Une police à 2 millions de dollars

Il est fort à parier que la plupart des internautes et utilisateurs de logiciels informatiques l’ignorent : les textes qu’ils lisent et qu’ils écrivent utilisent des polices de caractères qui ont été créées par des graphistes, et qui normalement sont soumises à des droits d’utilisation, ou droits d’auteur, comme n’importe-quelle autre création graphique. Les éditeurs

Il est fort à parier que la plupart des internautes et utilisateurs de logiciels informatiques l’ignorent : les textes qu’ils lisent et qu’ils écrivent utilisent des polices de caractères qui ont été créées par des graphistes, et qui normalement sont soumises à des droits d’utilisation, ou droits d’auteur, comme n’importe-quelle autre création graphique.

Les éditeurs de logiciels paient donc des licences aux auteurs des polices afin de pouvoir les publier dans leurs applications, et que vous puissiez les utiliser.

bureaugrotesque

Et s’ils oublient de s’acquitter des droits, ou qu’ils en font une utilisation abusive ou détournée, cela peut leur coûter cher. Témoin ce procès en cours qui oppose la société de design graphique Font Bureau Inc, basée à Boston, et la chaîne de télévision NBC aux États Unis, dans lequel Font Bureau poursuit NBC pour une utilisation abusive d’une de ses polices de caractères, et demande 2 millions de dollars de dommages et intérêts pour le préjudice. En fait, NBC avait bien acquis une licence, mais pour un utilisateur unique sur un seul poste, et l’avait ensuite distribuée à plusieurs collaborateurs.

Abusif ? Délirant ? Exemple caricatural de l’extrême judiciarisation de la société américaine ? Probablement. Mais si l’on regarde d’un peu plus près, on constate que cette attaque n’est peut-être pas tout à fait le fruit du hasard. En effet, selon Techdirt, NBC Universal serait l’un des défenseurs les plus tenaces du principe du copyright, qui serait l’un des principaux chevaux de bataille de ses dirigeants. On cite notamment l’anecdote assez croustillante selon laquelle le directeur juridique de NBC aurait un jour déclaré que le partage illégal de fichiers portait préjudice aux fermiers producteurs de maïs, car quand les gens regardent des films chez eux ils consomment moins de pop-corn.

On peut donc supposer que pour Font Bureau Inc, l’occasion était trop belle de venir un peu taquiner le géant des médias en lui cherchant des noises sur son propre terrain, celui d’une prétendue vertu, ici bafouée par le chevalier blanc du droit d’auteur.

La police en question s’appelle Bureau Grotesque (!) et peut être vue ici.

Rappelons quand même au passage qu’il n’est pas toujours nécessaire de payer pour utiliser une typo, et que de nombreux sites proposent des milliers de polices de caractères gratuites, comme Dafont, l’un des plus connus (bien lire les conditions d’utilisation de chaque typo quand même), ou d’autres listées chez Smashing Magazine.


13 commentaires

  1. un peu comme lorsque l’UMP diffuse une chanson sans en payer les droits d’auteurs ou que l’Elysée duplique un DVD sans autorisation. « Faites ce qu’on dit mais ne pensez pas que nous allons faire ce que l’on dit ».

  2. Le libre, c’est bon, mangez-en ! (musique, cinema, graphisme, programmation, etc.)
    Parce que l’obscurantisme et la création artificielle de rareté sont des concepts dépassés !

    Hors-sujet: Je cherche un C.D.I en tant que junior dev PHP et/ou Java EE de préférence dans une équipe d’une entreprise dynamique et Open Source sur la région parisienne (zones 1-5)…
    Mon adresse mail:
    jean.cedric.t chez gmail … (en .com bien-sûr car gmail.fr n’existe pas)

  3. « Abusif ? Délirant ? Exemple caricatural de l’extrême judiciarisation de la société américaine ? »
    Oui m’enfin quand même, selon ce qui est dit dans l’article, payé une licence et l’utiliser sur plusieurs postes, -que l’on soit pour ou contre-, c’est illégal et entraîne une perte de gain pour l’entreprise. Je ne trouve donc pas ça très alarmant comme démarche (on n’est pas dans le cas d’une vieille dame qui porte plainte contre un fabricant de micro-onde parce que son chien n’a pas apprécié le séchage). Imaginez Windows porter plainte contre un utilisateur utilisant une licence xp monoposte sur plusieurs poste, prendrait-on ça pour un « Exemple caricatural de l’extrême judiciarisation de la société américaine ».

    Précision : je suis absolument pour le développement du libre, mais on ne peut pas empêcher d’autre de croire en un système économique différent, et surtout pour le moment rien ne nous oblige à adhérer (et donc dans ce cas « acheter ce produit ») à ce mouvement.
    En conclusion, si vous voulez pas payer ben faut pas rester tourné vers du payant.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies