Suivez-nous

Fintech

Une fintech bouge les frontières du travail à l’international

La crise a mis sur pied une startup s’appuyant sur les innovations de la fintech pour simplifier le travail à l’étranger.

Il y a

  

le

 
Deel fintech startup
© Deel

Deel vient de connaître un bouleversement. L’arrivée du colosse de la Silicon Valley, l’investisseur Andreessen Horowitz, devrait accélérer le développement de la startup opérant dans le monde du travail et de la fintech. Déjà plus de 400 entreprises ont fait appel à ses services qui ont de quoi simplifier un besoin de plus en plus présent : la collaboration avec des travailleurs indépendants à l’étranger.

La plateforme mise en place par Deel propose justement de mettre en relation ces travailleurs avec les entreprises pour leur simplifier les tâches administratives. Les clients peuvent ainsi payer leurs travailleurs directement depuis l’application, et ce dans plus de 100 devises à travers le monde.

Une fintech en plein boom

La croissance de Deel est impressionnante. Nos confrères des Echos rapportent que le nombre de clients s’accroit de 40 % tous les mois. Depuis la crise sanitaire et l’accélération du télétravail, la startup revendique une croissance de 200 %, un résultat impressionnant alors que la plupart des entreprises ont plutôt cherché à limiter les dégâts. Cette année, la fintech a augmenté ses revenus de 600 %.

Il faut dire que la popularité de la plateforme ces derniers temps lui a permis de s’organiser pour son avenir. Ce 13 août, elle vient d’annoncer son déploiement pour les entreprises européennes, après avoir convaincu la startup WeTransfer de rejoindre ses rangs.

Son nouveau client était d’ailleurs bien placé pour expliquer l’intérêt de la plateforme de Deel : « En raison du gel temporaire des services d’immigration dans différents pays, nous recherchions une solution pour continuer à embaucher de solides talents étrangers », déclarait la directrice des ressources humaines chez WeTransfer Emma Korhonen.

Chose réussite. D’ailleurs, lors du premier tour de financement de la startup en Série A, 14 millions de dollars auront entièrement été levés à distance. Le signe d’une réussite intrinsèque au dépassement des frontières.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *