Connect with us

Actualités

Uber vérifiera les antécédents de ses chauffeurs de façon continue

La compagnie de VTC américaine Uber a indiqué qu’elle vérifierait les antécédents de ses chauffeurs de façon plus régulière afin de limiter les cas d’agressions.

Il y a

le

Uber fraudes

Depuis sa mise en service, Uber est régulièrement la cible de critiques qui visent particulièrement la manière dont celui-ci protège ses clients. Compte tenu du fait que plusieurs cas d’agressions sexuelles et de viols ont été reportés par des clientes, la firme se doit de prouver qu’elle est capable d’assurer la sécurité des passagers. Malgré tout, elle semble avoir du mal à assurer la vérification d’antécédents de ses chauffeurs. Pour rappel, l’État du Colorado avait fixé une amende de 8,9 millions de dollars à la compagnie, en raison du fait que celle-ci avait laissé travailler des chauffeurs possédant un casier judiciaire.

Uber aux côtés de Checkr et Appriss

Jusqu’à ce jour, la société surveillait les antécédents de ses conducteurs de façon « périodique », ce qui laissait toujours un temps de latence durant lequel un chauffeur pouvait très bien exercer tout en ayant un casier. Pour assurer une meilleure vérification, la firme va désormais s’appuyer sur son partenaire Checkr ainsi que le fournisseur de données de sécurité Appriss. De fait, Uber sera informé des évolutions en temps réel et pourra prendre ses dispositions dans le cas où l’un de ses chauffeurs commet une nouvelle infraction. Pour rappel, l’entreprise s’intéresse aux personnes condamnées ou accusées de crimes, de crimes violents ou d’infractions sexuelles. Ceux qui sont enregistrés en tant que délinquants sexuels ne peuvent pas non plus travailler avec la compagnie de VTC. Dans le cas où les charges sont abandonnées ou que l’accusé est reconnu comme innocent, ce dernier pourrait potentiellement retrouver son emploi.

> Lire aussi :  Uber condamné à une amende de plus d'un million de dollars pour le hack de 2016

Pour l’instant, le système est en test auprès d’un « pourcentage significatif » de conducteurs américains. Vingt-cinq chauffeurs auraient déjà été exclus de la plate-forme depuis le déploiement partiel de cette nouvelle méthode.

Pour rappel, CNN indiquait récemment que 103 chauffeurs ont été accusés d’abus ou d’agressions au cours des quatre dernières années. Pour l’instant, 31 d’entre eux ont été condamnés.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests