Connect with us

Moteurs de recherche

Un moteur de recherche chinois propose d’aider Google à retourner dans l’Empire du Milieu

En Chine, le concurrent de Baidu propose son aide à Google.

Il y a

le

La Chine, c’est 800 millions d’internautes. De ce fait, même si le pays exerce une censure importante sur les informations diffusées et relayées en ligne, celui-ci intéresse quand même les acteurs du web. Et il y a quelques semaines, des rumeurs sur un possible retour de Google en Chine ont commencé à circuler sur la toile.

Pour rappel, le moteur de recherche a décidé de quitter le marché chinois en 2010, et est bloqué par l’organe de censure du pays. Mais aujourd’hui, Google ne nie pas son intérêt pour la Chine. Dernièrement, il a même investi un demi-milliard de dollars dans une société de e-commerce qui est parfois surnommée l’Amazon chinois.

En ce qui concerne le possible retour de son moteur de recherche en Chine, le responsable de la vie privée chez Google, Keith Enright, avait assuré devant le sénat américain que l’entreprise n’est pas « près de lancer un produit de recherche en Chine ». Ce dernier a cependant confirmé l’existence du projet « Dragonfly », sans donner de détails. D’après le lanceur d’alertes cité par The Intercept, il s’agirait du nom de code du moteur de recherche que Google développe pour la Chine.

> Lire aussi :  Un brevet Google de chaussures à roulettes pour les déplacements dans la VR

Un moteur de recherche chinois propose son aide à Google

En substance, Google ne nie pas l’existence du projet « Dragonfly ». Mais pour le moment, il semblerait que la firme de Mountain View hésite encore.

En tout cas, dans le cas où Google lancerait ce moteur de recherche pour l’Empire du Milieu, Sogou serait prêt à l’y aider.

Sogou est le moteur de recherche chinois numéro deux, après Baidu. Et dans une interview avec le MIT Technology Review, son patron, Wang Wiaouchuan, explique que les deux entreprises pourraient collaborer.

« Si Google veut revenir en Chine, plusieurs incitations à travailler en collaboration avec d’autres parties pourraient être encouragées », déclare Wang. « Sogou pourrait être celui qui travaillera avec le gouvernement chinois, et Google pourrait nous soutenir. »

« Une solution serait que Sogou exploite la marque et que Google fournisse les technologies », ajoute-t-il. « S’il envisage de travailler avec Sogou, il obtiendrait probablement un meilleur succès. »

> Lire aussi :  Google va financer des podcasts pour soutenir la diversité

Contrairement à Baidu, qui voit en Google un concurrent, le numéro deux de la recherche en Chine voit ainsi la firme de Mountain View comme un partenaire potentiel.

Mais pour le moment, il n’est pas sûr que Google lance finalement le projet Dragonfly. En effet, le fait qu’un géant américain se plie à la politique de censure d’internet par le gouvernement chinois pourrait ternir la marque.

Au mois d’aout, un groupe de 14 organisations de défense des droits de l’homme, dont Human Rights Watch et Amnesty International, a demandé à Sundar Pichai d’annuler les projets du moteur de recherche en Chine. Pour ces organisations, il s’agirait d’une « capitulation alarmante de Google sur les droits de l’homme » et l’acceptation de « l’un des régimes de censure et de surveillance de l’Internet les plus répressifs au monde. »

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests