USA : un ancien mannequin met en demeure Google de lui révéler l’identité de diffamateurs sur YouTube

Se faire traiter de « pute » (entre autres) quand on est ancien top-model, actrice et qui plus est diplômée de la Columbia Business School, ce n’est jamais très agréable ni valorisant dans un CV. C’est la raison pour laquelle Carla Franklin a saisi un avocat afin que celui-ci mette en demeure Google de livrer l’identité ou

Se faire traiter de « pute » (entre autres) quand on est ancien top-model, actrice et qui plus est diplômée de la Columbia Business School, ce n’est jamais très agréable ni valorisant dans un CV.

C’est la raison pour laquelle Carla Franklin a saisi un avocat afin que celui-ci mette en demeure Google de livrer l’identité ou l’adresse IP des personnes ayant proféré injures et diffamation à l’encontre de sa cliente. Un juge de New York ayant validé la requête,  Google disposerait maintenant de quinze jours pour s’exécuter et fournir l’identité des coupables afin que Carla Franklin entame une procédure judiciaire contre eux aux motifs d’atteinte à sa réputation

Comme le rappelle David Fish, l’avocat de Carla Franklin « les gens deviennent de plus en plus audacieux car ils pensent qu’ils peuvent dire n’importe-quoi sous couvert d’anonymat, mais il peut y avoir des conséquences. Si vous postez quelque-chose de diffamatoire sur quelqu’un, il faut l’assumer ».

Selon le New York Post, Google devrait s’exécuter et remettre les IP des responsables. Un cas qui n’est pas sans rappeler celui – un peu plus rocambolesque – de Liskula Cohen en 2009, qui avait déjà obtenu l’identité d’une diffamatrice de la part de Google.

Des histoires qui mettent un peu plus en perspective l’iniquité des propositions de loi sur la levée de l’anonymat sur internet puisque de fait la législation règlemente déjà les conditions selon lesquelles – même en France – on peut obtenir l’identité d’un internaute malveillant.


Nos dernières vidéos

21 commentaires

  1. Entièrement d’accord avec la dernière partie.

    Les Etats s’employent à recréer les frontières qui étaient tombées avec le net.

    On le voit avec la loi sur la réglementation du jeu en ligne et la brèche qu’elle ouvre avec la possibilité d’interdire l’accès à certains sites étrangers illégaux en France.

    La future loi US sur le commerce en ligne est effrayante dans le genre.

  2. Heureusement que cela est possible , mettez vous une seconde a sa place ! ou de votre femme traitée de p••e sur des forums.
    La liberté s arrête la ou celle des autres commence non ?

  3. Oui mais bon les gens devraient apprendre aussi un peu le respect tout de même, ca donne des arguments après pour faire voter des lois terribles comme ACTA (dont les médias français ont très peu parlé…)

  4. Ceux qui proposent des lois le font pour se faire mousser ou se font lobbyiser alors même que pour faciliter les choses le mieux est d’adapter l’existant !

    Exemple les Conciliateurs De Justice !

    Si on veux les faire intervenir il faut en passer par un rendez vous réel et tomber sur des personnes qui ne connaissent que peux le net !

    Alors même que la solution est de développer un « pool » de conciliateur de justice sur le web !

    Çà simplifierait nombre de démarches, éviterait de devoir en passer directement au tribunal, etc !

    Et bien sur ça couperait l’herbe sous le pied des guignols qui veulent faire se développer de nouvelles lois pour en profiter pour durcir sur les libertés individuelles !

    La proposition a été faite hier même dans la rubrique contact du blog de NKM !

    Pas même besoin d’une lois !
    Les Conciliateur de Justice sont en plus des Bénévoles !
    Donc un petit site bien fait, en opensource, des premier recrutement parmis une 10 aine de Conciliateurs en place, et hop … c’est « torché » en une semaine !
    Allez avec les lenteurs des administration on rajoute 2 semaines 😉

    Qui sait avant remaniement ça pourrait lui faire une belle action pour son pot de départ 😉

  5. Incroyable et étonnant de voir que Google réponde à cette mise en demeure ! Je m’attendais à un brève style David contre Goliath. C’est bon de savoir que big G. n’est pas au dessus des lois.

  6. Les américains sont très procéduriers, ce genre de choses n’est pas donc étonnant. Le problème, c’est qu’avec la jurisprudence, ça pourrait devenir une action en justice classique et quotidienne.

  7. il est rassurant de savoir que l’on peut lutter contre les insultes et la diffamation sur internet. La liberté ne signifie pas l’absence de lois et de règles…

  8. Je ne savais pas que les diffamations des uns pouvaient finir sur le CV des autres. Étonnant.

    « …mette en demeure Google de livrer l’identité ou l’adresse IP des personnes… »

    Faudrait aussi m’expliquer ce qu’on peut faire avec une adresse IP. Tant que le FAI ne livre pas lui aussi des informations qui font le lien entre IP d’une machine et identité de la personne qui avait cette adresse au moment de la publication. Ou on suppose que les diffamateurs sont des idiots qui postent avec une authentique « identité Google » (compte Google avec identité réelle) ? Après tout, oui, pourquoi pas?

  9. Où va-t-on arriver avec la vraie diffamation et la fausse diffamation ? (j’accuse de diffamation pour obtenir le retrait d’information). C’est un véritable enjeu de société. Parler des procédure de diffation comme celle dont fut victime http://www.auto-edition.com serait aussi très important. Comment se défendre face à des avocats ?

  10. Dans un même temps Google refuse aussi un petit peu le droit à l’oubli sur Internet. Ce qui est écrit aujourd’hui, diffamation ou non, le restera presque pour toujours dans les caches de bigG. Les lois nationales devront s’appliquer à tous les datacenter de Google ?! pas simple pour NKM, et pour les pays qui voudraient mettre en place des législations identiques.
    Elle a donc raison et du courage, un procés pour clarifier les lois (américaines uniquement).

  11. dans la vidéo donnée en commentaire là, la femme serait-elle entrain de faire une musique sur les vagins? Ou je me ris dessus tout seul…
    m’enfin bref, les critiques on peut vivre sans les donner à ceux qui s’en foutent complétement de nous !

  12. Le problème c’est que elle même fait de la pub à ses allégations en ouvrant ce procès: de sombres propos tenus sur la partie commentaires d’une vidéo dont personne n’a entendu parler elle se retrouve sa photo en pleine page avec toutes ses mésaventures expliquées.

    C’est comme dans la vraie vie, si on commence à se prendre la tête avec tous les gens bêtes et bornés on y passerait notre existence entière!

  13. A Megane ?
    Qu’est-ce que le droit à l’oubli sur Internet ?
    On nous a récemmet demandé de retirer un commentaire. Puis exigé par plainte. Aucun motif, seulement l’auteur des faits ne souhaitait pas que ça se sache après avoir retiré ses pages (que nous avions conservé). Il ne pouvait donc pas nier les faits mais voulait l’oubli.
    Le droit à l’oubli ?
    La lectrice qui n’oublie rien

  14. Pingback: Thierry Lhermitte flingue Hadopi – youtube | guideheroes.com

  15. L’internet n’est pas une zone de non droit, on ne peut pas se permettre d’insulter les gens librement comme cela, encore heureux qu’on lui puisse se défendre face à ce genre d’agréssion qui sont de plus en plus courante de nos jours.

Répondre