Test : une semaine avec un Google Chromebook Samsung Série 5

Google a annoncé il y a quelques semaines le lancement du Chromebook, nouveau concept d’ordinateur portable entre le laptop classique et le netbook (désolé pour tous ces anglicismes) dont la particularité réside dans le fait qu’il fonctionne exclusivement avec internet, sur la base d’un système d’exploitation embarqué dans le navigateur Chrome.

Après les téléphones mobiles, Google se lance donc dans la micro-informatique. Enfin presque. Car comme pour les smartphones, Google fournit seulement le système d’exploitation et laisse le soin aux constructeurs avec qui il a noué des partenariats de concevoir le hardware.

Google a annoncé il y a quelques semaines le lancement du Chromebook, nouveau concept d’ordinateur portable entre le laptop classique et le netbook (désolé pour tous ces anglicismes) dont la particularité réside dans le fait qu’il fonctionne exclusivement avec internet, sur la base d’un système d’exploitation embarqué dans le navigateur Chrome.

Prise en main : un concept déroutant au début

Avec Chromebook, Google fait donc le pari du cloud ou du 100% connecté : pas de logiciels, pas de « bureau » mais une fenêtre de navigateur qui sert d’écran de démarrage. Pour nous qui sommes habitués depuis des décennies à des PC avec un « vrai » système d’exploitation, le premier contact est quelque peu déroutant car on cherche cette bonne vieille base rassurante que constitue le bureau avec ses icônes et ses dossiers, et sans celui-ci c’est un peu comme s’il manquait une couche ou une certaine forme de « profondeur » à cet ordinateur.

Une fois ce premier seuil franchi, on s’adapte vite à la nouvelle donne… à condition que l’on ait bien déterminé ses besoins auparavant, qui passeront donc tous obligatoirement par le web et par Google. Autrement dit, si vous avez besoin de travailler sur des logiciels particuliers (montage vidéo par exemple) ou que vous n’êtes pas un utilisateur aguerri des services Google depuis déjà un certain temps, y compris de sa suite bureautique en ligne Google Docs, cette machine n’est pas pour vous.

Une Blog Machine ?

En revanche si vous êtes un digital nomade, que les services Google n’ont plus aucun secret pour vous, que vous avez depuis longtemps troqué vos logiciels de bureau et autres suites Office pour des services dans le cloud, alors il y a des chances pour que le Chromebook vous séduise. Concernant l’activité de blogueur ou journaliste avec de nombreux déplacements, je me demande même si ce n’est pas la machine idéale, voire même si on n’a pas enfin trouvé la Blog Machine : écran plus grand que celui d’un netbook (12.1 pouces et résolution de 1280×800 idéale), clavier « chicklet » à la Apple et pad hyper confortables, connexion WiFi et 3G embarquée avec un slot latéral pour la carte SIM et démarrage en moins de 10 secondes. En fait, de par ses caractéristiques, le Chromebook est une sorte de tablette avec un clavier : limité pour certains usages mais terriblement pratique et efficace pour bosser vite et bien de n’importe-où.

Des limitations et quelques frustrations

Voilà pour le concept. Qui bien sûr a aussi ses inconvénients, à commencer justement par certaines limitations. Côté web par exemple, si la machine lit le Flash sans problème dans sa dernière version, il n’en va pas de même pour d’autres formats multimédia comme Silverlight, qui malgré le plugin Moonlight normalement prévu pour, n’est pas supporté. Cela pourra peut-être paraitre anecdotique à certains mais sachez par exemple que toutes les chaînes françaises du service public ainsi que leur service de télé de rattrapage ont fait le choix de Silverlight (concurrent de Flash par Microsoft). Résultat : vous n’accéderez à aucun de ces services, en tout cas pour le moment, sur votre Chromebook… Idem pour les fichiers vidéo DivX, Xvid, AVI, qui ne sont pas compatibles non plus, ce qui va vous créer quelques complications si vous voulez regarder des films sur votre Chromebook.

En revanche, contrairement à ce que j’ai pu lire ailleurs, les vidéos YouTube en 720p sont parfaitement lues et fluides sur le Chromebook que m’a fourni Google pour ce test.

Sur un Chromebook, vous ne pourrez donc pas installer de logiciel. Les seules installations et personnalisations que vous pourrez faire sont les applications de « l’app store » Google Chrome ou les extensions du navigateur. Peu gênant pour certains, totalement rédhibitoire pour d’autres. A vous de voir encore une fois quels sont vos usages.

Autres inconvénients : d’une part, puisque tout est en ligne et qu’internet est le moteur du Chromebook, si vous n’avez pas de réseau vous n’avez plus de PC. Inutile de l’ouvrir, vous êtes au chômage technique. Et comme tout est en ligne, vous devez avoir une confiance absolue dans la gestion du cloud par Google, notamment en termes de confidentialité et de sécurité des données…

Une sorte de MacBook version Samsung

Côté périphériques et gestion des fichiers, aucun souci : les clés USB, disques durs externes et souris USB sont reconus immédiatement, et le Chromebook est quand même doté d’un explorateur de fichiers sommaire qui permet de rechercher et déplacer des fichiers, ou d’aller par exemple chercher une image à mettre en pièce jointe d’un email ou en illustration d’un article de blog. C’est d’ailleurs pour moi souvent ce qui constitue l’épreuve de vérité quand je teste une nouvelle machine ou un nouveau concept mobile : pourrai-je bloguer confortablement avec au point de l’emmener avec moi à l’exclusion de tout autre équipement ? Ici la réponse est oui, alors que ce fut une de mes déceptions avec l’iPad, trop limité en la matière (gestion de fichiers, éditeur WordPress inexploitable, etc). D’ailleurs je pense emmener mon Chromebook en vacances à la place de mon netbook Samsung : pour un poids à peine supérieur (1,5kg exactement contre 1,335kg pour le Samsung NC10), j’ai une machine plus fine avec un écran plus grand et un excellent clavier. Je ne pense pas avoir besoin de plus en déplacement, en croisant les doigts pour que mon habituel éditeur de code et client FTP (Dreamweaver) ne me fasse pas trop défaut.

Du point de vue matériel, on a droit à un ultra-portable de très bonne facture, aux formes lisses, sobres et arrondies comme je les aime. La machine est dotée de deux prises USB, d’un slot pour carte mémoire SD, d’un slot pour carte SIM pour connexion 3G, d’une sortie VGA avec cordon adaptateur fourni, d’une prise casque audio, d’une entrée jack et d’un capteur photo-vidéo avec micro (webcam) pour la visio-conférence.

L’ensemble est relativement véloce et fluide mais pourrait faire mieux. On note quelques ralentissements voire plantages du navigateur lorsque plusieurs onglets sont ouverts avec des éléments un peu gourmands en ressources dans les pages.

Du point de vue de l’autonomie on doit pouvoir compter sur une petite journée en utilisation « standard », soit environ huit heures.

Pas de 3G ! Dommage pour une machine nomade…

La connectivité WiFi a, b, g, n ne pose pas de souci, le réseau est reconnu immédiatement dès la première utilisation. En revanche, gros point noir : je n’ai jamais pu me connecter en 3G avec ma carte SIM Orange. La carte est bien reconnue (attention, l’introduire avec la puce en haut et prévoir éventuellement une pince à épiler tant le slot est mal fichu), le code PIN est demandé dès l’introduction, mais la connexion ne se fait pas, et malgré tous les réglages et plusieurs tentatives on a droit à un message d’erreur indiquant une connexion impossible au réseau 3G. C’est quand même un peu décevant, pour ne pas dire stupide pour une machine nomade censée fonctionner uniquement en mode connecté… Je reviens donc sur ce que j’ai dit précédemment : en l’état ce Chromebook ne m’accompagnera pas en vacances ni dans d’autres déplacements où je ne serai pas certain d’avoir du WiFi. A corriger très vite…

En conclusion

Le pari du « tout cloud » est osé mais cohérent avec la politique de Google et même avec son ADN. Si je ne suis pas certain que le concept de Chromebook emportera l’adhésion d’un très large public (où sont mes logiciels ? et le bureau ?…), en tout cas immédiatement, il conviendra à certaines catégories qui se sont déjà accommodées d’effectuer la plupart de leurs tâches quotidiennes en ligne. Je fais partie de cette dernière catégorie, mais malgré cela je pense que j’hésiterais encore un peu à franchir le cap et investir quand même 399.00 euros (chez Amazon par exemple) dans une machine qui n’offre pas une grande liberté de manœuvre tant son existence même est liée à la présence d’une connexion à internet, et si possible avec un bon débit, sans quoi la moindre tâche devient vite une corvée. En fait, paradoxalement, en créant une machine de liberté, toujours à jour et qui nous affranchit d’un OS lourd et des logiciels, le concept de Chromebook crée une autre contrainte : celle du (sans) fil à la patte. Pas de web, pas de chocolat.

A vous de voir.

J’aime bien

  • le format
  • l’écran lumineux est clair (dalle mate)
  • le rapports poids/encombrement
  • le démarrage instantané
  • l’autonomie
  • le clavier
  • le pad tactile
  • le look

J’aime moins

  • la 3G défaillante
  • quelques ralentissements et plantages
  • l’incompatibilité avec certains formats multimédia répandus


Nos dernières vidéos

49 commentaires

  1. bonjour Eric,
    merci pour cet article qui en dit plus sur les capacités de la bête en usage quotidien.
    Tu dis qu’on ne peut pas lire AVI, DivX & co., est-ce que cela signifie qu’on ne pourra pas regarder de films stokés sur clés USB, voire même écouter de mp3 ??
    Ou faudra-t-il attendre la disponibilité de Google music ou d’amazon cloud drive pour lire ce type de fichiers en streaming ?

  2. Pourtant avec leur fonctionnalité « offline » sur leurs appli web (gmail, docs, etc…), on pourrai utiliser le chromebook sans fil à la patte (au moins temporairement). Cette fonctionnalité n’existe plus ?

  3. intéressant, c’est en gros ce qu’on pouvait imaginer.
    Je suis très WebApp Google mais j’imagine qu’en 3G ce doit être assez galère. Les apps sont chouettes mais gourmandes.

  4. Eric

    @SaucissonSimon : pour les mp3 pas de problème, ça marche, il y a un lecteur intégré. Pour les films sur clé USB c’est exactement ce que j’ai testé et là ça ne marche pas, format non reconnu

  5. Eric

    @Glop75 : malheureusement non, si tu essais d’accéder à ces services alors que tu es déconnecté du réseau tu obtiens une page blanche avec « The app is currently unreachable »…
    Et rien dans les réglages de la machine n’est en relation avec un éventuel paramétrage « offline »

  6. Trop de limitation pour moi. Même pour du « nomade ». A ce prix la, je préfère encore rajouter un peu et investir dans un macbook air 11″, voire un simple netbook.

  7. A ce prix là, autant acheter un netbook avec un clé usb pour carte sim.
    Même si j’éprouve une affection particulière pour google, il faut se rendre à l’évidence : c’est encore moins utile qu’une tablette (et dieu sait que je trouve que c’est immonde ces tablettes).

  8. Merci pour cet article, très intéressant ! 🙂
    Le manque de haut débit mobile est clairement une (grosse) erreur, vu que cet appareil doit être tout le temps connecté !
    Je me pose cependant la question de la viabilité de ce système, face à un netbook sous Linux (par exemple) qui peut faire « la même chose » (à peu près) avec le navigateur Chrome installé… mais aussi bien plus ! le tout pour un prix relativement proche…

  9. Dans le genre OS pour Netbook 100% Cloud je tourne depuis plusieurs années sur Jolicloud du grand Tariq Krim, et j’en suis entièrement convaincu.

    Superbe graphiquement, et peut-être moins déroutant car on peut y retrouver son bureau.

    Je ne sais pas pour Silverlight, mais pour les formats vidéos pas de problème.

  10. Le concept est intéressant mais le problème de connectivité est important. Travailler à l’extérieur avec la crainte d’une perte de réseau et donc l’impossibilité de continuer à bosser…

    Ça peut faire peur 😉

  11. Eric

    @smashou : pour le moment, hors ligne c’est très limité. Tu peux écouter des mp3 et regarder des films s’ils sont au bon format, regarder tes photos, en fait tous les fichiers qui ont une application autonome pour les ouvrir c’est à dire pour le moment pas grand chose

  12. Merci pour cette description Eric.

    Cela me conforte dans mon choix de l’asus eeepad. C’est actuellement à mon avis un bon compromis entre online et offline… mais j’ai les même soucis pour lire mes fichiers vidéos 😉

    Grégory

  13. Excellent article et dommage pour la puce 3G. Essaye avec un autre opérateur car il se peut que le problème vient d’Orange…

    J’attends toujours mon Chromebook que Google m’a promis … Ils ont pris beaucoup de retard sur ce produit.

    @++

  14. Pingback: Test du Google Chromebook Samsung Série 5 | toute l'info sur Google | Scoop.it

  15. Rien de mieux qu’un bon Ultra portable avec pour OS un G/Linux comme par exemple Ubuntu
    Sinon trop dependant de Google
    trop dépendant de Windows
    ou trop dépendant de Mac

    • Eric

      @Frédéric METEY : ça a l’ai effectivement génial. J’installe et je teste pendant mes vacances. Si c’est concluant je poste une review à mon retour 🙂

  16. D’ailleurs, Eric, pour la 3G, il serait peut-être bien de dire que c’est le modèle wifi que tu as testé. Car le modèle 3g ne va pas tarder à arriver, même s’il n’apparait pas encore en stock sur amazon. Il est néanmoins présent dans la boutique.

    • Eric

      @Christophe : je pense que tu as mal lu, c’est bien un modèle 3G dont je dispose (sinon je ne dirais pas que la 3G ne fonctionne pas) 🙂 Je vais essayer avec une SIM Bouygues et si ça fonctionne j’éditerai mon article.

  17. ok, j’avais mal compris, j’ai cru que tu parlais d’un clé 3G (voilà ce que c’est de lire l’article hier et de poster un commentaire aujourd’hui !!!).
    En effet, si cela se confirme avec Bouygues, c’est un sacré problème.

  18. Pingback: Test du Google Chromebook Samsung Série 5 | Education et TICE | Scoop.it

  19. Personnellement, je me méfie du tout « Cloud Computing » ! Et ça doit être certainement très déroutant de ne plus avoir besoin ni de bureau ni de logiciel…
    Mais bon à en croire la tendance c’est l’avenir que de détenir tout à distance!
    Mais ce qui me pose un problème dans tout ça, c’est avant tout le côté éthique de la chose…Nous ne sommes quelques part plus maîtres de nos données personnelles et encore moins de notre vie privée! 😉

  20. Je pense (je peux me tromper) que les vrais nomades (comme je tends à le devenir) ne trouverons pas leur bonheur avec ce produit. Personnellement quand j’écris des articles c’est souvent en offline, à savoir dans un bus, dans l’avion ou le train, sur la plage, bref partout ou en principe il n’y a pas de connexions de manière a optimiser et gagner un maximum de temps de manière a ne rester dans l’hôtel (ou lieux connectés) que le temps de dormir et manger.
    Par contre ça semble un très bon produit des l’instant ou l’on est sur d’être connecté ! je me laisserais presque tenter 😀
    Merci bien pour cette review Eric !

  21. Si il existe une version 3G comme le dit Christophe cela rend le concept plus attrayant.

    Toutefois je trouve le prix totalement inadapté.

    Je voyais le Chromebook comme un ordi qui ne l’est pas vraiment avec tout en plus léger à emmener partout, n’offrant pas le confort d’un vrai macbook par ex mais compensant par la légèreté et la souplesse.

    Un 3ème ordi en somme (après l’IMAC et le macbook) à emmener partout.

    mais un 3ème ordi au prix d’un PC normal…là je ne comprends plus autant acheter un PC avec un vrai système d’exploitation…

  22. Bonjour Eric et merci pour cette review.
    Le pc est très joli, le souci c’est qu’il m’a l’air bien limité, et surtout très dépendant de Google. Il faut être conscient qu’on laisse toutes nos données sur les serveurs de google, fichiers word, excel, tout quoi, du coup moi ça me fait un peu peur…
    Si google disparait (bon il faut relativiser ce n’est pas pr demain) toutes nos données disparaissent…
    En tout cas c’est un nouveau pas de franchi dans l’ère informatique, il va sans doute falloir s’y habituer.

  23. Je l’ai enfin depuis quelques jours, et j’en suis ravi, malgré les (trop) nombreuses limitations qui existent encore.
    Pour la conservation des données, Google a commencé à mettre en place des possibilités de sauvegardes, notamment pour les contacts. D’autres devraient arriver, mais il existe des possibilités de backups complets, certes payants.

  24. Pingback: MAJWeb » 2 semaines sur Twitter

  25. 399 euros pour un ordi avec lequel on ne sait rien faire O.o

    En lisant l’article je m’était di que le prix devait tourner autour des 50- 100 € maxi mais 399 € pour ca, moi je dit non !

    Perso j’aime bien les produits de Google, mais mettre une telle somme pour un ordi ne permettant que de chipoter sur Internet sans pouvoir réellement travailler…

    Le pire c’est vraiment le prix, il est tout à fait possible de trouver un bon petit portable (normal) à ce prix la, je sais pas vous, mais moi je trouve que Google est complètement à l’ouest sur ce coup.

  26. @ Laurent à ta place, je ne serais pas aussi tranchant !
    Pour avoir ce chromebook chez moi, je peux te dire que j’en suis largement satisfait, même s’il présente encore beaucoup de manques, qui seront rectifiés (c’est d’ailleurs le cas avec la mise à jour arrivée en fin d’après-midi).
    Ne soyons pas TROP exigeant envers un produit qui n’a qu’un peu plus d’un mois.
    Maintenant, concernant le prix, je suis à peu près d’accord sur le fait qu’ils auraient pu le mettre un peu plus bas (pour un produit pas si fini que ça finalement).
    De là à dire 100 €, on va peut-être pas exagérer !

  27. @Nawras : Le cloud computing fera partie de l’avenir de l’informatique, mais je pense qu’il faut vraiment le prendre avec des pincettes vis à vis de la confidentialité et de la sécurité des données. Pour moi rien de mieux qu’un disque dur externe pour stocker mes données (personnelles et professionnelles).

    Sinon, je suis un peu sceptique quand à l’avenir d’un produit comme celui-ci très limité par la présence de réseaux wi-fi. Et d’après ce que j’ai pu lire autre part, il n’y a pas de port ethernet…
    A ce prix la autant s’acheter une tablette tactile et un clavier sans fil, tout en ayant des fonctionnalités en plus avec les applications.

    A voir pour les futurs Chromebook, mais celui-ci ne m’emballe pas du tout.

  28. l’idée est excellente, mais c’est vraiment trop cher, Ce n’est jamais qu’un Netbook sans OS, sans Disque dur, Sans CD.

    ça devrait donc mathématiquement coûter entre 199€ à 250€ selon le modèle.

  29. Pingback: Carbyn, un système d'exploitation HTML5 complet dans le navigateur

  30. Pingback: Carbyn, un système d’exploitation HTML5 complet dans le navigateur « pratiquesweb

  31. Pingback: Google ouvre sa première boutique !

  32. je viens de recevoir le mien et c’est exactement ce qu’en dit l’article (sauf la 3G qui marche :-)).
    C’est un bon outil pour un non informaticien : pas de virus, de problèmes d’installation, … en cas de soucis, on redémarre. Bref, ce n’est pas un ordinateur mais une machine à faire du WeB. Evidemment, pour les videos, on a un lecteur local qui ne supporte pas tous les formats (notamment les fichiers mts de mon appareil photo).
    Le clavier ne comporte pas de touche PgUp/PgDwn ce qui est très pénalisant pour se déplacer d’un onglet à un autre de chrome. à voir si on peut réaffecter des touches à ces fonctions.
    Pas mal mais un peu cher.

Répondre