meizu propose également de modifier le fond d’écran du deuxième écran, une fonction gadget, mais un peu de personnalisation est toujours agréable.

Enfin, le deuxième écran permet d’actionner la vue caméra pour prendre des selfies avec la caméra arrière. Là encore, la fonctionnalité est simple d’utilisation et efficace.

Malheureusement, on reste un peu sur notre faim puisque Meizu ne propose pas d’autres fonctions. En l’état, le second écran séduira surtout les amateurs de selfies, un public que vise Meizu avec ce smartphone, mais l’on espère que le constructeur chinois ira au bout de son idée en proposant de nouvelles fonctionnalités.

Interface

Équipé d’Android 7.0 Nougat et de la surcouche maison Flyme 6.1.3, le Pro 7 sort des standards et s’éloigne de l’univers Android. Nous avons l’habitude d’avoir droit à des surcouches inspirées d’iOS chez les constructeurs chinois, mais la plupart tentent de concilier les deux univers.

Chez Meizu, on suit sa propre route en misant sur la simplicité, l’esthétique avec de nombreux thèmes a disposition et une interface entre iOS et MIUI de Xiaomi. L’ensemble peut être déroutant, mais il est efficace et agréable à utiliser.

L’une des principales critiques qu’essuient les smartphones de Meizu concerne l’absence des services Google préinstallés. Ce n’est pas le cas ici puisque le Pro 7 profite d’une mise à jour qui lui permet de disposer des services Google préinstallés. Un très bon point pour les utilisateurs novices qui découvre la marque et pour les confirmés qui n’auront pas besoin de procéder manuellement à l’installation du Play Store et des différents services Google.

Performances

Meizu a équipé son Pro 7 d’une puce MediaTek Helio P25 et de 4 Go de RAM. Ce n’est pas aussi impressionnant, sur le papier, que la version avec une puce Helio X30, mais cela permet au smartphone chinois d’être à l’aise dans la plupart des situations.

La surcouche se montre bien optimisée pour offrir une expérience utilisation fluide et agréable au quotidien. Sur des usages plus poussés, avec les jeux les plus gourmands et les applications les plus lourdes, le Pro 7 pourra cependant souffrir de la comparaison avec d’autres modèles proposés au même prix.

On pense ici au OnePlus 5T, véritable montre de puissance, un smartphone qui offre plus de confort et de fluidité dans les jeux par exemple. L’approche des deux fabricants est différente et le choix se fera surtout en fonction de vos usages.

Multimédia

Meizu a équipé son Pro 7 d’un double module photo Sony IMX386. Le smartphone utilise un premier capteur de 12 mégapixels pour capturer les couleurs et un second capteur monochrome de 12 mégapixels, une configuration déjà vue chez Huawei et Honor notamment.

  • Photo

Le Pro 7 s’en sort avec les honneurs et se révèle être un bon photophone. Lorsque la lumière est bien présente, le modèle de Meizu est à l’aise avec des clichés détaillés, un bon contraste et une reproduction fidèle des couleurs. On notera quand même une certaine surexposition de l’image.

Quand la lumière vient à manquer, les résultats sont plutôt bons, mais il reste encore du chemin pour Meizu avant de s’inviter parmi les tout meilleurs du marché. Les photos ont tendance à être trop lissées et les couleurs moins précisent.

Concernant l’application, elle est efficace et simple en prendre en main. On appréciera les différents modes proposés, du mode Pro au mode GIF en passant par la possibilité d’activer l’effet bokeh.

Cette dernière possibilité est un plus appréciable même si les résultats sont parfois aléatoires. Le procédé est encore jeune, notamment chez Meizu, mais avec un peu d’entrainement il est déjà possible d’obtenir de bons résultats.

Enfin, le Pro 7 mise sur les selfies grâce à ce fameux second écran. Évoquons tout d’abord le capteur avant de 16 mégapixels, ce dernier se montre plutôt à son aise pour ce type d’exercice.

Avec le second écran, on peut utiliser le double capteur arrière du Pro 7 pour réaliser des selfies. C’est à n’en pas douter la fonctionnalité la plus intéressante offerte par le second écran, la possibilité d’ajuster sa photo est très pratique, mais l’on aurait aimé que Meizu aille encore plus loin et profite mieux de la présence du double module photo.

En l’état, les clichés sont finalement assez proches de ceux obtenus avec la caméra avant.

(Les photos prises avec le Meizu Pro 7 sont disponibles sur Dropbox)

  • Son

Comme très souvent sur smartphone, la partie haut-parleur n’est pas la plus intéressante. On s’intéressera davantage à la prise jack 3,5 mm du Meizu Pro 7 et l’on fait bien puisque cette dernière est excellente !

  • Vidéo

Capable de filmer en 1080p, on a droit à des vidéos avec un bon contraste et des couleurs précises.

Autonomie

Le Meizu Pro 7 embarque une batterie de 3 000 mAh,un port USB type-C, un écran OLED et une configuration qui laisse espérer une bonne autonomie. C’est le cas puisque notre modèle sera largement capable de tenir une grosse journée d’utilisation et de s’approcher d’une journée et demie d’autonomie s’il est un peu moins sollicité.

Et l’impact du second écran ?

Il est finalement assez difficile de voir une réelle différence entre ce smartphone et un appareil équipé d’un seul écran. Tout d’abord, nous n’avons pas l’habitude d’utiliser ce type d’appareil et l’on aura tendance à allumer l’écran principal pour vérifier l’heure ou ses notifications lors des premiers jours d’utilisation. Après quelques jours, on sollicitera davantage le second écran pour l’heure où vérifier les notifications entrantes.

À ce moment-là, on notera un petit gain d’autonomie, mais la vraie bonne surprise vient de la technologie de recharge de Meizu mCharge. Cette dernière est très efficace et permet de récupérer plus de la moitié de sa batterie en seulement 30 minutes (de 0 à 60-65% lors de différents essais), un résultat impressionnant.

Conclusion

Proposé un smartphone avec un second écran à l’arrière est un pari osé. Meizu voulait se démarquer de la concurrence, mais l’on pouvait se demander si cette tentative n’était pas juste un moyen de faire parler de la marque chinoise. Cette originalité, Meizu l’assume et le résultat est plutôt convaincant.

Tout d’abord, l’intégration de ce second écran est réussie et Meizu en profite pour signer un smartphone élégant et très bien fini. On apprécie également d’avoir entre les mains un smartphone équilibré avec un bon écran, une bonne autonomie et une partie photo qui n’a pas à rougir de sa prestation.

Le smartphone séduira également les amateurs de selfies grâce à la qualité de son capteur avant et ce double écran qui permet d’utiliser le double module photo pour réaliser son autoportrait. C’est actuellement l’usage le plus intéressant proposé par le second écran qui manque encore de fonctionnalités pour être totalement indispensable. Les possibilités d’avoir accès à la météo ou d’être prévenu pendant une courte durée de l’arrivée d’une notification sont des fonctions un peu légères pour justifier le passage à ce smartphone.

Sur le plan des performances, le Pro 7 ne démérite pas, mais son positionnement tarifaire le met en opposition directe avec le fameux OnePlus 5T. Si les performances sont la priorité, difficile de résister au flagship de OnePlus.

Enfin, la surcouche Flyme de Meizu est l’une des plus déroutante et éloignée d’Android. Là encore, Meizu cherche à se démarquer et à développer sa propre identité, cela pourrait bien lui permettre de devenir incontournable.

En attendant, on saluera l’audace de Meizu qui nous propose ici un smartphone original.

Le Meizu Pro 7 est proposé au prix de 449,90 euros. On peut désormais le trouver sous la barre des 400 euros.

J’aime

  • le packaging soigné
  • l’originalité avec le second écran
  • les finitions soignées et le design
  • le bon écran AMOLED
  • la bonne autonomie
  • la présence des services Google (dont le Play Store)
  • la très bonne qualité audio
  • la partie photo convaincante (en plein jour, selfies…)

J’aime moins

  • …mais pas encore au niveau des meilleurs (photos de nuit)
  • attention à la concurrence et au rapport qualité/prix
  • on attend encore plus de fonctionnalités pour le second écran


2 commentaires

  1. Je préfère largement mon téléphone russe yota… Il a aussi deux écrans, mais de taille normale dont l’un est un écran permanent. Bientôt en version couleur.
    Super pour lire évidemment, mais aussi pour les trajets, les photos, les notifications, l’heure, la musique, des jeux, les mails… Bref à peu près tout surtout quand on est dehors.

    Fini l’écran luminosité à fond à cause du soleil et la surchauffe

Répondre