Suivez-nous

Réseaux sociaux

Twitter modifie ses règles pour favoriser la recherche universitaire

Le réseau social veut clarifier sa position sur un certain nombre de problématiques dont l’utilisation des bots.

Il y a

  

le

 
twitter
© Presse-citron

Twitter a publié cette semaine une modification de ses règles pour les développeurs. L’idée est de clarifier l’utilisation des données, notamment dans le but de favoriser la recherche universitaire et non commerciale. Comme le rappellent nos confrères de Techcrunch, les données du réseau social sont actuellement utilisées pour étudier des sujets divers tels, que le spam ou encore les domaines de santé mentale et la prévention des suicides.

La plateforme a bien l’intention d’encourager ces travaux et a donc décidé de laisser les chercheurs utiliser l’interface de programmation (API) pour leurs travaux. Les scientifiques auront également un accès privilégié aux identifiants des tweets et des utilisateurs et pourront les partager à leur guise, à condition que leurs travaux entrent dans le cadre d’un travail universitaire.

Facebook partage ses données pour lutter contre la désinformation

Parmi les autres modifications, on peut noter un changement de politique vis à vis des bots. Le réseau social tient à préciser que ces derniers sont pas tous mauvais. Certains peuvent fournir des informations utiles ou améliorer l’expérience de l’utilisateur. L’entreprise cite en exemple @earthquakesSF, un compte qui répertorie les tremblements de terre dans la baie de San Francisco.

Les développeurs devront toutefois à l’avenir préciser qu’ils exploitent un bot, mentionner ce compte et dire qui en est le responsable. La compagnie espère ainsi qu’il sera facile pour tout le monde de distinguer les comptes automatisés, des utilisateurs humains. Ce changement de politique est en tout cas bienvenu et nous mentionnions récemment cette étude, selon laquelle un quart des tweets postés sur le changement climatique sont rédigés par des bots.

Twitter n’est pas le seul réseau social à s’ouvrir à la recherche universitaire. Facebook collabore depuis plusieurs années avec des chercheurs afin d’améliorer la connaissance des phénomènes de désinformation. Récemment, l’entreprise de Mark Zuckerberg a annoncé qu’elle allait fournir 38 millions de liens et les informations s’y rapportant à ses partenaires. Les scientifiques pourront donc analyser combien de personnes ont vu ces partages et le nombre d’interactions qu’ils ont attiré.

Twitter
Par : Twitter, Inc.
4.5 / 5
16,7 M avis
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests