Trottinette électrique : l’initiative originale de Micro Mobility

La trottinette électrique est un sujet plus sérieux qu’il n’y parait. En jeu, un nouveau rapport à la ville, à la portée de tous.

Trottinette électrique eMicro

(cet article inaugure notre nouvelle rubrique Mobilités Urbaines)

Le 13 juin se tenait au Numa à Paris l’Electric Workshop par Micro Mobility France, une initiative de la société spécialisée dans les nouveaux moyens de mobilité urbaine que sont les trottinettes avec notamment la gamme électrique eMicro.

L’atelier, organisé autour d’un petit-déjeuner conférence, avait pour objet de mieux faire connaitre la marque, mais au-delà du marketing, de dresser également un état des lieux des mobilités urbaines en 2017. Les heureux invités à cet événement étaient quant à eux guidés dans le montage d’une eMicro et ont eu la chance de repartir avec une fois les derniers tours de vis effectués.

C’est le cas de deux de nos lecteurs abonnés du Club Premium Presse-citron, Arnaud et Jean-Paul, tirés au sort suite à cet article, qui depuis profitent des joies de la trottinette électrique.

Pour Arnaud, qui ne connaissait pas Micro Mobility avant, l’évènement était “sympathique et intéressant, l’équipe était organisée et présente pour donner un coup de main au besoin, avec un suivi post événement par mail”. Concernant le montage de la trottinette, c’était “facile mais faut être un peu bricolo”. Des slides montraient les démarches à suivre. Pour lui, qui avait déjà essayé d’autres modèles d’autres marques, “les versions a poignée sont brutales par rapport à celle-ci”. Il l’utilise depuis pour aller à la gare au lieu d’y aller en voiture, et considère que c’est un vrai moyen de transport urbain, même s’il est limité à 100 kg.

Voir l’album photo d’Arnaud

 

Je vous avais expliqué dans cette vidéo mon intérêt pour la chose à l’occasion d’un changement de lieu de travail. Micro Mobility m’avait gentiment prêté une eMicro pour que je puisse tester en conditions réelles le trajet domicile-travail au quotidien. J’avais été séduit mais pas au point de franchir le pas, et j’avais finalement opté pour le VAE (Vélo à Assistance Électrique) car à Lyon il y a de fortes pentes qu’une petite eMicro ne peut pas gravir. Sur le plat en revanche c’est une autre histoire : mon VAE étant réglementairement limité à 25 km/h maxi, je me fais régulièrement dépasser, voire déposer par des martiens en trottinette électrique.

Mais concernant les pentes lyonnaises, la donne pourrait changer avec la nouvelle gamme à venir de Micro Mobility. Si la eMicro était également une trottinette à assistance électrique (il faut “ramer” avec le corps pour la faire avancer), les nouveaux modèles Falcon, Eagle et Condor sont totalement “autonomes” et se pilotent à l’aide d’une poignée rotative d’accélérateur, comme une moto. Micro Mobility va de nouveau me prêter un de ces nouveaux modèles et ce sera l’objet de mon premier test complet dans notre nouvelle rubrique Mobilités Urbaines.

En attendant, voici les résultats d’une étude présentée lors du workshop (PDF), avec notamment une carte du métro parisien qui montre les temps de trajets comparatifs en trottinette entre les stations. Une étude qui indique également que le gain de temps sur la marche avec une trottinette électrique
serait de 20 minutes par jour, soit 9,5 jours travaillés par an.

Trottinette vs. métro

Il faut s’y faire, avec le développement des mobilités alternatives, la trottinette, malgré son nom rigolo, est en train de devenir un sujet très sérieux, qui participe à un changement en profondeur de notre rapport à la ville. A fortiori la trottinette électrique. Personnellement je suis fan.


Nos dernières vidéos

Répondre

Send this to a friend