Une première démo de papier électronique flexible

Les recherches sur l’encre électronique (i-Ink) se poursuivent et de nombreux opérateurs sont à l’affût des innovations importantes à venir dans ce secteur, qui permettront de disposer d’écrans de lecture de grande taille, ultra-légers et minces, permettant de stocker des milliers de documents interactifs, magazines et bouquins, mais aussi d’accéder au web et de recevoir

Les recherches sur l’encre électronique (i-Ink) se poursuivent et de nombreux opérateurs sont à l’affût des innovations importantes à venir dans ce secteur, qui permettront de disposer d’écrans de lecture de grande taille, ultra-légers et minces, permettant de stocker des milliers de documents interactifs, magazines et bouquins, mais aussi d’accéder au web et de recevoir toutes sortes de fichiers dans un appareil de la taille d’un cahier à spirale, mais surtout avec un confort de lecture comparable à celui proposé par le papier.

Après le Kindle d’Amazon, et en attendant le Read & Go d’Orange, prévu pour 2009, et que j’ai eu la chance de tester, en attendant aussi la couleur (pour l’instant les appareils disponibles n’affichent que des pages en noir et blanc), un autre acteur propose un e-reader en matière flexible (mais pas encore pliable) : Plastic Logic a présenté hier à la conférence DemoFall08 de San Diego un prototype avancé de lecteur électronique ultra-fin, au format A4, qui offre la particularité – contrairement à ses confrères, orientés sur une utilisation loisirs – d’accepter les principaux formats de documents professionnels, comme Office ou encore PDF.

Le prototype, dont l’élaboration avait débuté à l’université de Cambrige, UK, est également doté d’une connexion WI-Fi qui lui permet de se connecter au réseau et charger des documents à la volée. L’idée de cett utilisation dans un contexte professionnel paraît évidemment pertinente, et on imagine aisément les usages et les débouchés énormes pour ce type d’appareil qui se rangera facilement dans une mallette, en complément, voire en lieu et place d’un encombrant portable quand il s’agira de travailler en déplacement dans un confort visuel optimale avec une base documentaire importante.

J’imagine aussi la révolution que pourrait entraîner cette technologie dans la vie des écoliers et collégiens aux cartables stupidement lourds et surchargés.

Le Plastic Logic Reader devrait être disponible courant 2009, et les versions avec affichage couleur ne sont pas prévues avant 2010.


Nos dernières vidéos

13 commentaires

  1. Effectivement si ce produit reste léger et relativement pliable, il permettrait d’être tenu à bout de bras afin d’ajuster la distance de lecture et les mauvais reflets.
    Un bon outil pour supprimer du papier ?

  2. Effectivement on imagine assez bien l’étendue des utilisations d’un tel objet. Il reste cependant la question de l’autonomie ?
    Compte tenu de la taille de l’affichage et de la faible épaisseur de l’objet cela constitue un véritable challenge !

  3. Non, l’autonomie n’est en rien un problème lorsque que l’on connait le mode de fonctionnement de ce type de technologie.

    Rien à voir en effet avec un ordinateur ou tout type de produit à écran « éclairé ».
    Le e-paper fonctionne différemment: en gros, la seule depense d’énergie s’effectue lors du chargement de l’information (pour par exemple accéder à un document texte ou une page internet).
    Ensuite comme pour n’importe quel appareil, est calculée la position de chaque « pixel » de façon à retranscrire le document.

    Mais la vrai révolution se situe dans la nature même de ces « pixels » puisqu’il s’agit en fait de ce qui pourrait s’apparenter à de l’encre (version électronique).

    Dans sa version rudimentaire, le e-paper est composé de microscopiques billes blanches et noires polarisées disposées en deux couches superposées, le tout au milieu de deux plaques transparentes.

    Une fois chaque « pixel » calculé (qui sont en fait nos billes), un courant va être induit entre les deux plaques de façon à faire migrer certaines billes blanches ou noir à la surface, faisant apparaitre le motif souhaité (image, lettres etc. …).

    Une fois cette opération effectuée il n’est plus nécessaire de dépenser la moindre énergie, chaque bille restant en place jusqu’à ce qu’une autre page soit demandée et qu’un nouveau courant lui soit imposé.

    Autant qu’avec ce procédé, un lecteur à le temps de lire une bonne demi douzaine de livres avant de devoir recharger l’engin, et c’est bien tout ce qui en fait l’intérêt (outre le confort de lecture comparable à celui d’un livre).

  4. Oui, on comprend mieux pourquoi la version couleur reste un pari difficile. Cependant avec toutes les technologies d’impression dont on dispose la plupart des livres restent en noir et blanc car c’est ce qu’il y a de plus facile à lire…

  5. merci beaucoup pour cet éclairage technique de qualité ! Cette technologie mais semble effectivement tout a fait révolutionnaire. Mais l’article indique qu’il sera également possible de se connecter au web par wifi. Cette technologie permettrait-elle de gérer cela ? (affichage d’une page web ?) La question de l’autonomie ne se reposerait-elle pas à ce sujet ? (alimentation du module wifi notamment)

  6. Pingback: Club IT ISC : L’hyper-cycle des technologies du Gartner est arrivé !

  7. Pas mal de solutions existent dans ce domaine. L’avantage de celle ci est le coté feuille de papier et de la finesse de l’objet.

    Dans un meme temps, est ce que l’on aura envie dans 5 ou 10 ans de continuer à lire des publications mises en pages comme des journaux papiers par exemples?

    La grande interrogation n’est elle pas plutot sur le contenu de l’information que sur le support qui va remplacer le papier?

    A t on envie, besoin de remplacer le papier, n’a t on pas plus envie d’une information traitée, présentée et synthétisée differemment? Dans ce cas des terminaux mobiles type BB seront largement adaptés.

  8. Pingback: Attention, collector ! | Presse-Citron

  9. « au format A4 »

    Excellent ! Voilà un produit qui sera bien plus utile que l’i-phone et les gadgets qui nous imposent de déchiffrer le Web sur des écrans minuscules.

    Ne manque que la possibilité de le plier en 4 pour tenir dans une poche.

  10. Je suis imprimeur..que dois-je pensez de tout ça? En tout cas c’est une révolution….Le papier va mourir?…Pas sur, allié les deux serais intéréssant pour l’instant en tout cas car les prix doivent faire peur…Je sais que cela se fabrique en angleterre mais en France ou en est t’on?

  11. Pingback: Le cocktail du Dimanche #10 - ilonet.fr

  12. Pingback: La Revue de Presse #1 | Commune Langue - Réflexions sur la langue française

Répondre